Feed aggregator

Les problèmes de santé mentale atteignent des proportions record dans la fonction publique fédérale

Nouvelles de l'AFPC - Mon, 06/24/2019 - 15:15

Selon les données qui viennent d’être communiquées au Conseil de gestion du Régime d’assurance-invalidité du Conseil national mixte, les demandes concernant des troubles mentaux représentaient 52 % des demandes d’assurance-invalidité approuvées pour les fonctionnaires fédéraux en 2018. En d’autres termes, il y a maintenant plus de demandes de prestations d’invalidité approuvées pour des problèmes de santé mentale que pour tout autre problème de santé.

Un pourcentage historique

Bien que, dans le passé, les demandes de prestations de santé mentale aient constitué la plus grande partie des demandes approuvées, c’est la première fois, depuis la création du régime fédéral d’assurance-invalidité il y a 49 ans, que le pourcentage dépasse 50 %. Il est également important de noter que les demandes de prestations d’invalidité fédérales ne sont approuvées que lorsqu’un employé est médicalement incapable de travailler pendant au moins 13 semaines ou à l’expiration des crédits de congé de maladie, selon la dernière de ces éventualités.

Un phénomène qui touche particulièrement les femmes

Les données indiquent également qu’un nombre de plus en plus disproportionné de demandes de règlement d’assurance-invalidité fédérale approuvées ont été présentées par des femmes. Bien qu’elles ne représentent que 55 % des fonctionnaires fédéraux, les femmes ont soumis 69 % des demandes approuvées en 2018, ce qui signifie qu’elles étaient deux fois plus susceptibles de soumettre une demande approuvée que leurs collègues masculins. Il faudra examiner cette question de plus près pour déterminer s’il y a des problèmes systémiques.

« Plus d’une demande de prestations d’assurance-invalidité approuvée sur deux dans la fonction publique fédérale concerne une forme quelconque de maladie mentale, fait remarquer Chris Aylward, président national de l’AFPC. De toute évidence, il reste encore beaucoup de travail à faire pour régler les problèmes de santé mentale en milieu de travail. »

Facteur ayant contribué à l’impasse

« L’une des raisons pour lesquelles les négociations entre l’AFPC et le Conseil du Trésor ont achoppé, c’est parce que le Conseil du Trésor veut supprimer l’appendice M – le Protocole d’entente pour un groupe de travail mixte sur la santé mentale – de la convention collective actuelle », ajoute le président Aylward.

« L’AFPC s’engage à continuer de poursuivre l’établissement de programmes et de services visant à améliorer le bien-être mental de tout le personnel de la fonction publique fédérale. C’est pourquoi on tient tant à garder l’appendice M dans la convention collective », conclut-il.

Sujets: Éditeur: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Les problèmes de santé mentale atteignent des proportions record dans la fonction publique fédérale

PSAC National News - Mon, 06/24/2019 - 15:15

Selon les données qui viennent d’être communiquées au Conseil de gestion du Régime d’assurance-invalidité du Conseil national mixte, les demandes concernant des troubles mentaux représentaient 52 % des demandes d’assurance-invalidité approuvées pour les fonctionnaires fédéraux en 2018. En d’autres termes, il y a maintenant plus de demandes de prestations d’invalidité approuvées pour des problèmes de santé mentale que pour tout autre problème de santé.

Un pourcentage historique

Bien que, dans le passé, les demandes de prestations de santé mentale aient constitué la plus grande partie des demandes approuvées, c’est la première fois, depuis la création du régime fédéral d’assurance-invalidité il y a 49 ans, que le pourcentage dépasse 50 %. Il est également important de noter que les demandes de prestations d’invalidité fédérales ne sont approuvées que lorsqu’un employé est médicalement incapable de travailler pendant au moins 13 semaines ou à l’expiration des crédits de congé de maladie, selon la dernière de ces éventualités.

Un phénomène qui touche particulièrement les femmes

Les données indiquent également qu’un nombre de plus en plus disproportionné de demandes de règlement d’assurance-invalidité fédérale approuvées ont été présentées par des femmes. Bien qu’elles ne représentent que 55 % des fonctionnaires fédéraux, les femmes ont soumis 69 % des demandes approuvées en 2018, ce qui signifie qu’elles étaient deux fois plus susceptibles de soumettre une demande approuvée que leurs collègues masculins. Il faudra examiner cette question de plus près pour déterminer s’il y a des problèmes systémiques.

« Plus d’une demande de prestations d’assurance-invalidité approuvée sur deux dans la fonction publique fédérale concerne une forme quelconque de maladie mentale, fait remarquer Chris Aylward, président national de l’AFPC. De toute évidence, il reste encore beaucoup de travail à faire pour régler les problèmes de santé mentale en milieu de travail. »

Facteur ayant contribué à l’impasse

« L’une des raisons pour lesquelles les négociations entre l’AFPC et le Conseil du Trésor ont achoppé, c’est parce que le Conseil du Trésor veut supprimer l’appendice M – le Protocole d’entente pour un groupe de travail mixte sur la santé mentale – de la convention collective actuelle », ajoute le président Aylward.

« L’AFPC s’engage à continuer de poursuivre l’établissement de programmes et de services visant à améliorer le bien-être mental de tout le personnel de la fonction publique fédérale. C’est pourquoi on tient tant à garder l’appendice M dans la convention collective », conclut-il.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Federal Public Service mental health claims rise to 52% of all federal long-term disability insurance claims

Nouvelles de l'AFPC - Mon, 06/24/2019 - 15:08

According to data just released to the National Joint Council’s Disability Insurance Plan Board of Management, claims involving mental health conditions represented 52 per cent of disability insurance claims approved for federal public service employees in 2018. In other words, there are now more federal disability claims approved for mental health conditions than non-mental health conditions.

Historically high percentage

Although in the past, mental health claims have comprised the highest portion of approved disability claims, this is the first instance where the percentage has exceeded 50 per cent in the 49-year history of the federal disability insurance plan. It is also significant to note that federal disability claims are only approved when an employee has been medically incapable of working for a minimum of 13 weeks or the expiry of accrued sick leave credits, whichever is later.

Approved claims twice as likely to come from women

The data also indicates that an increasingly disproportionate number of approved federal disability insurance claims have been filed by women. Although women only represent 55 per cent of employees in the federal public service, they account for 69 per cent of all federal disability insurance claims approved in 2018, which means that approved claims are almost twice as likely to come from women as opposed to men. The reason behind this needs to be further investigated to determine whether there are systemic issues.

“More than one out of every two approved disability insurance claims in the Federal Public Service involves some form of mental health condition,” observes PSAC National President Chris Aylward. “Obviously, there remains much work to do in terms of addressing mental health issues in the workplace,” Aylward adds.

Factor leading to impasse at the bargaining table “This is one of the contributing factors which has led to the current impasse in collective bargaining between the PSAC and Treasury Board, who was intent on deleting Appendix M (Memorandum of Agreement for a Joint Task Force on Mental Health) from the current collective agreement.”   “The PSAC is committed to continuing to promote and pursue the establishment of programs and services to improve the mental well-being of all federal public service employees. This is the objective behind the inclusion of Appendix M in the collective agreement,” says Aylward. Sujets: Éditeur: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Federal Public Service mental health claims rise to 52% of all federal long-term disability insurance claims

PSAC National News - Mon, 06/24/2019 - 15:08

According to data just released to the National Joint Council’s Disability Insurance Plan Board of Management, claims involving mental health conditions represented 52 per cent of disability insurance claims approved for federal public service employees in 2018. In other words, there are now more federal disability claims approved for mental health conditions than non-mental health conditions.

Historically high percentage

Although in the past, mental health claims have comprised the highest portion of approved disability claims, this is the first instance where the percentage has exceeded 50 per cent in the 49-year history of the federal disability insurance plan. It is also significant to note that federal disability claims are only approved when an employee has been medically incapable of working for a minimum of 13 weeks or the expiry of accrued sick leave credits, whichever is later.

Approved claims twice as likely to come from women

The data also indicates that an increasingly disproportionate number of approved federal disability insurance claims have been filed by women. Although women only represent 55 per cent of employees in the federal public service, they account for 69 per cent of all federal disability insurance claims approved in 2018, which means that approved claims are almost twice as likely to come from women as opposed to men. The reason behind this needs to be further investigated to determine whether there are systemic issues.

“More than one out of every two approved disability insurance claims in the Federal Public Service involves some form of mental health condition,” observes PSAC National President Chris Aylward. “Obviously, there remains much work to do in terms of addressing mental health issues in the workplace,” Aylward adds.

Factor leading to impasse at the bargaining table “This is one of the contributing factors which has led to the current impasse in collective bargaining between the PSAC and Treasury Board, who was intent on deleting Appendix M (Memorandum of Agreement for a Joint Task Force on Mental Health) from the current collective agreement.”   “The PSAC is committed to continuing to promote and pursue the establishment of programs and services to improve the mental well-being of all federal public service employees. This is the objective behind the inclusion of Appendix M in the collective agreement,” says Aylward. Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Mois de la Fierté : l'histoire de Nia

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 06/21/2019 - 15:49

Nia Gillies est une fière transgenre militante syndicale et coordonnatrice des membres LGBTQ2+ de l’AFPC-Colombie-Britannique. Elle est également présidente du Comité des droits de la personne (CDP) de l’île de Vancouver. Nia siège au Comité des droits de la personne de la Colombie-Britannique de l’Élément du Syndicat de l’emploi et de l’immigration du Canada (SEIC) à titre de représentante au premier siège de genre non conforme dans la fonction publique fédérale.

Bien que son engagement syndical ait commencé avant qu’elle ne fasse sa « sortie du placard », elle est devenue beaucoup plus militante par la suite. Avant de s’identifier ouvertement comme personne trans, elle était trésorière de sa section locale. De 2017 à 2019, elle est devenue la première présidente de section locale ouvertement transgenre de l’histoire du syndicat.

Nia milite pour le droit des personnes trans aux soins de santé, à un logement, à un emploi et pour mettre un terme à la violence et à la discrimination à l’égard de la communauté transgenre. Elle se décrit comme une femme transsexuelle ouverte d’esprit et de nature joyeuse qui aime le magasinage et la musique heavy métal!

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Mois de la Fierté : l'histoire de Nia

PSAC National News - Fri, 06/21/2019 - 15:49

Nia Gillies est une fière transgenre militante syndicale et coordonnatrice des membres LGBTQ2+ de l’AFPC-Colombie-Britannique. Elle est également présidente du Comité des droits de la personne (CDP) de l’île de Vancouver. Nia siège au Comité des droits de la personne de la Colombie-Britannique de l’Élément du Syndicat de l’emploi et de l’immigration du Canada (SEIC) à titre de représentante au premier siège de genre non conforme dans la fonction publique fédérale.

Bien que son engagement syndical ait commencé avant qu’elle ne fasse sa « sortie du placard », elle est devenue beaucoup plus militante par la suite. Avant de s’identifier ouvertement comme personne trans, elle était trésorière de sa section locale. De 2017 à 2019, elle est devenue la première présidente de section locale ouvertement transgenre de l’histoire du syndicat.

Nia milite pour le droit des personnes trans aux soins de santé, à un logement, à un emploi et pour mettre un terme à la violence et à la discrimination à l’égard de la communauté transgenre. Elle se décrit comme une femme transsexuelle ouverte d’esprit et de nature joyeuse qui aime le magasinage et la musique heavy métal!

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Pride month: Nia's story

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 06/21/2019 - 15:47

Nia Gillies is a proud labour and trans activist and is the current PSAC B.C. Pride Co-ordinator. She is also the PSAC Vancouver Island Human Rights President and sits on the Canada Employment and Immigration Union (CEIU) component’s B.C. Human Rights Committee as the representative in the first gender non-conforming seat in the Federal Public Service.

Her union involvement began before she came out, but she witnessed her own activism soar after coming out. Before coming out, she was her local’s treasurer. She later became the first openly trans local president in the history of the union from 2017 to 2019.

Her trans activism includes advocating for trans rights around health care, housing, employment and the end to violence and discrimination toward the trans community. She describes herself as a happy go-lucky open transgender woman whose hobbies include shopping and heavy metal music.

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Pride month: Nia's story

PSAC National News - Fri, 06/21/2019 - 15:47

Nia Gillies is a proud labour and trans activist and is the current PSAC B.C. Pride Co-ordinator. She is also the PSAC Vancouver Island Human Rights President and sits on the Canada Employment and Immigration Union (CEIU) component’s B.C. Human Rights Committee as the representative in the first gender non-conforming seat in the Federal Public Service.

Her union involvement began before she came out, but she witnessed her own activism soar after coming out. Before coming out, she was her local’s treasurer. She later became the first openly trans local president in the history of the union from 2017 to 2019.

Her trans activism includes advocating for trans rights around health care, housing, employment and the end to violence and discrimination toward the trans community. She describes herself as a happy go-lucky open transgender woman whose hobbies include shopping and heavy metal music.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Journée nationale des peuples autochtones : découvrez nos membres

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 06/21/2019 - 08:59
Plusieurs membres de l’AFPC contribuent chaque jour grandement au mouvement syndical et à leur communauté. À l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones, saluons quelques-uns de ces membres et le formidable boulot qu’ils accomplissent. Voici leur histoire :

Jill

Jill MacNeill travaille au bureau de Prince Rupert du ministère des Pêches et des Océans. Représentante féminine de la Colombie-Britannique au CNPA et présidente de son Conseil régional, elle siège également au Conseil de région de la Colombie-Britannique et coordonne l’essentiel du travail sur Phénix et les négociations avec le Conseil du Trésor. C’est à ce titre qu’elle a organisé plusieurs activités de mobilisation entourant ces enjeux dans son milieu de travail. Elle compte aussi mettre sur pied un projet de réconciliation sur un an, en collaboration avec son employeur.

Joey

Joey Dunphy est directeur pour les membres autochtones de l’AFPC-Atlantique, représentant masculin de l’Atlantique au Cercle national des peuples autochtones (CNPA) et membre du Groupe de travail des peuples autochtones du Comité national des droits de la personne. Bien qu’il soit encore un jeune travailleur, c’est un militant syndical chevronné qui a entamé sa carrière dans la fonction publique fédérale comme agent des services frontaliers en 2008. Il s’est alors investi dans le comité régional sur l’équité en emploi et la diversité de l’Agence, comité qu’il copréside maintenant. Après avoir été témoin d’injustices au travail, Joey a décidé de rallier le Syndicat des Douanes et de l’Immigration. D’abord délégué syndical de sa section locale, il est aujourd’hui le 3e vice-président national. Les questions autochtones lui tiennent particulièrement à cœur. Il a d’ailleurs joué un grand rôle dans la campagne de sensibilisation à la cause des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées et dans la campagne Soif de justice de l’AFPC. Natif de la Première Nation malécite du Madawaska, il y réside avec sa femme et leurs deux jeunes enfants.

Susie

Susie Blythe, de Service Canada, est présidente de sa section locale et de son Conseil régional, coordonnatrice à la mobilisation dans le cadre des négociations avec le Conseil du Trésor et directrice de district au SEIC. Elle organise également nos activités estivales d’engagement communautaire dans la région de Surrey, notamment notre participation aux célébrations de la Fierté et au festival Fusion, un grand rendez-vous multiculturel.

Sheila

Sheila Karasiewicz est une gardienne du savoir traditionnel du Thunderbird Nest d’Anemki Wajew (Première Nation de Fort William), une communauté ojibwée jouxtant Thunder Bay et délimitée par le traité Robinson-Supérieur de 1850. Son nom spirituel est Niibin Giimiwan (pluie d’été) et son totem (son clan), la Tortue. Elle a fait ses débuts dans la fonction publique fédérale en juillet 1982, travaillant comme peseuse de grains pour la Commission canadienne des grains. C’est en 2013 qu’elle est passée à son emploi actuel d’agente des services de financement à Services aux Autochtones Canada. Elle fait partie de la section locale 00296 du SEN. Sheila est la représentante autochtone au sein du Conseil de la région de l’Ontario et la représentante des femmes autochtones de l’Ontario au CNPA. Formatrice de l’Alliance et du Programme d’apprentissage mixte, elle anime aussi l’exercice des couvertures KAIROS, une activité interactive au cours de laquelle elle présente 500 ans d’histoire autochtone. Ses principaux objectifs : la sensibilisation, la communication, la représentation au sein du syndicat, la formation, le recrutement, la mobilisation et la défense des droits autochtones, principalement dans les dossiers des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées, de l’eau, du prix des aliments, du logement et de l’éducation.

 

Sandra

Sandra Ahenakew est la mentore de nombreuses personnes dans les Prairies et au Syndicat des employées et employés nationaux. Représentante des Autochtones au Conseil des Prairies, Sandra est fière de ses racines. Elle saisit toutes les occasions de sensibiliser les gens, de représenter les membres et de dénoncer l’injustice. Sandra est l’une des artisanes du cours « Syndicalisme à l’Île de la Tortue » conçu par la Fédération du travail de la Saskatchewan. Ce cours rassembleur permet aux Autochtones et non Autochtones de découvrir et de mieux comprendre l’histoire de l’oppression. C’est grâce à elle si le cours est maintenant offert dans toutes les régions de l’AFPC. Sandra, qui a triomphé du cancer du sein, parle de son combat avec émotion et passion. Elle met son expérience au service d’autres personnes atteintes du cancer. Elle allie sa détermination et ses talents d’organisatrice pour faire avancer la recherche d’un remède à cette terrible maladie.

Les

Les Maiczan participe activement au mouvement syndical et à la vie communautaire. Membre du Cercle d’action autochtone de la région de la capitale nationale (RCN) depuis 2002, il a auparavant siégé au Cercle national ainsi qu’au comité exécutif du Odawa Native Friendship Centre pendant trois ans. Occupant depuis 2002 un poste de direction à sa section locale, il a été délégué syndical en chef, vice-président et président. Maintenant coprésident du Cercle d’action autochtone de la RCN, il anime également sur les ondes de CKCU The Bear Necessities, une émission de radio consacrée à la musique autochtone et à ses artisans.

Luc

Luc Tailleur a beaucoup contribué à sensibiliser les membres de l’AFPC. Au fil de ses discussions et présentations, à force de patience et de manifestations, il a su dénoncer de nombreux problèmes qui ont touché les peuples autochtones. Il a notamment protesté contre le manque d’accès à l’eau potable dans bon nombre de communautés autochtones et contre la violence subie par les femmes, en plus de revendiquer l’équité juridique et la reconnaissance des peuples autochtones et de leurs territoires. Luc est un fier porte-parole des peuples autochtones du pays, surtout ceux du Québec. Il s’est dévoué sans compter pour leurs droits et leur juste représentation parmi les membres et dirigeants élus de l’AFPC. Profitant maintenant d’une retraite bien méritée, il continue de se consacrer à ses passions et de prodiguer ses enseignements enrichissants.

Sujets: 

Journée nationale des peuples autochtones : découvrez nos membres

PSAC National News - Fri, 06/21/2019 - 08:59
Plusieurs membres de l’AFPC contribuent chaque jour grandement au mouvement syndical et à leur communauté. À l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones, saluons quelques-uns de ces membres et le formidable boulot qu’ils accomplissent. Voici leur histoire :

Jill

Jill MacNeill travaille au bureau de Prince Rupert du ministère des Pêches et des Océans. Représentante féminine de la Colombie-Britannique au CNPA et présidente de son Conseil régional, elle siège également au Conseil de région de la Colombie-Britannique et coordonne l’essentiel du travail sur Phénix et les négociations avec le Conseil du Trésor. C’est à ce titre qu’elle a organisé plusieurs activités de mobilisation entourant ces enjeux dans son milieu de travail. Elle compte aussi mettre sur pied un projet de réconciliation sur un an, en collaboration avec son employeur.

Joey

Joey Dunphy est directeur pour les membres autochtones de l’AFPC-Atlantique, représentant masculin de l’Atlantique au Cercle national des peuples autochtones (CNPA) et membre du Groupe de travail des peuples autochtones du Comité national des droits de la personne. Bien qu’il soit encore un jeune travailleur, c’est un militant syndical chevronné qui a entamé sa carrière dans la fonction publique fédérale comme agent des services frontaliers en 2008. Il s’est alors investi dans le comité régional sur l’équité en emploi et la diversité de l’Agence, comité qu’il copréside maintenant. Après avoir été témoin d’injustices au travail, Joey a décidé de rallier le Syndicat des Douanes et de l’Immigration. D’abord délégué syndical de sa section locale, il est aujourd’hui le 3e vice-président national. Les questions autochtones lui tiennent particulièrement à cœur. Il a d’ailleurs joué un grand rôle dans la campagne de sensibilisation à la cause des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées et dans la campagne Soif de justice de l’AFPC. Natif de la Première Nation malécite du Madawaska, il y réside avec sa femme et leurs deux jeunes enfants.

Susie

Susie Blythe, de Service Canada, est présidente de sa section locale et de son Conseil régional, coordonnatrice à la mobilisation dans le cadre des négociations avec le Conseil du Trésor et directrice de district au SEIC. Elle organise également nos activités estivales d’engagement communautaire dans la région de Surrey, notamment notre participation aux célébrations de la Fierté et au festival Fusion, un grand rendez-vous multiculturel.

Sheila

Sheila Karasiewicz est une gardienne du savoir traditionnel du Thunderbird Nest d’Anemki Wajew (Première Nation de Fort William), une communauté ojibwée jouxtant Thunder Bay et délimitée par le traité Robinson-Supérieur de 1850. Son nom spirituel est Niibin Giimiwan (pluie d’été) et son totem (son clan), la Tortue. Elle a fait ses débuts dans la fonction publique fédérale en juillet 1982, travaillant comme peseuse de grains pour la Commission canadienne des grains. C’est en 2013 qu’elle est passée à son emploi actuel d’agente des services de financement à Services aux Autochtones Canada. Elle fait partie de la section locale 00296 du SEN. Sheila est la représentante autochtone au sein du Conseil de la région de l’Ontario et la représentante des femmes autochtones de l’Ontario au CNPA. Formatrice de l’Alliance et du Programme d’apprentissage mixte, elle anime aussi l’exercice des couvertures KAIROS, une activité interactive au cours de laquelle elle présente 500 ans d’histoire autochtone. Ses principaux objectifs : la sensibilisation, la communication, la représentation au sein du syndicat, la formation, le recrutement, la mobilisation et la défense des droits autochtones, principalement dans les dossiers des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées, de l’eau, du prix des aliments, du logement et de l’éducation.

 

Sandra

Sandra Ahenakew est la mentore de nombreuses personnes dans les Prairies et au Syndicat des employées et employés nationaux. Représentante des Autochtones au Conseil des Prairies, Sandra est fière de ses racines. Elle saisit toutes les occasions de sensibiliser les gens, de représenter les membres et de dénoncer l’injustice. Sandra est l’une des artisanes du cours « Syndicalisme à l’Île de la Tortue » conçu par la Fédération du travail de la Saskatchewan. Ce cours rassembleur permet aux Autochtones et non Autochtones de découvrir et de mieux comprendre l’histoire de l’oppression. C’est grâce à elle si le cours est maintenant offert dans toutes les régions de l’AFPC. Sandra, qui a triomphé du cancer du sein, parle de son combat avec émotion et passion. Elle met son expérience au service d’autres personnes atteintes du cancer. Elle allie sa détermination et ses talents d’organisatrice pour faire avancer la recherche d’un remède à cette terrible maladie.

Les

Les Maiczan participe activement au mouvement syndical et à la vie communautaire. Membre du Cercle d’action autochtone de la région de la capitale nationale (RCN) depuis 2002, il a auparavant siégé au Cercle national ainsi qu’au comité exécutif du Odawa Native Friendship Centre pendant trois ans. Occupant depuis 2002 un poste de direction à sa section locale, il a été délégué syndical en chef, vice-président et président. Maintenant coprésident du Cercle d’action autochtone de la RCN, il anime également sur les ondes de CKCU The Bear Necessities, une émission de radio consacrée à la musique autochtone et à ses artisans.

Luc

Luc Tailleur a beaucoup contribué à sensibiliser les membres de l’AFPC. Au fil de ses discussions et présentations, à force de patience et de manifestations, il a su dénoncer de nombreux problèmes qui ont touché les peuples autochtones. Il a notamment protesté contre le manque d’accès à l’eau potable dans bon nombre de communautés autochtones et contre la violence subie par les femmes, en plus de revendiquer l’équité juridique et la reconnaissance des peuples autochtones et de leurs territoires. Luc est un fier porte-parole des peuples autochtones du pays, surtout ceux du Québec. Il s’est dévoué sans compter pour leurs droits et leur juste représentation parmi les membres et dirigeants élus de l’AFPC. Profitant maintenant d’une retraite bien méritée, il continue de se consacrer à ses passions et de prodiguer ses enseignements enrichissants.

Topics: 

National Indigenous Peoples Day: Here are their stories

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 06/21/2019 - 08:31
Many PSAC members make important contributions to the labour movement and their communities every day. In honour of National Indigenous Peoples Day, we are highlighting a few of PSAC’s Indigenous members and the great work they do. Here are their stories:

Jill’s Story

Jill MacNeill works at the Department of Fisheries and Oceans (DFO) office in Prince Rupert. She is the female National Indigenous Peoples’ Circle (NIPC) representative for British Columbia, the president of her Area Council, sits on the BC Regional Council, and coordinates most of our work around Phoenix and Treasury Board bargaining in her area. She has organized many Phoenix and Treasury board bargaining mobilization events in her workplace and plans to organize a year-long Reconciliation project in conjunction with the employer.

Joey’s Story

Joey Dunphy is the PSAC Atlantic Indigenous Director, PSAC’s NIPC Male Representative for the Atlantic, as well as a member of the PSAC National Human Rights Committee Indigenous Working Group. Although Joey is a young worker, he is a seasoned union activist who began his career in the federal public service as a Border Services Officer in 2008. This is where he got involved with the Employer’s Regional Equity and Diversity Committee, which he is now the co-chair. After witnessing some injustices in the workplace, Joey decided to get involved within the Customs and Immigration Union, where he started as a local shop steward and now holds the position of 3rd National Vice President. Indigenous issues are very near and dear to Joey’s heart. He’s been very involved with the PSAC Missing and Murdered Indigenous Women’s campaign and the Thirsty for Justice campaign. Joey is from the Madawaska Maliseet First Nation, where he resides with his wife and two young children.

Susie’s Story

Susie Blyth works at Service Canada. She is her local president, president of the Area Council, a Treasury Board Mobilization Coordinator, and a district director for CEIU. Susie is organizing PSAC’s community outreach events over the summer in the Surrey area, including our participation at Pride & Fusion Festival, a large multi-cultural event.

Sheila’s Story

Sheila Karasiewicz is a Traditional Knowledge Keeper from the Thunderbird nest of Anemki Wajew (Fort William First Nation), which is an Ojibwe community adjacent to Thunder Bay, Ontario located in the Robinson Superior Treaty Territory of 1850. Sheila’s spirit name is Niibin Giimiwan (Summer Rain) and her Dodem (Clan) is the Turtle. Sheila first joined the federal public service in July 1982 where she worked as a Grain Weigher for the Canadian Grain Commission. In 2013, she transferred to her current position as a Funding Service Officer at Indigenous Services Canada and is a part of UNE Local 00296. Sheila is the Indigenous representative for PSAC’s Ontario Council and the Indigenous Ontario woman representative for NIPC. She is an Alliance and JLP Facilitator, and a KAIROS Blanket Exercise Facilitator where she introduces 500 years of Indigenous history through an interactive exercise. Her main goals are to focus on: outreach, communication, representation within the union, education, recruitment, mobilization, and advancing Indigenous Rights as it pertains to issues such as the murdered and missing Indigenous women and girls, water, food pricing, housing and education.

Sandra’s Story

Sandra Ahenakew is a femtor to many in the Prairies and within her component of the Union of National Employees. Sandra is the Prairie Region Council Indigenous Representative and is proudly connected to her roots as an Indigenous woman. She uses every opportunity as a teaching moment and is committed to representing members and to challenging injustice. Sandra was instrumental in the development of the Unionism on Turtle Island course that was started by the Saskatchewan Federation of Labour (SFL).  The course is designed to bring Indigenous peoples and non-Indigenous together to learn the history of oppression and an understanding.  Through her determination, this course is now offered in each region of PSAC. Sandra is also a breast cancer survivor and shares her story with passion and emotion.  She is a support to many as they go through their own journey.  Her organizing skills are put to good use in her determination to find a cure for cancer.

Les’ Story

Les Maiczan is not only active in the labour movement but the community as well. Les has been a member of the Aboriginal Action Circle in the National Capital Region (NCR) since 2002, and he previously sat on the National Circle. He was also a part of the executive body of the Odawa Friendship Centre for 3 years. Les has held an executive position at his local since 2002 and has filled the roles of chief shop steward, vice-president, and president. Currently Les is co-chair of the Indigenous Action Circle in the NCR and hosts a radio show on CKCU highlighting Indigenous music and musicians. His show is called The Bear Necessities.

Luc’s Story

Luc Tailleur has made significant contributions to the education of PSAC members. Through words, presentations, patience and demonstrations, he has denounced various issues that have afflicted Indigenous peoples. In particular, he has advocated for the lack of access to drinking water in many Indigenous communities, the violence experienced by Indigenous women, and pursued legal equity and recognition for Indigenous peoples and their territories. Luc is a proud voice for the Indigenous peoples of Canada, but especially of Quebec.  He has made a passionate contribution to the development of Indigenous peoples’ rights and their recognition amongst PSAC members and elected officials. Luc is now enjoying a well-deserved retirement, where he continues to pursue his passions and his enriching teachings.

Sujets: 

National Indigenous Peoples Day: Here are their stories

PSAC National News - Fri, 06/21/2019 - 08:31
Many PSAC members make important contributions to the labour movement and their communities every day. In honour of National Indigenous Peoples Day, we are highlighting a few of PSAC’s Indigenous members and the great work they do. Here are their stories:

Jill’s Story

Jill MacNeill works at the Department of Fisheries and Oceans (DFO) office in Prince Rupert. She is the female National Indigenous Peoples’ Circle (NIPC) representative for British Columbia, the president of her Area Council, sits on the BC Regional Council, and coordinates most of our work around Phoenix and Treasury Board bargaining in her area. She has organized many Phoenix and Treasury board bargaining mobilization events in her workplace and plans to organize a year-long Reconciliation project in conjunction with the employer.

Joey’s Story

Joey Dunphy is the PSAC Atlantic Indigenous Director, PSAC’s NIPC Male Representative for the Atlantic, as well as a member of the PSAC National Human Rights Committee Indigenous Working Group. Although Joey is a young worker, he is a seasoned union activist who began his career in the federal public service as a Border Services Officer in 2008. This is where he got involved with the Employer’s Regional Equity and Diversity Committee, which he is now the co-chair. After witnessing some injustices in the workplace, Joey decided to get involved within the Customs and Immigration Union, where he started as a local shop steward and now holds the position of 3rd National Vice President. Indigenous issues are very near and dear to Joey’s heart. He’s been very involved with the PSAC Missing and Murdered Indigenous Women’s campaign and the Thirsty for Justice campaign. Joey is from the Madawaska Maliseet First Nation, where he resides with his wife and two young children.

Susie’s Story

Susie Blyth works at Service Canada. She is her local president, president of the Area Council, a Treasury Board Mobilization Coordinator, and a district director for CEIU. Susie is organizing PSAC’s community outreach events over the summer in the Surrey area, including our participation at Pride & Fusion Festival, a large multi-cultural event.

Sheila’s Story

Sheila Karasiewicz is a Traditional Knowledge Keeper from the Thunderbird nest of Anemki Wajew (Fort William First Nation), which is an Ojibwe community adjacent to Thunder Bay, Ontario located in the Robinson Superior Treaty Territory of 1850. Sheila’s spirit name is Niibin Giimiwan (Summer Rain) and her Dodem (Clan) is the Turtle. Sheila first joined the federal public service in July 1982 where she worked as a Grain Weigher for the Canadian Grain Commission. In 2013, she transferred to her current position as a Funding Service Officer at Indigenous Services Canada and is a part of UNE Local 00296. Sheila is the Indigenous representative for PSAC’s Ontario Council and the Indigenous Ontario woman representative for NIPC. She is an Alliance and JLP Facilitator, and a KAIROS Blanket Exercise Facilitator where she introduces 500 years of Indigenous history through an interactive exercise. Her main goals are to focus on: outreach, communication, representation within the union, education, recruitment, mobilization, and advancing Indigenous Rights as it pertains to issues such as the murdered and missing Indigenous women and girls, water, food pricing, housing and education.

Sandra’s Story

Sandra Ahenakew is a femtor to many in the Prairies and within her component of the Union of National Employees. Sandra is the Prairie Region Council Indigenous Representative and is proudly connected to her roots as an Indigenous woman. She uses every opportunity as a teaching moment and is committed to representing members and to challenging injustice. Sandra was instrumental in the development of the Unionism on Turtle Island course that was started by the Saskatchewan Federation of Labour (SFL).  The course is designed to bring Indigenous peoples and non-Indigenous together to learn the history of oppression and an understanding.  Through her determination, this course is now offered in each region of PSAC. Sandra is also a breast cancer survivor and shares her story with passion and emotion.  She is a support to many as they go through their own journey.  Her organizing skills are put to good use in her determination to find a cure for cancer.

Les’ Story

Les Maiczan is not only active in the labour movement but the community as well. Les has been a member of the Aboriginal Action Circle in the National Capital Region (NCR) since 2002, and he previously sat on the National Circle. He was also a part of the executive body of the Odawa Friendship Centre for 3 years. Les has held an executive position at his local since 2002 and has filled the roles of chief shop steward, vice-president, and president. Currently Les is co-chair of the Indigenous Action Circle in the NCR and hosts a radio show on CKCU highlighting Indigenous music and musicians. His show is called The Bear Necessities.

Luc’s Story

Luc Tailleur has made significant contributions to the education of PSAC members. Through words, presentations, patience and demonstrations, he has denounced various issues that have afflicted Indigenous peoples. In particular, he has advocated for the lack of access to drinking water in many Indigenous communities, the violence experienced by Indigenous women, and pursued legal equity and recognition for Indigenous peoples and their territories. Luc is a proud voice for the Indigenous peoples of Canada, but especially of Quebec.  He has made a passionate contribution to the development of Indigenous peoples’ rights and their recognition amongst PSAC members and elected officials. Luc is now enjoying a well-deserved retirement, where he continues to pursue his passions and his enriching teachings.

Topics: 

Journée nationale des peuples autochtones : Quoi de plus beau que la réconciliation

Nouvelles de l'AFPC - Wed, 06/19/2019 - 14:55

De tout temps, les peuples autochtones du monde entier ont marqué les solstices d’été et d’hiver par des cérémonies, des rituels et des célébrations. Ici, à l’île de la Tortue, la plupart des communautés autochtones marquent le plus long jour de l’année en se rappelant tous les bienfaits que la vie peut leur offrir et en rendant grâce pour tout ce que la terre leur a légué.

En cette journée nationale, les peuples autochtones de l’AFPC nous invitent à célébrer autrement : soyons reconnaissants pour tout ce que nous avons, tout en réfléchissant à ce que nous pouvons offrir au monde.

Dans son ouvrage L’Indien malcommode, l’auteur autochtone Thomas King se demande à quoi ressemblerait le Canada aujourd’hui si les colonisateurs avaient adopté une vision du monde autochtone au lieu du modèle européen axé sur le mercantilisme, les profits et la consommation excessive.

Et si les gens se limitaient à ce dont ils ont besoin, au lieu d’acquérir tout ce qui est possible?

Et si on traitait l’eau et la terre comme des ressources sacrées et qu’on les protégeait comme si nos vies en dépendaient?

À quoi ressemblerait la société si les plus forts de nos communautés prenaient soin des plus vulnérables et les soutenaient?

On pourrait citer bien d’autres exemples de valeurs autochtones qui rendraient le monde plus équitable, sûr et paisible. Cette année, engageons-nous vers la réconciliation de la plus belle façon qui soit.

Cette année, l'image de la Journée nationale des peuples autochtones est tirée de "Sagesse de l'Univers", un magnifique tableau de l'artiste métisse Christi Belcourt, lauréate de nombreux prix. 

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Journée nationale des peuples autochtones : Quoi de plus beau que la réconciliation

PSAC National News - Wed, 06/19/2019 - 14:55

De tout temps, les peuples autochtones du monde entier ont marqué les solstices d’été et d’hiver par des cérémonies, des rituels et des célébrations. Ici, à l’île de la Tortue, la plupart des communautés autochtones marquent le plus long jour de l’année en se rappelant tous les bienfaits que la vie peut leur offrir et en rendant grâce pour tout ce que la terre leur a légué.

En cette journée nationale, les peuples autochtones de l’AFPC nous invitent à célébrer autrement : soyons reconnaissants pour tout ce que nous avons, tout en réfléchissant à ce que nous pouvons offrir au monde.

Dans son ouvrage L’Indien malcommode, l’auteur autochtone Thomas King se demande à quoi ressemblerait le Canada aujourd’hui si les colonisateurs avaient adopté une vision du monde autochtone au lieu du modèle européen axé sur le mercantilisme, les profits et la consommation excessive.

Et si les gens se limitaient à ce dont ils ont besoin, au lieu d’acquérir tout ce qui est possible?

Et si on traitait l’eau et la terre comme des ressources sacrées et qu’on les protégeait comme si nos vies en dépendaient?

À quoi ressemblerait la société si les plus forts de nos communautés prenaient soin des plus vulnérables et les soutenaient?

On pourrait citer bien d’autres exemples de valeurs autochtones qui rendraient le monde plus équitable, sûr et paisible. Cette année, engageons-nous vers la réconciliation de la plus belle façon qui soit.

Cette année, l'image de la Journée nationale des peuples autochtones est tirée de "Sagesse de l'Univers", un magnifique tableau de l'artiste métisse Christi Belcourt, lauréate de nombreux prix. 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

National Indigenous Peoples Day: Reconciliation Can Be Beautiful

Nouvelles de l'AFPC - Wed, 06/19/2019 - 14:32

For as far back as oral histories can tell us, Indigenous people around the world have marked the summer and winter solstices in ceremony, ritual and celebration. Here, on Turtle Island, most Indigenous communities mark the longest day of the year by reminding ourselves of all the good things in our lives and by giving thanks for all that the earth has shared with us.

On this National Indigenous Peoples Day, Indigenous people in our union are inviting everyone to join us in celebrating in a new way, one that not only highlights all we have to be thankful for, but also to focus on all that we have to offer the world.

In his book, An Inconvenient Indian, Indigenous author Thomas King ponders what Canada would look like today if settlers had adopted an Indigenous world view instead of the European model of mercantilism, profit and excessive consumption.

What if we lived in a world where people kept only what they needed, instead of taking everything they can get?

What if we were to treat the land and the water as if they were sacred and protected them as if our very lives depended on it – as they do?

What would society look like if the strongest in our communities made sure that the most vulnerable were taken care of and fully supported?

There are certainly many other examples of the ways in which an Indigenous value system would make the world more equitable, safe and peaceful. Let us this year commit to reconciliation in this most beautiful way.

This year's National Indigenous Peoples Day image is taken from "Wisdom of the Universe", a beautiful painting from award-winning Métis artist Christi Belcourt

Sujets: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

National Indigenous Peoples Day: Reconciliation Can Be Beautiful

PSAC National News - Wed, 06/19/2019 - 14:32

For as far back as oral histories can tell us, Indigenous people around the world have marked the summer and winter solstices in ceremony, ritual and celebration. Here, on Turtle Island, most Indigenous communities mark the longest day of the year by reminding ourselves of all the good things in our lives and by giving thanks for all that the earth has shared with us.

On this National Indigenous Peoples Day, Indigenous people in our union are inviting everyone to join us in celebrating in a new way, one that not only highlights all we have to be thankful for, but also to focus on all that we have to offer the world.

In his book, An Inconvenient Indian, Indigenous author Thomas King ponders what Canada would look like today if settlers had adopted an Indigenous world view instead of the European model of mercantilism, profit and excessive consumption.

What if we lived in a world where people kept only what they needed, instead of taking everything they can get?

What if we were to treat the land and the water as if they were sacred and protected them as if our very lives depended on it – as they do?

What would society look like if the strongest in our communities made sure that the most vulnerable were taken care of and fully supported?

There are certainly many other examples of the ways in which an Indigenous value system would make the world more equitable, safe and peaceful. Let us this year commit to reconciliation in this most beautiful way.

This year's National Indigenous Peoples Day image is taken from "Wisdom of the Universe", a beautiful painting from award-winning Métis artist Christi Belcourt

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Moise de la Fierté : l'histoire de Wayne

Nouvelles de l'AFPC - Wed, 06/19/2019 - 12:39

Wayne Kelley représente les membres LGBTQ2+ au Conseil de la région de l’Atlantique de l’AFPC, où il œuvre fièrement et sans relâche pour défendre leurs droits.

Né à Windsor, en Nouvelle-Écosse, il a terminé un programme de deux ans en gestion hôtelière en se classant parmi les cinq meilleurs étudiants de sa promotion. Wayne a toujours travaillé dans un milieu syndiqué, où il s’est distingué comme fervent défenseur des droits de la personne.

Son militantisme syndical a commencé sous l’impulsion de ses collègues du mouvement syndical lorsqu’il travaillait à la BFC Greenwood. Il a été un ardent défenseur de l’équité en matière d’emploi dès le début de ses activités syndicales et a représenté le syndicat aux réunions axées sur cet enjeu. Il est toujours membre de la section locale 80403 de l’UEDN et fier de l’être.

Wayne est particulièrement occupé pendant la saison des célébrations de la Fierté, participant aux défilés en portant le drapeau de l’AFPC tant dans les grandes que les petites collectivités du Canada atlantique. Président du conseil du travail de la vallée de l’Annapolis et représentant de l’AFPC-Atlantique au comité de la lutte contre le racisme et des droits de la personne de la Fédération du travail de la Nouvelle-Écosse, Wayne est avant tout passionné par la création d’alliances qui visent l’équité pour tous. Selon Wayne, la lutte pour la diversité et l’inclusion est une entreprise de toute une vie.

Wayne vit avec son partenaire Willis Bezanson depuis 1981.

Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Moise de la Fierté : l'histoire de Wayne

PSAC National News - Wed, 06/19/2019 - 12:39

Wayne Kelley représente les membres LGBTQ2+ au Conseil de la région de l’Atlantique de l’AFPC, où il œuvre fièrement et sans relâche pour défendre leurs droits.

Né à Windsor, en Nouvelle-Écosse, il a terminé un programme de deux ans en gestion hôtelière en se classant parmi les cinq meilleurs étudiants de sa promotion. Wayne a toujours travaillé dans un milieu syndiqué, où il s’est distingué comme fervent défenseur des droits de la personne.

Son militantisme syndical a commencé sous l’impulsion de ses collègues du mouvement syndical lorsqu’il travaillait à la BFC Greenwood. Il a été un ardent défenseur de l’équité en matière d’emploi dès le début de ses activités syndicales et a représenté le syndicat aux réunions axées sur cet enjeu. Il est toujours membre de la section locale 80403 de l’UEDN et fier de l’être.

Wayne est particulièrement occupé pendant la saison des célébrations de la Fierté, participant aux défilés en portant le drapeau de l’AFPC tant dans les grandes que les petites collectivités du Canada atlantique. Président du conseil du travail de la vallée de l’Annapolis et représentant de l’AFPC-Atlantique au comité de la lutte contre le racisme et des droits de la personne de la Fédération du travail de la Nouvelle-Écosse, Wayne est avant tout passionné par la création d’alliances qui visent l’équité pour tous. Selon Wayne, la lutte pour la diversité et l’inclusion est une entreprise de toute une vie.

Wayne vit avec son partenaire Willis Bezanson depuis 1981.

Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Pride month: Wayne's story

Nouvelles de l'AFPC - Wed, 06/19/2019 - 12:37

Wayne Kelley is the Director for LGBTQ2+ members on the PSAC Atlantic Regional Council, where he works tirelessly and proudly to advocate for LGBTQ2+ members’ rights. 

He was born in Windsor, Nova Scotia, and completed a two-year program in Hotel Management where he graduated in the top five of his class. Wayne has always worked in a unionized environment where he has been a champion for human rights.

His union activism began at the urging of fellow union members when he worked at CFB Greenwood. He has been a strong advocate for employment equity early on in his union activities and represented the union at employment equity meetings. He continues to be a proud member of UNDE Local 80403.

Wayne is busiest during Pride season when he flies the PSAC flag at Pride parades in both big and small Atlantic Canadian communities. He is the president of the Annapolis Valley Labour Council and the PSAC Atlantic representative on the Anti-Racism and Human Rights Committee for the Nova Scotia Federation of Labour. His passion lies in ally building, with a goal of achieving equity for all. Wayne believes that the struggle for diversity and inclusion is a life-long endeavor.

Wayne has been with his partner Willis Bezanson since 1981.

Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Pride month: Wayne's story

PSAC National News - Wed, 06/19/2019 - 12:37

Wayne Kelley is the Director for LGBTQ2+ members on the PSAC Atlantic Regional Council, where he works tirelessly and proudly to advocate for LGBTQ2+ members’ rights. 

He was born in Windsor, Nova Scotia, and completed a two-year program in Hotel Management where he graduated in the top five of his class. Wayne has always worked in a unionized environment where he has been a champion for human rights.

His union activism began at the urging of fellow union members when he worked at CFB Greenwood. He has been a strong advocate for employment equity early on in his union activities and represented the union at employment equity meetings. He continues to be a proud member of UNDE Local 80403.

Wayne is busiest during Pride season when he flies the PSAC flag at Pride parades in both big and small Atlantic Canadian communities. He is the president of the Annapolis Valley Labour Council and the PSAC Atlantic representative on the Anti-Racism and Human Rights Committee for the Nova Scotia Federation of Labour. His passion lies in ally building, with a goal of achieving equity for all. Wayne believes that the struggle for diversity and inclusion is a life-long endeavor.

Wayne has been with his partner Willis Bezanson since 1981.

Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Quarter

Pages

Subscribe to Union of Veterans' Affairs Employees aggregator