Feed aggregator

OES : L’employeur reconnaît que ses employés sont des fonctionnaires

Nouvelles de l'AFPC - Tue, 09/19/2017 - 14:25

Nous sommes retournées en négociation avec les OES la semaine du 11 septembre. Nous nous sommes d’abord réunis en caucus pour travailler sur nos revendications concernant les heures de travail et la sécurité d’emploi.

L’employeur nous avait avisés qu’il aurait un nouveau négociateur principal, ce qui nous a réjouis, car son équipe n’était vraiment pas bien préparée lorsqu’elle s’est présentée à la table en mai dernier. De fait, le ton a considérablement changé. Cette fois-ci, l’équipe de l’employeur était bien organisée. Elle a fait preuve de respect et fourni tous les documents dans les deux langues officielles.

Nous avons donc repris les pourparlers le mardi 12 septembre en répondant à la question que nous avaient posée les OES : pourquoi est-il important qu’on nous reconnaisse comme des fonctionnaires fédéraux?

Dans la décision arbitrale qu’elle a rendue lors de la dernière ronde de négociation, l’arbitre Christine Schmidt a été claire :

Enfin, contrairement aux arguments des OES, les membres de cette unité de négociation sont bel et bien des fonctionnaires fédéraux. Compte tenu des arguments des deux parties et du fait que les intervieweurs et intervieweurs principaux des OES sont des employés à temps partiel, sans garantie d’heures de travail, et que l’employeur doit surmonter certains défis en raison de la nature de ses activités, le conseil d’arbitrage estime que les conditions de travail de ces employés sont inférieures à celles de leurs homologues fédéraux. [notre traduction]

Nos conditions d’emploi sont peut-être différentes de celles de l’administration publique centrale, mais nous ne méritons pas moins que les autres employés fédéraux. Il était temps que notre employeur le reconnaisse et nous traite avec respect. Nous sommes heureux qu’il ait enfin admis que nous sommes des fonctionnaires!

L’employeur a également modifié et expliqué ses propositions (voir ci-joint). Il en a retiré certaines, mais en a conservé d’autres, ce qui nous déçoit. Il souhaite notamment limiter la protection d’emploi dans l’article sur les heures de travail et propose de réduire la durée du congé de maternité et du congé parental payé.

La semaine s’est conclue par une présentation de l’employeur, qui a ensuite répondu à nos questions au sujet de l’assignation du travail et de l’établissement des horaires de travail. Nous présenterons des revendications à ce sujet lors de notre prochaine rencontre.

Les négociations se poursuivront du 21 au 23 novembre.

Sujets: Éditeur:  Fichiers joints:  sso_employer_proposals_-_final_version.pdf

OES : L’employeur reconnaît que ses employés sont des fonctionnaires

PSAC National News - Tue, 09/19/2017 - 14:25

Nous sommes retournées en négociation avec les OES la semaine du 11 septembre. Nous nous sommes d’abord réunis en caucus pour travailler sur nos revendications concernant les heures de travail et la sécurité d’emploi.

L’employeur nous avait avisés qu’il aurait un nouveau négociateur principal, ce qui nous a réjouis, car son équipe n’était vraiment pas bien préparée lorsqu’elle s’est présentée à la table en mai dernier. De fait, le ton a considérablement changé. Cette fois-ci, l’équipe de l’employeur était bien organisée. Elle a fait preuve de respect et fourni tous les documents dans les deux langues officielles.

Nous avons donc repris les pourparlers le mardi 12 septembre en répondant à la question que nous avaient posée les OES : pourquoi est-il important qu’on nous reconnaisse comme des fonctionnaires fédéraux?

Dans la décision arbitrale qu’elle a rendue lors de la dernière ronde de négociation, l’arbitre Christine Schmidt a été claire :

Enfin, contrairement aux arguments des OES, les membres de cette unité de négociation sont bel et bien des fonctionnaires fédéraux. Compte tenu des arguments des deux parties et du fait que les intervieweurs et intervieweurs principaux des OES sont des employés à temps partiel, sans garantie d’heures de travail, et que l’employeur doit surmonter certains défis en raison de la nature de ses activités, le conseil d’arbitrage estime que les conditions de travail de ces employés sont inférieures à celles de leurs homologues fédéraux. [notre traduction]

Nos conditions d’emploi sont peut-être différentes de celles de l’administration publique centrale, mais nous ne méritons pas moins que les autres employés fédéraux. Il était temps que notre employeur le reconnaisse et nous traite avec respect. Nous sommes heureux qu’il ait enfin admis que nous sommes des fonctionnaires!

L’employeur a également modifié et expliqué ses propositions (voir ci-joint). Il en a retiré certaines, mais en a conservé d’autres, ce qui nous déçoit. Il souhaite notamment limiter la protection d’emploi dans l’article sur les heures de travail et propose de réduire la durée du congé de maternité et du congé parental payé.

La semaine s’est conclue par une présentation de l’employeur, qui a ensuite répondu à nos questions au sujet de l’assignation du travail et de l’établissement des horaires de travail. Nous présenterons des revendications à ce sujet lors de notre prochaine rencontre.

Les négociations se poursuivront du 21 au 23 novembre.

Topics: Publisher:  Attachments:  sso_employer_proposals_-_final_version.pdf

Employer’s bargaining team acknowledges SSO workers as ‘public servants’

Nouvelles de l'AFPC - Tue, 09/19/2017 - 14:23

Our bargaining team resumed bargaining with SSO during the week of Sept. 11. The team started the week in caucus, where we continued to work on our proposals on hours of work and job security.

Following our last bargaining session in May, SSO informed us of a change in their lead negotiator. This was welcome news to us, as the employer had arrived at the bargaining table in May unprepared and disorganized. We are pleased to report a significant change in tone in this session of bargaining. The employer’s team was organized and respectful. Furthermore, all documents were provided in both official languages.

We began Tuesday’s bargaining session by answering the following question asked to us by SSO: Why do we care about being recognized as federal public servants?

Arbitrator Christine Schmidt made this very clear in her arbitral award during the last round of bargaining. She said:

Finally, contrary to SSO's submission, members of this bargaining unit are federal public servants. Cognizant that the interviewers and senior interviewers at SSO are part-time employees, without guaranteed hours of work, whose employer faces challenges given the nature of the work it undertakes, and considering the parties' submissions, the board's view is that these employees lag behind their federal counterparts.

There may be differences in our terms and conditions of employment compared to the core public service, but it does not mean that we, who work for SSO, deserve less. It is high time that our employer recognizes this and gives us the respect we deserve. We are pleased that SSO came back with a clear response: SSO employees are public servants!

The employer also provided us with a revised package of its proposals that was clearly explained (see attachment below).  The employer has withdrawn some proposals, however, we are disappointed with some of the proposals it has maintained. The employer is seeking to limit the job security protections in the article on hours of work, and has proposed a reduction to paid maternity and parental leave periods.

The week ended with the employer providing us with a presentation and answering our questions on the assignment of work and scheduling. We intend to make proposals on these issues next time.

The next bargaining session will be Nov. 21 to 23.

Sujets: Éditeur:  Fichiers joints:  sso_employer_proposals_-_final_version.pdf

Employer’s bargaining team acknowledges SSO workers as ‘public servants’

PSAC National News - Tue, 09/19/2017 - 14:23

Our bargaining team resumed bargaining with SSO during the week of Sept. 11. The team started the week in caucus, where we continued to work on our proposals on hours of work and job security.

Following our last bargaining session in May, SSO informed us of a change in their lead negotiator. This was welcome news to us, as the employer had arrived at the bargaining table in May unprepared and disorganized. We are pleased to report a significant change in tone in this session of bargaining. The employer’s team was organized and respectful. Furthermore, all documents were provided in both official languages.

We began Tuesday’s bargaining session by answering the following question asked to us by SSO: Why do we care about being recognized as federal public servants?

Arbitrator Christine Schmidt made this very clear in her arbitral award during the last round of bargaining. She said:

Finally, contrary to SSO's submission, members of this bargaining unit are federal public servants. Cognizant that the interviewers and senior interviewers at SSO are part-time employees, without guaranteed hours of work, whose employer faces challenges given the nature of the work it undertakes, and considering the parties' submissions, the board's view is that these employees lag behind their federal counterparts.

There may be differences in our terms and conditions of employment compared to the core public service, but it does not mean that we, who work for SSO, deserve less. It is high time that our employer recognizes this and gives us the respect we deserve. We are pleased that SSO came back with a clear response: SSO employees are public servants!

The employer also provided us with a revised package of its proposals that was clearly explained (see attachment below).  The employer has withdrawn some proposals, however, we are disappointed with some of the proposals it has maintained. The employer is seeking to limit the job security protections in the article on hours of work, and has proposed a reduction to paid maternity and parental leave periods.

The week ended with the employer providing us with a presentation and answering our questions on the assignment of work and scheduling. We intend to make proposals on these issues next time.

The next bargaining session will be Nov. 21 to 23.

Topics: Publisher:  Attachments:  sso_employer_proposals_-_final_version.pdf

Les négociations ACIA reprendront le 19 septembre

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 09/15/2017 - 10:33

Les négociations reprendront du 19 au 22 septembre prochain, à Ottawa. Votre équipe de négo est résolue à obtenir une convention collective juste et espère que l’employeur est prêt à régler les questions en suspens.

Soyez informés et participez

Votre équipe de négo vous tiendra au courant des progrès.

Pour demeurer à l’affût des dernières nouvelles et vous impliquer :

  • Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vérifiez si vos coordonnées sont à jour.
  • Surveillez notre site Web national.
  • Suivez l’AFPC sur Facebook et Twitter.
  • Discutez avec vos collègues de votre convention collective, de vos avantages sociaux et des protections dont vous bénéficiez.
  • Participez aux prochaines séances d’information dans votre région.

Passez le mot! Ensemble, nous pouvons continuer à faire pression sur l’employeur et nous opposer à ses demandes de concession!

Sujets: Éditeur: 

Les négociations ACIA reprendront le 19 septembre

PSAC National News - Fri, 09/15/2017 - 10:33

Les négociations reprendront du 19 au 22 septembre prochain, à Ottawa. Votre équipe de négo est résolue à obtenir une convention collective juste et espère que l’employeur est prêt à régler les questions en suspens.

Soyez informés et participez

Votre équipe de négo vous tiendra au courant des progrès.

Pour demeurer à l’affût des dernières nouvelles et vous impliquer :

  • Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vérifiez si vos coordonnées sont à jour.
  • Surveillez notre site Web national.
  • Suivez l’AFPC sur Facebook et Twitter.
  • Discutez avec vos collègues de votre convention collective, de vos avantages sociaux et des protections dont vous bénéficiez.
  • Participez aux prochaines séances d’information dans votre région.

Passez le mot! Ensemble, nous pouvons continuer à faire pression sur l’employeur et nous opposer à ses demandes de concession!

Topics: Publisher: 

CFIA bargaining resumes September 19

Nouvelles de l'AFPC - Thu, 09/14/2017 - 15:31

Our bargaining team will resume negotiations with the employer in Ottawa from September 19 to 22. The Union Team is committed to reaching a fair renewal of the collective agreement and we hope the employer is prepared to resolve all outstanding issues.

Stay informed and get involved

Our bargaining team will keep you informed throughout this process.

To stay informed and get involved:

Spread the word so we can keep the pressure on the employer and fight back against their concessions!

Sujets: Éditeur: 

CFIA bargaining resumes September 19

PSAC National News - Thu, 09/14/2017 - 15:31

Our bargaining team will resume negotiations with the employer in Ottawa from September 19 to 22. The Union Team is committed to reaching a fair renewal of the collective agreement and we hope the employer is prepared to resolve all outstanding issues.

Stay informed and get involved

Our bargaining team will keep you informed throughout this process.

To stay informed and get involved:

Spread the word so we can keep the pressure on the employer and fight back against their concessions!

Topics: Publisher: 

Nouveaux accords sur la garde d’enfants entre le fédéral, l’Î-P-É et le Nouveau-Brunswick

Nouvelles de l'AFPC - Mon, 09/11/2017 - 08:23

Le gouvernement fédéral vient de conclure deux autres accords bilatéraux en vue d’améliorer les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ces accords de trois ans avec l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick précisent la façon dont les paiements de transfert seront investis dans ces provinces.

« Nous sommes ravis que le gouvernement fédéral reconnaisse le rôle qu’il peut jouer pour régler la crise des services de garde dans notre région et partout au pays, surtout après une aussi longue période de désengagement », déclare Colleen Coffey, vice-présidente exécutive régionale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada-Atlantique.

« On sait d’ores et déjà que l’annonce de la semaine dernière ne sera pas suffisante et on va maintenir la pression sur les gouvernements pour qu’ils en fassent davantage », ajoute Collen Coffey.

Améliorations ciblées

En vertu de ces accords, le Nouveau-Brunswick recevra 30 millions de dollars et l’Î.-P.É, 10,5 millions de dollars, pour un total de 40,5 millions sur trois ans. Comme le prévoit le cadre multilatéral annoncé en juin, les fonds fédéraux seront investis en fonction des enfants et des parents qui en ont le plus besoin.

L’accord avec l’Î.-P.-É. prévoit augmenter le nombre de places en garderie pour les bébés et répondre aux besoins des parents qui ont des horaires atypiques.

Pour sa part, le gouvernement du Nouveau-Brunswick injectera 41 millions de dollars dans le financement des services de garde. Le fonds total de 71 millions aidera la province à améliorer la gestion publique des services de garde en transformant au moins 300 garderies en centres de la petite enfance. Le gouvernement provincial affirme que ces centres pourront, grâce aux nouvelles mesures, offrir des programmes de qualité, abordables et inclusifs.

La campagne sur les services de garde porte fruit

La présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson, se réjouit que la question des services de garde s’inscrive dans les objectifs des élus et que tous les gouvernements s’engagent à régler les problèmes de longue date en matière de qualité et d’accessibilité.

« L’AFPC ne ménage pas ses efforts pour appuyer la campagne nationale sur les services de garde et celle-ci a clairement un impact. Cela devrait tous nous motiver à mettre encore plus de pression sur les gouvernements », ajoute Robyn Benson.

« C’est un sujet brûlant, surtout à l’approche de nombreuses élections provinciales et de l’élection fédérale qui suivra. Nous devons inciter tous les partis politiques à offrir des services de garde abordables, accessibles et de qualité pour l’ensemble des Canadiens et Canadiennes », renchérit-elle.
Joignez-vous aux voix de plus en plus nombreuses qui appuient la campagne Services de garde éducatifs pour tous.

Sujets: Géographie: Éditeur: 

Nouveaux accords sur la garde d’enfants entre le fédéral, l’Î-P-É et le Nouveau-Brunswick

PSAC National News - Mon, 09/11/2017 - 08:23

Le gouvernement fédéral vient de conclure deux autres accords bilatéraux en vue d’améliorer les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ces accords de trois ans avec l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick précisent la façon dont les paiements de transfert seront investis dans ces provinces.

« Nous sommes ravis que le gouvernement fédéral reconnaisse le rôle qu’il peut jouer pour régler la crise des services de garde dans notre région et partout au pays, surtout après une aussi longue période de désengagement », déclare Colleen Coffey, vice-présidente exécutive régionale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada-Atlantique.

« On sait d’ores et déjà que l’annonce de la semaine dernière ne sera pas suffisante et on va maintenir la pression sur les gouvernements pour qu’ils en fassent davantage », ajoute Collen Coffey.

Améliorations ciblées

En vertu de ces accords, le Nouveau-Brunswick recevra 30 millions de dollars et l’Î.-P.É, 10,5 millions de dollars, pour un total de 40,5 millions sur trois ans. Comme le prévoit le cadre multilatéral annoncé en juin, les fonds fédéraux seront investis en fonction des enfants et des parents qui en ont le plus besoin.

L’accord avec l’Î.-P.-É. prévoit augmenter le nombre de places en garderie pour les bébés et répondre aux besoins des parents qui ont des horaires atypiques.

Pour sa part, le gouvernement du Nouveau-Brunswick injectera 41 millions de dollars dans le financement des services de garde. Le fonds total de 71 millions aidera la province à améliorer la gestion publique des services de garde en transformant au moins 300 garderies en centres de la petite enfance. Le gouvernement provincial affirme que ces centres pourront, grâce aux nouvelles mesures, offrir des programmes de qualité, abordables et inclusifs.

La campagne sur les services de garde porte fruit

La présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson, se réjouit que la question des services de garde s’inscrive dans les objectifs des élus et que tous les gouvernements s’engagent à régler les problèmes de longue date en matière de qualité et d’accessibilité.

« L’AFPC ne ménage pas ses efforts pour appuyer la campagne nationale sur les services de garde et celle-ci a clairement un impact. Cela devrait tous nous motiver à mettre encore plus de pression sur les gouvernements », ajoute Robyn Benson.

« C’est un sujet brûlant, surtout à l’approche de nombreuses élections provinciales et de l’élection fédérale qui suivra. Nous devons inciter tous les partis politiques à offrir des services de garde abordables, accessibles et de qualité pour l’ensemble des Canadiens et Canadiennes », renchérit-elle.
Joignez-vous aux voix de plus en plus nombreuses qui appuient la campagne Services de garde éducatifs pour tous.

Topics: Geography: Publisher: 

Federal government announces child care agreements with PEI and NB

Nouvelles de l'AFPC - Mon, 09/11/2017 - 07:58

Two more provinces—PEI and New Brunswick—have signed bilateral agreements with the federal government to expand and improve early learning and child care services. The three-year bilateral agreements say how the federal government’s transfer payments to the provinces for child care will be spent.

“We are happy to see the federal government acknowledge it has a responsibility to address the child care crisis in our region and across the country, especially after such a long absence of federal involvement,” said Colleen Coffey, Public Service Alliance of Canada’s Regional Executive Vice-President for the Atlantic.

“Yet, we also know that what was announced last week isn’t going to be enough, and that’s why we intend to keep the pressure on governments to do more,” Coffey added.

Agreements provide targeted improvements

The agreements give New Brunswick $30 million, while PEI receives $10.5 million for a total of $40.5 million over three years. As required by the multilateral agreement on early learning and child care announced in June 2017, the federal funds will be directed to targeted groups of children and parents considered to have greatest need.

The PEI agreement promises an increase in the number of child care spaces for infants, as well as a response to the needs of parents who do seasonal and shift work.

The New Brunswick government used the opportunity to set out its own new child care funding commitment of $41 million.  The combined $71 million will be used to move the province towards greater public management of child care by turning at least 300 existing child care programs into new Early Learning Centres. The New Brunswick government says these centres will benefit from measures to address quality concerns, to lower parent fees, and provide inclusive programmes.

Child Care campaign working

PSAC National President Robyn Benson said she was pleased that child care is on the political agenda and all governments are making promises to address the long-standing problems of affordability, quality, and access.

“Clearly the national child care campaign that PSAC is working hard to support is having an impact and that should motivate all of us to push governments even harder,” said Benson.

“Child care is a hot button issue, especially with so many provincial elections coming up, and the next federal election not so far away. We have to push all political parties to make affordable, accessible, quality child care a reality for all Canadians,” she said.


To join the growing list of child care campaign supporters, sign up at childcareforall.ca

Sujets: Géographie: Éditeur: 

Federal government announces child care agreements with PEI and NB

PSAC National News - Mon, 09/11/2017 - 07:58

Two more provinces—PEI and New Brunswick—have signed bilateral agreements with the federal government to expand and improve early learning and child care services. The three-year bilateral agreements say how the federal government’s transfer payments to the provinces for child care will be spent.

“We are happy to see the federal government acknowledge it has a responsibility to address the child care crisis in our region and across the country, especially after such a long absence of federal involvement,” said Colleen Coffey, Public Service Alliance of Canada’s Regional Executive Vice-President for the Atlantic.

“Yet, we also know that what was announced last week isn’t going to be enough, and that’s why we intend to keep the pressure on governments to do more,” Coffey added.

Agreements provide targeted improvements

The agreements give New Brunswick $30 million, while PEI receives $10.5 million for a total of $40.5 million over three years. As required by the multilateral agreement on early learning and child care announced in June 2017, the federal funds will be directed to targeted groups of children and parents considered to have greatest need.

The PEI agreement promises an increase in the number of child care spaces for infants, as well as a response to the needs of parents who do seasonal and shift work.

The New Brunswick government used the opportunity to set out its own new child care funding commitment of $41 million.  The combined $71 million will be used to move the province towards greater public management of child care by turning at least 300 existing child care programs into new Early Learning Centres. The New Brunswick government says these centres will benefit from measures to address quality concerns, to lower parent fees, and provide inclusive programmes.

Child Care campaign working

PSAC National President Robyn Benson said she was pleased that child care is on the political agenda and all governments are making promises to address the long-standing problems of affordability, quality, and access.

“Clearly the national child care campaign that PSAC is working hard to support is having an impact and that should motivate all of us to push governments even harder,” said Benson.

“Child care is a hot button issue, especially with so many provincial elections coming up, and the next federal election not so far away. We have to push all political parties to make affordable, accessible, quality child care a reality for all Canadians,” she said.


To join the growing list of child care campaign supporters, sign up at childcareforall.ca

Topics: Geography: Publisher: 

Grève à l’aéroport de Winnipeg : la lutte se poursuit

Nouvelles de l'AFPC - Thu, 09/07/2017 - 13:41

Depuis le 24 juillet, les membres de l’AFPC/UCET qui travaillent pour l’Autorité aéroportuaire de Winnipeg sont en grève afin d’empêcher l’employeur de sous-traiter leur travail. Leur objectif : protéger leurs emplois. L’équipe de négociation a tenté de reprendre les pourparlers, mais l’Autorité portuaire a doublé la mise pour faire échouer ces efforts.

Cette grève pourrait durer longtemps en raison des mauvaises décisions de l’employeur. C’est pourquoi nos membres ont besoin de votre soutien. La sous-traitance n’est pas une option!

Merci à tous ceux et celles qui n’ont pas franchi la ligne de piquetage jusqu’à maintenant. Nous vous sommes reconnaissants de votre solidarité. Encouragez votre entourage à faire pareil! Songez aussi à faire un don à l’ordre de la section locale 50600 de l’UCET (avec la mention « Fonds de grève » au bas du chèque). Vous pouvez l’envoyer par la poste ou le déposer au bureau régional de l’AFPC au 175, rue Hargrave, bureau 460, Winnipeg (Manitoba) R3C 3R8.

Sujets: Géographie: 

Grève à l’aéroport de Winnipeg : la lutte se poursuit

PSAC National News - Thu, 09/07/2017 - 13:41

Depuis le 24 juillet, les membres de l’AFPC/UCET qui travaillent pour l’Autorité aéroportuaire de Winnipeg sont en grève afin d’empêcher l’employeur de sous-traiter leur travail. Leur objectif : protéger leurs emplois. L’équipe de négociation a tenté de reprendre les pourparlers, mais l’Autorité portuaire a doublé la mise pour faire échouer ces efforts.

Cette grève pourrait durer longtemps en raison des mauvaises décisions de l’employeur. C’est pourquoi nos membres ont besoin de votre soutien. La sous-traitance n’est pas une option!

Merci à tous ceux et celles qui n’ont pas franchi la ligne de piquetage jusqu’à maintenant. Nous vous sommes reconnaissants de votre solidarité. Encouragez votre entourage à faire pareil! Songez aussi à faire un don à l’ordre de la section locale 50600 de l’UCET (avec la mention « Fonds de grève » au bas du chèque). Vous pouvez l’envoyer par la poste ou le déposer au bureau régional de l’AFPC au 175, rue Hargrave, bureau 460, Winnipeg (Manitoba) R3C 3R8.

Topics: Geography: 

Winnipeg Airport Workers Continue the Struggle

Nouvelles de l'AFPC - Thu, 09/07/2017 - 13:40

Since July 24, PSAC/UCTE workers have been on strike to stop the Winnipeg Airports Authority from contracting out their employees’ work. They are on the line to protect their jobs. The union's negotiating team has attempted to re-start a meaningful negotiation but the Airport has doubled down on their efforts.

This strike looks like it could stretch out because of the employer's poor decision-making, so our members will need your support. Contracting out won't fly! 

We want to thank everyone who has respected the picket line to date, and call on your continued solidarity to pass on the message to others to do the same as the strike continues. Also, please consider making a donation to the strike fund. Make cheques payable to UCTE 50600 (Strike Fund in the memo field) and mail or drop them off at PSAC Regional Office, 460 – 175 Hargrave Street, Winnipeg, MB R3C 3R8.

Sujets: Géographie: 

Winnipeg Airport Workers Continue the Struggle

PSAC National News - Thu, 09/07/2017 - 13:40

Since July 24, PSAC/UCTE workers have been on strike to stop the Winnipeg Airports Authority from contracting out their employees’ work. They are on the line to protect their jobs. The union's negotiating team has attempted to re-start a meaningful negotiation but the Airport has doubled down on their efforts.

This strike looks like it could stretch out because of the employer's poor decision-making, so our members will need your support. Contracting out won't fly! 

We want to thank everyone who has respected the picket line to date, and call on your continued solidarity to pass on the message to others to do the same as the strike continues. Also, please consider making a donation to the strike fund. Make cheques payable to UCTE 50600 (Strike Fund in the memo field) and mail or drop them off at PSAC Regional Office, 460 – 175 Hargrave Street, Winnipeg, MB R3C 3R8.

Topics: Geography: 

Fête du Travail - Un message de votre présidente nationale

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 09/01/2017 - 13:00
Fête du Travail - Un message de votre présidente nationale 4 SeptembreTo event remaining 2 days

Je profite de la fête du Travail pour envoyer, au nom des 180 000 membres de l’AFPC, un message de solidarité à nos consœurs et confrères qui sont en grève à l’Aéroport de Winnipeg.

Fête du Travail - Un message de votre présidente nationale

PSAC National News - Fri, 09/01/2017 - 13:00
Fête du Travail - Un message de votre présidente nationale September 4To event remaining 2 days

Je profite de la fête du Travail pour envoyer, au nom des 180 000 membres de l’AFPC, un message de solidarité à nos consœurs et confrères qui sont en grève à l’Aéroport de Winnipeg.

Labour Day - A message from your National President

Nouvelles de l'AFPC - Fri, 09/01/2017 - 12:48
Labour Day - A message from your National President 4 SeptembreTo event remaining 2 days

On this labour day, on behalf of our union’s 180,000 members, I send solidarity to our PSAC sisters and brothers on strike at the Winnipeg Airport.

Labour Day - A message from your National President

PSAC National News - Fri, 09/01/2017 - 12:48
Labour Day - A message from your National President September 4To event remaining 2 days

On this labour day, on behalf of our union’s 180,000 members, I send solidarity to our PSAC sisters and brothers on strike at the Winnipeg Airport.

Pages

Subscribe to Union of Veterans Employees aggregator