PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 2 hours 20 min ago

Les membres de l’AFPC à l’ACIA en conférence sur la négociation

Fri, 10/05/2018 - 14:01

Les membres de l’AFPC qui travaillent à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) se sont réunis du 2 au 4 octobre 2018 dans la région de la capitale nationale pour préparer leurs prochaines négociations avec l’employeur. Leur convention collective actuelle d’une durée de quatre ans viendra à échéance en décembre 2018.

Les délégués élus de l’ensemble du pays ont examiné les recommandations des membres du Syndicat de l’Agriculture/AFPC pour l’amélioration de leur contrat, étudié le processus de négociation et élaboré des stratégies pour mobiliser les effectifs dans leurs régions respectives ainsi qu’à l’échelle du pays.

Les délégués ont aussi élu l’équipe qui sera chargée de négocier avec l’employeur et de lutter pour améliorer la convention collective.

Votre équipe de négociation est votre voix à la table de négociation, et votre soutien est essentiel au succès des pourparlers!

L’équipe vous enverra des communiqués régulièrement pour vous tenir au courant du déroulement du processus. Nous vous communiquerons l’ensemble des revendications contractuelles une fois qu’elles auront été présentées à l’ACIA.

Nous vous encourageons fortement à visiter le site Web sur les négociations avec l’ACIA, à vous inscrire pour recevoir nos bulletins en ligne et à rester en contact avec le membre qui représente votre région dans l’équipe de négociation :

Région de l’Atlantique

Jan Pennington - membre de l’équipe
Tammy Carter - suppléante

Québec

Audrey St-Germain - membre de l’équipe
Geneviève Manzo - suppléante

Région de la capitale nationale

Marlene O’Neil - membre de l’équipe
Sylvie Jubinville - suppléante

Ontario

Robert MacDonald - membre de l’équipe
Shawn Rudy - suppléant

Manitoba

Andrew Neufeld - membre de l’équipe
Layne Tepleski - suppléant

Saskatchewan

Karen Zoller - membre de l’équipe
Jesse Todd - suppléant

Alberta 

Dorothy McRae - membre de l’équipe
Randy Olynyk - suppléant

Colombie-Britannique

Terrie Lee - membre de l’équipe
Sky Belt - suppléante

Négociateur

Hassan Husseini

Agente de recherche

Silja Freitag

Topics: Embedded Image: 

PSAC members at CFIA review bargaining proposals; elect new bargaining team

Fri, 10/05/2018 - 13:57

PSAC members working at the Canadian Food Inspection Agency held a Bargaining Conference in the National Capital Region on October 2-4, 2018, in a preparation of a new round of bargaining. The current four-year collective agreement with the CFIA will expire at the end of December 2018.

The elected delegates from across the country gathered to prepare for upcoming negotiations for a new collective agreement. They reviewed the recommendations for contract improvements and changes submitted by PSAC/Agriculture Union members, learned about the bargaining process and developed mobilizing strategies for members in their regions and across Canada.

Delegates also elected the CFIA Bargaining Team, which will sit across from the employer throughout negotiations and fight for improvements to the current contract.

Your bargaining team is your voice at the negotiating table and your support is critical to bargaining success!

The team will send out regular communiques to keep you updated on the bargaining process. The full package of bargaining proposals will also be shared with you once it is presented to the CFIA.

We strongly encourage you to visit the CFIA bargaining webpage, sign up to receive our e-News directly in your inbox, and stay in touch with the elected Bargaining Team member in your region:

Atlantic:

Jan Pennington - Team Member
Tammy Carter - Alternate

Québec:

Audrey St-Germain - Team Member
Geneviève Manzo - Alternate

National Capital Region:

Marlene O’Neil - Team Member
Sylvie Jubinville - Alternate

Ontario: 

Robert MacDonald - Team Member
Shawn Rudy - Alternate

Manitoba:

Andrew Neufeld - Team Member
Layne Tepleski - Alternate

Saskatchewan:

Karen Zoller - Team Member
Jesse Todd - Alternate

Alberta: 

Dorothy McRae - Team Member
Randy Olynyk - Alternate 

British Columbia:

Terrie Lee - Team Member
Sky Belt - Alternate

Negotiator:

Hassan Husseini

Research Officer:

Silja Freitag

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Campagne contre la privatisation des centrales de chauffage dans la RCN

Wed, 10/03/2018 - 10:40

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), appuyée de l’ACAF, du SCFP, du SNEGSP, de l’IPFPC et du Congrès du travail du Canada, lance une campagne intitulée Ça chauffe! pour contrer la privatisation des centrales de chauffage et de refroidissement du fédéral dans la région de la capitale nationale. Ces centrales desservent environ 100 immeubles dans la RCN, notamment ceux de la Cité parlementaire, au moyen d’un réseau de 14 kilomètres de tunnels souterrains.

Le Gouvernement du Canada veut passer un contrat de 30 ans avec un consortium pour concevoir, financer, construire (moderniser), entretenir et exploiter les centrales de chauffage dans la RCN dans le cadre d’un soi-disant partenariat public-privé. À l’heure actuelle, ce sont des travailleurs du secteur public (membres de l’AFPC) qui font fonctionner ces centrales.

Les syndicats s’opposent à ce projet de privatisation pour diverses raisons :

  • Préoccupations pour la santé et la sécurité de milliers de fonctionnaires qui travaillent au centre-ville d’Ottawa
  • Préoccupations concernant les cotes de sécurité pour les contractuels
  • Coût plus élevé du financement privé comparativement au financement public et crainte que les contribuables finissent par payer la note si le consortium venait à éprouver des difficultés, ce qui pourrait fort bien arriver

« L’entreprise privée étant axée sur les profits, je crains que la sécurité des travailleurs et du public ne soit peut-être plus la priorité lorsqu’on aura confié l’entretien et l’exploitation de l’infrastructure à un consortium pour 30 ans ou plus », a déclaré Chris Aylward, président national de l’Alliance de la Fonction publique du Canada. « Il est abondamment démontré que les coûts augmentent et que la reddition des comptes en prend un coup avec ce genre de projets de privatisation. »

« Nous avons des travailleurs du secteur public compétents et fiables qui sont parfaitement capables de faire le travail », a ajouté Greg McGillis, vice-président exécutif régional de l’AFPC pour la RCN. « Pourquoi les remplacer par de grandes entreprises privées qui ont des antécédents de mauvaise gestion et de travail de mauvaise qualité? »

Les syndicats demandent au gouvernement Trudeau de stopper immédiatement le processus et d’élaborer avec les travailleurs des centrales un nouveau plan qui permettra d’améliorer la performance environnementale du gouvernement, de réduire ses coûts en énergie et d’accroître la fiabilité et la sécurité des opérations. Après cela, les syndicats demandent au gouvernement de lancer une nouvelle demande de propositions seulement pour la conception et la construction de nouvelles centrales afin de garder dans le domaine public l’entretien et l’exploitation des installations pour assurer leur efficacité économique et une bonne reddition des comptes.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC launches Heat Is On campaign to stop contracting out of NCR heating plants

Wed, 10/03/2018 - 10:36

The Public Service Alliance of Canada (PSAC), joined by ACFO, CUPE, NUPGE, PIPSC, and the Canadian Labour Congress, is today launching a campaign to stop the contracting out of five heating and cooling plant operations in the National Capital Region. These plants presently provide service to about 100 buildings, including the Parliamentary Precinct, through a network of 14 kilometers of underground tunnels.

The Government of Canada is now in the process of choosing a corporate consortium to design, finance, build (modernize), maintain and operate the plants for a 30-year contract term under a so-called public-private partnership. Currently, public service workers (members of PSAC) operate some of the heating plants.

The unions are opposed to the privatization of plant operations for several reasons, including:

  • heightened health and safety concerns affecting thousands of public service workers in downtown Ottawa;
  • concerns around security clearances for contractors; and
  • the higher cost of private financing versus public financing, and the prospect that taxpayers will be left to pick up the bills if the private consortium runs into problems, as it inevitably will.

“Trusting the maintenance and operations of this infrastructure to a profit-driven, private consortium, for the next 30 years or more, does not give me confidence that the safety of workers and the public will be the foremost priority,” said Chris Aylward, National President of the Public Service Alliance of Canada. “There is overwhelming evidence that when governments hand over these kinds of projects to private interests they end up being more costly and accountability goes out the window.”

“We currently have skilled and reliable public service workers who are more than capable of doing the work,” added Greg McGillis, PSAC’s Regional Executive Vice-President for the NCR. “Why would we want to swap them out for big corporate contractors with histories of mismanagement and poor work quality.”

The unions are calling on the Trudeau government to immediately to stop the privatization process and meet with public service workers presently operating the plants to jointly develop a new plan for improving environmental performance, reducing energy costs, and enhancing overall safety. Only following this should the government issue a Request for Proposals to design and build new facilities, while keeping ongoing maintenance and operation in more cost-effective and accountable public hands.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Mois de l’histoire des femmes : L’égalité, toujours à l’ordre du jour

Tue, 10/02/2018 - 16:00

En octobre, dans le cadre du Mois de l’histoire des femmes, l’AFPC rend hommage au militantisme des femmes au sein du mouvement syndical et s’engage à faire avancer leur cause.

L’équité salariale : toujours pas une réalité

En 1980, les commis de bureau ont mené la plus longue grève de l’histoire canadienne pour réclamer un congé de maternité payé et un salaire équitable. Il faudra encore quatre années avant que l’AFPC soit en mesure de déposer une plainte en matière d’équité salariale au nom de ses membres. Le Tribunal canadien des droits de la personne a accueilli la plainte de l’AFPC en 1988. En 1999, la Cour fédérale a maintenu la décision du Tribunal. Après 15 ans d’attente, des milliers de personnes salariées, à la retraite ou au travail, ont eu droit à une indemnisation.

Mais la lutte n’est pas terminée. Sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper, l’équité salariale dans la fonction publique fédérale a été reléguée à l’arrière-plan et, malgré ses promesses, le gouvernement libéral actuel n’a toujours pas adopté de loi proactive en la matière. L’équité salariale entre les femmes et les hommes demeure une préoccupation constante de l’AFPC.

Harcèlement et violence au travail : lents progrès

En 1987, Bonnie Robichaud, membre de l’AFPC, a déposé une plainte pour harcèlement sexuel contre son employeur. Sa démarche courageuse devant la Cour suprême du Canada a mené à une décision historique, laquelle statue que « les employeurs sont responsables de maintenir un lieu de travail exempt de harcèlement ». Cette année, soit 23 ans plus tard, le gouvernement fédéral a finalement répondu à l’appel du mouvement syndical et déposé un projet de loi qui s’attaque de front à la violence et au harcèlement au travail.

Malgré les progrès réalisés sur ce dossier, encore aujourd’hui, les femmes qui osent porter plainte pour harcèlement ou violence continuent d’être la cible de réactions négatives et sont souvent confrontées à l’incrédulité. Le mouvement #moiaussi (#metoo) a bien eu un impact, mais il y a encore tant à faire. Enrayer une fois pour toutes le harcèlement sexuel, la violence familiale et toutes autres formes de violence au travail demeure une priorité pour l’AFPC.

Un réseau universel de services de garde d’enfants : une nécessité

L’accès à des services de garde de qualité est essentiel au bien-être des enfants et à la justice économique des femmes. Depuis 40 ans, l’AFPC et le mouvement progarderie revendiquent la mise sur pied d’un réseau pancanadien de services de garde universel et de qualité supérieure d’un bout à l’autre du Canada.

En 1999, les membres de l’AFPC ont choisi les services de garde abordables comme revendication collective. Grâce à ces négociations, les membres de l’AFPC à Postes Canada ont pu obtenir un fonds pour financer des services de garde. En 2005, nous avons redoublé nos efforts pour la mise sur pied d’un réseau national de services de garde. La même année, le gouvernement Martin s’était engagé à investir un milliard de dollars par année pour financer un tel réseau, mais le projet a été abandonné aux élections de 2006.

L’AFPC continue, encore aujourd’hui, à faire campagne pour obtenir des services de garde abordables, universels et de qualité supérieure dans l’ensemble du pays.   

Nous pouvons tous et toutes être fiers du travail accompli par les femmes de notre syndicat. Elles continuent de militer pour l’équité salariale, la fin de la violence et du harcèlement et l’universalité des services de garde.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Women’s History Month: Workers still fighting for gender equity

Tue, 10/02/2018 - 15:52

October is women’s history month. This month, PSAC commemorates the dedicated activism of women in the labour movement – and commits to pushing forward.

Pay equity is still not a reality

In 1980, PSAC clerical workers led the largest strike in Canadian history, demanding paid maternity leave and fair wages. It would be another four years until PSAC was able to file a pay equity complaint on behalf of the workers. In 1988, the Canadian Human Rights Tribunal upheld PSAC’s complaint, and in 1999 the Federal Court of Canada supported the Tribunal’s decision. After 15 years, thousands of current and former clerical workers received pay equity settlements.

But the fight for pay equity continues. Under Stephen Harper, pay equity in the federal public sector was gutted and, despite promises, the current federal government has yet to introduce proactive federal pay equity legislation. PSAC will continue to push for proactive legislation to end the gender wage gap.

Slow progress on ending workplace harassment and violence

In 1987, PSAC member Bonnie Robichaud filed a human rights complaint related to sexual harassment. Her courageous complaint led to a ground-breaking Supreme Court of Canada decision, which found that “employers are responsible for maintaining a harassment-free work environment”. This year, the federal government finally answered calls from the labour movement and introduced legislation to further address violence and harassment in the workplace.

Despite progress on this issue, women who come forward with allegations of harassment or violence continue to face backlash and are often disbelieved. The #metoo movement has had an impact, but there is still a long way to go. PSAC will keep working to end sexual harassment, domestic violence and all forms of violence on the job.

We need universal child care

Access to quality child care is essential to the well-being of children, and to women’s economic justice. For forty years, PSAC has worked with the broader child care movement to fight for a universal, high quality child care system for Canada.

In 1999, PSAC took our demands for affordable child care to the bargaining table and won a child care fund for members at Canada Post. In 2005, we renewed calls for action on a national child care program. That same year, the Martin government committed to investing $1 billion every year to support a national program but was defeated in the 2006 election.

Today, PSAC is still campaigning for affordable, high-quality, universal child care across the country.    

All PSAC members can be proud of what the women in our union have accomplished. PSAC women will continue to fight for pay equity, an end to violence and harassment, and universal child care.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Victoire : l’AFPC obtient d’importantes améliorations au Régime de soins dentaires de la fonction publique

Tue, 10/02/2018 - 12:08

Après de longues négociations et le recours à l’arbitrage, l’AFPC a remporté une importante victoire qui augmentera considérablement la couverture du Régime de soins dentaires à laquelle vous avez droit.

« Le gouvernement s’est traîné les pieds en essayant de nous faire accepter un régime amputé », affirme Chris Aylward, président national de l’Alliance de la Fonction publique du Canada. Mais notre position a toujours été que nos membres méritaient une meilleure couverture et je suis ravi que le conseil d’arbitrage soit de notre avis. »

Le gain le plus important est l’augmentation de 47 % du maximum annuel pour les soins dentaires ordinaires et extraordinaires. Ce montant de 1 700 $ passera graduellement à 2 500 $, comme suit :

  • 2 000 $ au 1er janvier 2019;
  • 2 250 $ au 1er janvier 2020;
  • 2 500 $ au 1er janvier 2021.  

Vous pourrez aussi compter, à compter du 1er janvier 2019, sur ce qui suit :

  • Les implants dentaires sont maintenant assurés en tant que tels. Par le passé, ils étaient assimilés à d’autres interventions, comme les dentiers et les prothèses, ce qui créait des problèmes de couverture. Ce ne sera plus le cas.
  • Le remplacement des obturations chez les enfants sera remboursé après une période de 12 mois plutôt que 24.
  • Les soins pour compenser l’absence congénitale de dents seront assurés jusqu’à l’âge de 21 ans plutôt que 19.
  • La couverture pour les membres suspendus est améliorée.
  • La période d’interruption des états de service pour être admissible au régime passe de cinq à sept jours.
  • Les membres pourront obtenir rétroactivement des unités de temps pour le détartrage, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle.

La version intégrale du nouveau régime de soins dentaires sera bientôt affichée en ligne.

Le gouvernement a présenté au conseil d’arbitrage de nombreuses propositions visant l’affaiblissement du régime. Le panel d’arbitrage n’en a accepté que quelques-unes, qui sont mineures et ont peu d’incidence pour les membres. Les voici :

  • Les instructions d’hygiène buccale seront remboursées une seule fois à vie pour les adultes (mais continuent à être remboursées une fois l’an pour les enfants).
  • Certains soins mineurs ne sont plus assurés, notamment :
    • l’aide d’un second chirurgien buccal;
    • la consultation entre professionnels des soins dentaires;
    • les soins de traumatologie, s’ils sont prodigués en même temps que le traitement de caries ou la gestion de la douleur;
    • l’agrandissement du canal ou de la chambre pulpaire dans une intervention autre qu’un traitement de canal.

Toutes les autres dispositions du régime demeurent inchangées.

Topics: 

Victory: PSAC wins major improvements to Public Service Dental Plan

Mon, 10/01/2018 - 16:32

After lengthy negotiations and an arbitration process, PSAC has won a major victory for the Public Service Dental Care Plan, which will result in substantial improvements for your coverage.

“The government dragged this process out by trying to get us to accept reduced coverage for our members,” said Chris Aylward, National President of the Public Service Alliance of Canada. “But our position has always been that our members deserve better, and I’m very pleased that the arbitration panel agreed with us.”

The major highlight is a 47% increase to the annual maximum for routine and major services. The current maximum of $1,700 per year will gradually increase to $2,500 per year as follows:

  • $2,000 per year starting on January 1, 2019;
  • $2,250 per year starting on January 1, 2020; and
  • $2,500 per year starting on January 1, 2021.

Additionally, as of January 1, 2019, the following changes will be made:

  • Dental implants will be covered. Implants had been partially covered by deeming them to be another procedure (i.e. bridge or denture). This would often lead to gaps in (or problems with) coverage. They are now covered in their own right.
  • Coverage for replacement fillings for children will be possible 12 months after the initial filling was done (instead of 24).
  • Congenitally missing teeth will be covered until age 21 (up from 19).
  • Coverage during suspensions is improved.
  • An allowable break in service to become eligible for the plan is extended from 5 to 7 days. Ability to have coverage for extra scaling approved retroactively. Currently, this may only be approved going forward.

The full text of the new dental plan will be posted online in the near future.

The government made a large number of proposals to the arbitration panel that sought to weaken the dental plan. Very few of them were accepted and the ones that were accepted are small and have a very minor impact on plan members. These are:

  • Charges for oral hygiene instructions will now be limited to once per lifetime per adult (and remain once per year for children).
  • Coverage is eliminated for minor issues such as:
    • The assistance of a second oral surgeon.
    • Dental professional peer consultation.
    • Trauma control if done at the same time as treatment for caries or pain control.
    • Enlargement of the canal or pulp chamber as a part of dental treatment separate from doing a root canal.

Any other proposals that are not mentioned above will remain status quo without change.

Topics: 

Début de la conférence nationale sur la négociation avec l’ACIA

Mon, 10/01/2018 - 15:59

Des membres de l’AFPC qui travaillent à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) passeront les trois prochains jours dans la région de la capitale nationale à l’occasion de la conférence nationale sur la négociation.

Du 2 au 4 octobre, ces membres de l’ensemble du pays s’affaireront à préparer la négociation de leur prochaine convention collective.

Pour les personnes déléguées, la conférence est l’occasion :

  • de se renseigner sur le processus de négociation collective
  • d’examiner les revendications et d’établir l’ordre des priorités
  • d’élaborer des stratégies de mobilisation
  • d’élire les membres de leur équipe de négociation.

La plus récente convention collective entre l’ACIA et l’AFPC a été ratifiée par les membres à la fin février et signée en juillet 2018.

La convention collective de quatre ans, qui expire à la fin du mois de décembre 2018, comprend une définition à jour de la « famille », des améliorations en matière de congés, de meilleures protections et une meilleure compensation financière. Les congés de maladie demeurent les mêmes. '

Pour vous tenir au courant des négociations à l’ACIA, visitez notre page Web ou abonnez-vous à notre bulletin électronique.

Topics: 

CFIA National Bargaining Conference Begins Today

Mon, 10/01/2018 - 15:51

PSAC's members working at the Canadian Food Inspection Agency (CFIA) are meeting this week in the National Capital Region for a three-day bargaining conference.

Delegates from across the country will gather on October 2-4 in order to prepare for upcoming negotiations for a new collective agreement. Throughout the conference, the delegates will:

  • learn about the collective bargaining process;
  • review bargaining proposals and discuss priorities; 
  • develop mobilization strategies; and
  • elect their bargaining team members.

The most recent agreement between CFIA and PSAC was ratified by the members at the end of February and signed in July 2018.

The four-year collective agreement, which will expire at the end of December 2018, includes an updated definition of ‘family’, improved leave provisions, improved member protections, unchanged sick leave, and improved monetary compensation for members.

Stay up to date with bargaining news by visiting our CFIA bargaining webpage, or sign up to receive our e-News.

Topics: 

Conseil du Trésor : de retour à la table en octobre

Wed, 09/26/2018 - 15:05

L’AFPC rencontrera le Conseil du Trésor les 10 et 11 octobre pour discuter des enjeux communs à quatre groupes : Services des programmes et de l’administration (PA), Services de l’exploitation (SV), Services techniques (TC) et Enseignement et bibliothéconomie (EB). La négociation des enjeux de chaque groupe se poursuivra les 16 et 17 octobre.

Lors des dernières séances de négociation en juillet, l’AFPC s’est présentée à la table avec des revendications claires et un mandat clair pour faire avancer les choses. Malheureusement, l’employeur n’a pas fait preuve du même sérieux et n’a pas montré un réel désir d’avancer.

Lorsque nous reviendrons à la table en octobre, nous nous attarderons aux questions qui nous tiennent particulièrement à cœur, c’est-à-dire :

  • indexer les salaires sur le taux d’inflation et éliminer les disparités salariales;
  • faciliter la conciliation travail-famille, notamment en prolongeant la période de congé parental de 37 à 63 semaines;
  • limiter le recours aux agences de placement temporaire et réduire le travail précaire.

En dépit des nombreux problèmes de paye que leur cause Phénix depuis maintenant deux ans et demi, nos membres continuent d’aller travailler pour offrir des services essentiels aux Canadiennes et Canadiens. Ils ne méritent pas moins qu’une convention collective qui reconnaît leur engagement et l’importance des services qu’ils assurent à la population.

En plus de n’être toujours pas payés correctement, nos membres doivent encore patienter avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent — c’est scandaleux!

Topics: Publisher: 

Treasury Board bargaining to resume in October

Wed, 09/26/2018 - 15:03

PSAC will return to the bargaining table with Treasury Board on Oct. 10 to 11 to negotiate issues common to the Program and Administrative Services group (PA), Operational Services group (SV), Technical Services group (TC), and the Education and Library Science group (EB). Negotiations on issues specific to each table will resume from Oct. 16 to 17.

At the last round of negotiations in July, PSAC came to the table with clear proposals and a strong mandate to move forward. Unfortunately, the employer did not show that same level of commitment, and instead was unprepared to make any real progress.

When we sit down to bargain in October, we’ll be focused on important issues like:

  • ensuring salaries keep up with inflation, and that wage gaps are closed;
  • improving work-life balance like extending the parental leave top-up from 37 weeks to the full 63 weeks now available;
  • addressing workload and reducing the use of temp agencies and precarious contract work.

After two years and a half years of hardships under Phoenix, our members continue to show up to work every day and deliver the services Canadians depend on. The least this government can do is negotiate a collective agreement that recognizes that commitment and the importance of the services they provide to Canadians.

It’s outrageous that PSAC members are still waiting to get paid correctly – they shouldn’t also have to wait to get the working conditions they deserve.

Topics: Publisher: 

Inscrivez-vous au programme de certificat du Collège syndical du Canada

Wed, 09/26/2018 - 14:43
Inscrivez-vous au programme de certificat du Collège syndical du Canada October 25To event remaining 29 days

Vous êtes une militante ou un militant engagé de l’AFPC et vous souhaitez mieux connaître le mouvement syndical canadien, perfectionner vos compétences en leadership et rencontrer des militants d’a

Apply for the Labour College of Canada Certificate Program

Wed, 09/26/2018 - 14:40
Apply for the Labour College of Canada Certificate Program October 25To event remaining 29 days

If you are a committed PSAC activist who wants to deepen your learning of the labour movement in Canada, develop your leadership skills,  and connect with activists from other unions across the cou

Début de la conférence nationale sur la négociation avec Parcs Canada

Tue, 09/25/2018 - 10:37

Des membres de l’AFPC qui travaillent à Parcs Canada passeront les trois prochains jours dans la région de la capitale nationale à l’occasion de la conférence nationale sur la négociation.

Du 25 au 27 septembre, ces représentantes et représentants de l’ensemble du pays s’affaireront ensemble à préparer la négociation de leur prochaine convention collective.

Pour les personnes déléguées, la conférence est l’occasion :

  • de se renseigner sur le processus de négociation collective
  • d’examiner les revendications et d’établir l’ordre des priorités
  • d’élaborer des stratégies de mobilisation
  • d’élire les membres de leur équipe de négociation.

Rappelons que les membres de Parcs Canada ont signé leur toute dernière convention collective le 31 mai.

Cette convention collective de quatre ans, qui a expiré le 4 août, comprend une définition à jour de la « famille », des améliorations en matière de congés, de meilleures protections et une compensation financière. Les congés de maladie demeurent les mêmes.

Pour vous tenir au courant des négociations à Parcs Canada, visitez notre page Web ou abonnez-vous à notre bulletin électronique.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Parks National Bargaining Conference begins today

Tue, 09/25/2018 - 10:34

PSAC's Parks Canada members are meeting this week in the National Capital Region for a three-day bargaining conference.

Members from across the country will gather from September 25 to 27 in order to prepare for upcoming negotiations for a new collective agreement.

Throughout the conference, the delegates will:

  • learn about the collective bargaining process,
  • review bargaining proposals and discuss priorities,
  • develop mobilization strategies, and
  • elect their bargaining team members.

Parks Canada members signed their most recent agreement on May 31, 2018.

The four-year collective agreement, which expired August 4, 2018, includes an updated definition of ‘family’, improved leave provisions, improved member protections, unchanged sick leave, and monetary compensation for members.

Stay up to day with bargaining news by visiting our Parks Canada bargaining webpage, or sign up to receive our e-News.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Phénix : L’AFPC lance sa campagne nationale télévisée « Toujours là pour vous »

Mon, 09/24/2018 - 09:28

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) lance une campagne nationale télévisée pour souligner le grand dévouement des fonctionnaires malgré le fiasco Phénix qui perdure depuis deux ans et demi. Bien qu’ils ne reçoivent pas toujours leur paye et qu’ils doivent repousser les agents de recouvrement et composer constamment avec l’incertitude, les membres de l’AFPC sont toujours là pour vous.

« La plupart des gens quitteraient leur emploi si leur employeur cessait de les payer en temps et avec exactitude. Nos membres, eux, continuent de rentrer au travail jour après jour », déclare le président national de l’AFPC, Chris Aylward.

« Ils continuent à protéger nos frontières, à inspecter nos aliments et à assurer des services publics essentiels à la population, comme le traitement des prestations d’assurance-emploi, des chèques de pension et des allocations pour enfants. Nous voulons que les gens soient conscients du grand dévouement de ces fonctionnaires, qui continuent à assurer aux Canadiennes et aux Canadiens les services dont ils ont besoin », ajoute Chris Aylward.

L’AFPC lance également une deuxième vidéo qui présente des témoignages sur les préjudices causés par Phénix.

« Il y a tellement de familles qui ont souffert des ratés de Phénix. Il est important de raconter leur histoire pour qu’on sache à quel point Phénix a été dévastateur, ajoute Magali Picard, vice-présidente exécutive nationale de l’AFPC. Des milliers de membres sont toujours aux prises avec les problèmes de Phénix. Le gouvernement doit en faire davantage pour mettre fin à ce cauchemar. »

Image Placement:  Top Right Half

Phoenix: PSAC launches Here for Canada national TV ad campaign

Mon, 09/24/2018 - 09:20

The Public Service Alliance of Canada (PSAC) is launching a national television ad campaign to highlight the dedication of public service workers throughout the Phoenix pay system disaster, which has now been going on for two and a half years. Despite missed paycheques, fending off debt collectors, and managing endless uncertainty, PSAC members have continued to be here for Canada.

“Most people would quit their job if their employer stopped paying them properly, but federal public service workers keep showing up to work day after day,” said Chris Aylward, PSAC National President.

“They continue to protect our borders, ensure our food is safe, and provide other vital functions like getting out pension cheques, child benefits, and EI. We want to make sure Canadians understand their unwavering commitment to keep providing the services they depend on,” said Chris Aylward, PSAC National President.

PSAC is also launching a second video online as part of the Here for Canada campaign. It features testimonials of the damage caused by Phoenix.

“So many families have suffered major hardships because of Phoenix. It’s important to share their stories and ensure that everyone knows about the toll it has taken on people’s lives,” said Magali Picard, PSAC National Executive Vice-President. “Phoenix is still causing problems for thousands of our members and the government needs to do more to end this nightmare.”

Image Placement:  Top Right Half

L’AFPC-UEDN réussit à stopper la privatisation des services de nettoyage aux BFC Greenwood et Kingston

Thu, 09/20/2018 - 13:53

Le projet de sous-traiter les services de nettoyage à des entreprises privées a été mis de côté et le ministère de la Défense nationale s’est engagé à revoir son mécanisme d’examen des services. La présidente nationale de l’Union des employés de la Défense nationale, June Winger, et les vice-présidentes exécutives régionales Colleen Coffey (VPER de l’AFPC-Atlantique) et Sharon DeSousa (VPER de l’AFPC-Ontario) ont été ravies d’apprendre ce matin que les travailleuses et travailleurs qui nettoient les bases des Forces canadiennes de Greenwood et Kingston ne perdront pas leur emploi.

« Nous sommes heureuses que le gouvernement ait décidé de tenir son engagement envers les fonctionnaires en réaction à l’importante campagne anti-privatisation menée par l’AFPC, déclare June Winger. Ce sont de bons emplois, avec avantages sociaux et fonds de pension, qui permettent à ces travailleuses et travailleurs de contribuer à leur communauté et qui garantissent à ces familles une certaine stabilité. Les personnes qui vivent et travaillent sur ces bases, comme nos militaires, y gagneront eux aussi, puisqu’ils continueront de recevoir les services de qualité qu’ils méritent. »

Rappelons que l’AFPC-UEDN avait lancé cet été une campagne visant à prévenir la perte d’emploi sur ces deux bases. C’est grâce aux rencontres avec les députés, à une campagne de lettres, aux cartes postales envoyées à la population locale, aux piquets d’information et à des publicités que le syndicat a réussi à faire passer son message et à sauver ces emplois.

Si le gouvernement était allé de l’avant avec son projet de privatisation, le personnel de Greenwood se serait retrouvé sans emploi la semaine prochaine. « C’est clair que la sous-traitance n’entraîne pas d’économie et n’améliore pas la qualité des services, ajoute Colleen Coffey, qui a elle-même travaillé à la base de Greenwood. C’est un tour de passe-passe : on joue avec les dépenses sur le papier sans se soucier des gens ni des services. »

L’avenir du personnel de la base de Kingston était tout aussi incertain. « Les travailleuses et travailleurs de Kingston peuvent maintenant souffler, sachant que cette menace ne pèse plus sur leur tête, ajoute Sharon DeSousa. La sous-traitance ne fait qu’intensifier le travail précaire et l’insécurité dans nos communautés. Seules les entreprises privées en profitent. »

« Cette victoire est le fruit d’un dialogue avec le ministère de la Défense, de pressions publiques et d’actions politiques », explique June Winger. L’UEDN et l’AFPC continueront de lutter pour conserver les bons emplois dans la fonction publique et de s’opposer aux projets de privatisation qui augmentent la facture pour les contribuables. Nous encourageons la gestion à inclure des représentants de l’UEDN dans la planification des services d’entretien des bases militaires. Le fiasco Phénix nous aura appris au moins une chose, c’est que les décideurs doivent écouter ceux et celles qui fournissent les services. »

Topics: Geography: 

PSAC-UNDE successfully stops contracting out of cleaning jobs at CFB Greenwood and Kingston

Thu, 09/20/2018 - 13:51

Plans to contract out cleaning services to private companies at Canadian Forces Bases (CFB) in Greenwood and Kingston have been shelved and the Department of National Defense (DND) has committed to creating a new process for future reviews. Union of National Defence Employees (UNDE) National President June Winger and PSAC Regional Executive Vice-Presidents Colleen Coffey (Atlantic) and Sharon DeSousa (Ontario) were pleased to learn this morning that the workers who clean on those bases will not be losing their jobs.

“We are glad to see that the government is living up to its commitment to public service workers following a major anti-privatization campaign by PSAC” said June Winger. “These are good jobs with a pension and benefits that allow workers to contribute to their communities and provide stability for their families. It is also important to note that our military personnel and others who live and work on those bases will continue to receive the high-quality service they deserve”.

PSAC-UNDE launched a campaign this summer to stop job losses on both bases.  Meetings with members of Parliament, a letter-writing campaign, postcards to community members, information pickets and advertising all contributed to ensuring that our message was heard and these jobs were saved.

Workers at CFB Greenwood were facing unemployment as of next week, with their work being contracted out to a private, for profit company. “The evidence is clear” said PSAC Atlantic REVP Colleen Coffey, who herself worked at CFB Greenwood. “Contracting out does not save any money and does not result in improved service to the base. It really is a shell-game of moving expenses around on a balance sheet, with no regard for the people or the service.”

CFB Kingston workers were also facing an uncertain future. “Our workers in Kingston now have some assurance that they can plan for a stable future” said PSAC Ontario REVP Sharon DeSousa. “Contracting out just adds to the growing insecurity and precarious work in our communities, while using tax dollars to pay for corporate profits.”

“We secured this victory through dialogue with DND, through public pressure and through political action” said Winger. “UNDE and PSAC will continue to fight for good public service jobs and oppose privatization that leads to higher costs for taxpayers. We encourage management to include UNDE representation in the planning process for CFB facilities maintenance. If we’ve learned one thing from the errors made with the Phoenix pay system, it’s that those making the decisions need to listen to those providing the service.”

Topics: Geography: 

Pages