PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 2 hours 15 min ago

Les syndicats du Canada incitent le gouvernement fédéral à aider à rétablir la paix au Venezuela

Thu, 01/31/2019 - 10:09

Le Congrès du travail du Canada, qui représente plus de 3 millions de travailleuses et de travailleurs canadiens, incite le gouvernement du Canada à favoriser le dialogue en vue d’un règlement pacifique de la crise qui sévit au Venezuela.

Le Canada compte parmi les pays, qui comprennent aussi les États-Unis et le Brésil, ayant appuyé Juan Guaidó, chef de l’opposition et président de l’assemblée nationale du Venezuela qui s’est déclaré président intérimaire de ce pays la semaine dernière. Le Canada a dénoncé la présidence de Nicolás Maduro et qualifié de frauduleuses et d’illégitimes les élections vénézuéliennes de l’année dernière.

Le CTC est effaré par la flambée d’ingérence internationale dans le processus démocratique d’un pays souverain, y compris l’éventualité d’une intervention militaire. Le CTC rejette avec véhémence toute solution militarisée à la crise : la population d’Amérique latine n’a pas oublié l’histoire brutale des régimes militaires de la région.

« Les Vénézuéliens doivent régler leurs différends grâce à un dialogue constructif et à des processus démocratiques sans recourir à la violence », déclare Hassan Yussuff, président du CTC.

L’intervention internationale intensifie les dissensions politiques et enflamme les tensions intérieures. Il y aurait eu des actes de violence, des blessés et des morts pendant les protestations et les manifestations. Le CTC incite le gouvernement du Canada à s’abstenir de chercher à renverser le régime et de s’immiscer dans les affaires souveraines du Venezuela. Il convient mieux au rôle du Canada sur la scène mondiale de faire la promotion de la stabilité par un dialogue constructif avec la communauté internationale.

Le CTC est solidaire du peuple vénézuélien et appuie son droit à l’autodétermination pacifique

Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Canada’s unions urge federal government to help restore peace in Venezuela

Thu, 01/31/2019 - 10:09

The Canadian Labour Congress, representing over 3 million Canadian workers, calls on the Government of Canada to promote dialogue to foster a peaceful solution to the Venezuelan crisis.

Canada is among several countries, including the U.S. and Brazil, that endorsed Juan Guaidó, Venezuelan opposition leader and President of the National Assembly, who declared himself interim President of Venezuela last week. Canada further denounced Nicolás Maduro as President and called last year’s elections in Venezuela fraudulent and illegitimate. 

The CLC is alarmed at the escalation of international interference in the democratic process of a sovereign nation, including the possibility of military intervention. The CLC vehemently rejects a militarized solution to this crisis; the people of Latin America have not forgotten the brutal history of military rule in the region.

“Venezuelans need to resolve their differences through constructive dialogue and democratic processes without resorting to violence,” said CLC President Hassan Yussuff.

International intervention is intensifying political divisions and inflaming tensions in the country. There are reports of violence and casualties, including deaths, during protests and demonstrations. The CLC calls on the Government of Canada to abstain from seeking regime change and intervening in the sovereign affairs of Venezuela. Canada’s role on the world stage is better suited to promote stability through constructive dialogue with the international community. 

The CLC stands in solidarity with the Venezuelan people and supports their right to peaceful self-determination.

Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Des syndicats s’opposent à la privatisation des centrales de chauffage et de refroidissement dans la région de la capitale nationale

Tue, 01/29/2019 - 11:57

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) et d’autres syndicats accueillent aujourd’hui de pied ferme les députées et les députés qui retournent au travail. En effet ces syndicats s'opposent au projet du gouvernement libéral de privatiser cinq centrales de chauffage et de refroidissement dans la région de la capitale nationale. Ces centrales desservent actuellement une centaine d’immeubles, dont ceux de la Cité parlementaire, au moyen d’un réseau de tunnels souterrains de 14 kilomètres.

Depuis le lancement de cette campagne visant à contrer la privatisation des centrales en octobre 2018, des centaines de personnes travaillant et résidant dans la RCN ont pris la peine d’écrire à leurs députés pour leur demander de faire annuler le projet. Par ailleurs, l’attitude du gouvernement vis-à-vis le stratagème de privatisation a suscité méfiance et suspicion.

  • Le gouvernement n’a pas publié d’analyse de rentabilisation concernant le projet de plusieurs milliards de dollars alors qu’il a promis de le faire il y a plusieurs mois.
  • Il a omis d’expliquer comment on peut faire confiance à des entreprises qui cherchent à maximiser les profits privés, dont certaines ont des antécédents de corruption, pour assurer l’exploitation sécuritaire des centrales.
  • Il a affirmé de façon trompeuse qu’il manquerait de main-d’œuvre qualifiée, en l’occurrence des fonctionnaires, pour assurer la relève dans les centrales (l’AFPC l’a déjà fait remarquer : les fonctionnaires qui travaillent actuellement dans les centrales gagnent beaucoup moins que leurs homologues du secteur privé; cela expliquerait pourquoi le gouvernement a de la difficulté à trouver une main-d’œuvre qualifiée).

« Je travaille au centre-ville d’Ottawa et je suis inquiet, car je me demande quel impact ce choix insensé aura sur ma sécurité. Le fait de confier l’entretien et l’exploitation de ces centrales à un consortium privé à but lucratif est une mauvaise idée. », a déclaré Alex Silas, un membre de l’AFPC qui travaille sur la rue Sparks.

Les syndicats demandent une fois de plus au gouvernement Trudeau de stopper immédiatement le processus et d’élaborer avec les travailleurs des centrales un nouveau plan qui permettra d’améliorer la performance environnementale du gouvernement, de réduire ses coûts en énergie et d’accroître la fiabilité et la sécurité des opérations. Après cela, ils demandent au gouvernement de lancer une nouvelle demande de propositions seulement pour la conception et la construction de nouvelles centrales afin de maintenir dans le domaine public l’entretien et l’exploitation des installations pour assurer leur efficacité économique et une bonne reddition des comptes.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Unions turn up the heat against cooling and heating plant privatization in the National Capital region

Tue, 01/29/2019 - 11:55

The Public Service Alliance of Canada (PSAC) and other unions are today welcoming MPs back to work by turning up the heat against the Liberal government’s plan to privatize five heating and cooling plant operations in the National Capital Region. These plants presently provide service to about 100 buildings, including the Parliamentary Precinct, through a network of 14 kilometers of underground tunnels.

Since this campaign to stop the plants’ privatization was launched in October 2018, hundreds working and living in the NCR have taken the time to write their MPs asking for the process to be cancelled. Moreover, the government has elicited greater suspicion about the privatization scheme by:

  • not releasing a business case for the multibillion dollar project even though it promised to do so many months ago;

  • failing to address how companies seeking to maximize private profit, including ones with reputations for corruption, can be trusted to ensure the safe operation of the plants; and

  • making the misleading claim that it cannot attract qualified public sector workers to operate the plants in the future. (As PSAC has pointed out, current public sector workers at the plants earn considerably less than workers doing similar work in private industry; this is why the government finds it hard to find qualified workers.)

“I work in downtown Ottawa and I’m worried what this reckless privatization scheme will mean for my safety,”, said Alex Silas, a member of PSAC who works on Sparks Street. “Trusting the maintenance and operation of these plants to a profit-driven, private consortium is a bad idea.”

Unions once again call on the Trudeau government to immediately to stop the privatization process and meet with public service workers presently operating the plants to jointly develop a new plan for improving environmental performance, reducing energy costs, and enhancing overall safety. Only following this should the government issue a Request for Proposals to design and build new facilities, while keeping ongoing maintenance and operation in more cost-effective and accountable public hands.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

L’AFPC félicite les boursières et boursiers de 2018

Mon, 01/28/2019 - 14:23

L’Alliance de la Fonction publique du Canada tient à féliciter les boursières et boursiers de cette année. Les bourses d’études sont accordées aux membres en règle de l’AFPC et à leurs enfants à charge sélectionnés à partir de centaines de soumissions.

L’AFPC tient à remercier toutes les personnes qui se sont inscrites au programme de bourses d’études. Le programme de bourses d’études sera relancé en avril 2019 et comportera de nouvelles lignes directrices et des formulaires d’inscription.

Voici la liste des récipiendaires:

Bourses d’études nationales

Augusta Verboven – 4 000 $ AGR-AFPC

Augusta habite Almonte (Ontario). Elle est la fille de Aubrey Verboven qui est membre de la section locale 70066 du Syndicat des Douanes et de l’Immigration.

Ashley Card – 4 000 $ Coughlin-AFPC

Ashley est originaire de Hammonds Plains (Nouvelle-Écosse). Sa mère, Patricia Card, est membre de la section locale 80004 du Syndicat des employé-e-s des Anciens combattants.

Rajeshwar Lally – 3 000 $ AGR-AFPC

Rajeshwar est originaire de Surrey (Colombie-Britannique). Sa mère, Sharnjit Lally, est membre de la section locale 20007 du Syndicat des employé-e-s de l’impôt.

Brynne Riehl – 3 000 $ AGR-AFPC

Brynne est originaire de Carman (Manitoba). Son père, Dennis Riehl, est membre de la section locale 50056 du Syndicat de l’Agriculture.

Steven Patterson – 3 000 $ Coughlin-AFPC

Steven est originaire de Kingston (Ontario). Il est le fils de Jane Patterson qui est membre de la section locale 70067 du Syndicat de l’Agriculture.

Josiane Bouchard – 3 000 $ Coughlin-AFPC

Josiane habite Montréal (Québec). Sa mère, Manon Montpellier, est membre de la section locale 00950 de Syndicat des employé-e-s du Solliciteur général.

Aiden McNamee – 2 000 $ J.R. (Joe) Power

Aiden habite Moncton (Nouveau-Brunswick).  Son père, Ka McNamee, est membre de la section locale 00137 du Syndicat des employées et employés nationaux.

 

Bourses d’études des membres

Xaand Bancroft – 2 000 $ Bourse d’études des membres de l’AFPC

Xaand habite Casselman (Ontario). Elle est membre de la section locale 70713 du Syndicat des travailleurs de la santé et de l’environnement.

Alexander Levesque – 2 000 $ Bourse d’études des membres de l’AFPC

Alexander est originaire de Longueuil (Québec). Il est membre de la section locale à charte directe 17600.

Rachel Antonia Dunsmore – 2 000 $ Bourse d’études des membres de l’AFPC

Rachel est originaire de Winnipeg (Manitoba). Elle est membre de la section locale à charte directe 55600.

Lauren Power – 1 000 $ Bourse d’études des membres de l’AFPC

Lauren est originaire de St-John’s (Terre-Neuve). Elle est membre de la section locale à charte directe 90500.

Heather Macdougall – 1 000 $ Bourse d’études des membres de l’AFPC

Heather est originaire de Montréal (Québec). Elle est membre de la section locale à charte directe 17602.

 

Bourses d’études régionales

Innah Gaspar – 1 000 $ Atlantique

Innah est originaire de Dartmouth (Nouvelle-Écosse). Elle est la fille de Helen Harrington Gaspar qui est membre de la section locale 80178 du Syndicat des employées et employés nationaux.

Solène Cognard-Bessette – 1 000 $ Québec

Solène est originaire de Montréal (Québec). Son père, Yvon Bessette, est membre de la section locale 10526 de l’Union des employés de la Défense nationale.

Nicolas Tuttle – 1 000 $ Région de la capitale nationale

Nicolas est originaire de Ottawa (Ontario). Il est le fils de Annie Roussel qui est membre de la section locale 70603 de l’Union des employés de la Défense nationale.

Pershia Norouzian – 1 000 $ Ontario

Pershia est originaire de Hamilton (Ontario). Elle est la fille de Fariborz Norouzian qui est membre de la section locale 00144 du Syndicat des travailleurs de la santé et de l’environnement.

Alaa-Safia Bouzertit – 1 000 $ Prairies

Alaa-Safia habite Calgary (Alberta). Son père, Kheir-Eddine Bouzertit, est membre de la section locale 40811 du Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada.

Eve O’Dea – 1 000 $ Colombie-Britannique

Eve est originaire de Vancouver-Nord (Colombie-Britannique). Sa mère, Tracy O’Dea, est membre de la section locale 20090 du Syndicat des employé-e-s de la Sécurité et de la Justice.

William Kennedy – 1 000 $ Région du Nord

William est originaire de Whitehorse (Territoire du Yukon). Sa mère, Chantal Pruneau, est membre de la section locale Y017 du Syndicat des employé-e-s du Yukon.

 

 

 

PSAC congratulates 2018 scholarship winners

Mon, 01/28/2019 - 14:21

The Public Service Alliance of Canada congratulates the winners of this year’s scholarship awards. The winners were selected from hundreds of applications PSAC received from members, and dependents of members, in good standing. 

PSAC wishes to thank all who applied. The 2019 program will re-open in April with new guidelines and application forms.

Here are the winners:

National Awards

Augusta Verboven - $4,000 AGR-PSAC

Augusta resides in Almonte, Ontario and is the daughter of Aubrey Verboven of the Customs and Immigration Union, Local 70066.

Ashley Card - $4,000 Coughlin-PSAC

Ashley is from Hammonds Plains, Nova-Scotia and her mother, Patricia Card, is a member of the Union of Veterans Employees, Local 80004.

Rajeshwar Lally - $3,000 AGR-PSAC

Rajeshwar is from Surrey, British-Columbia and his mother, Sharnjit Lally, is a member of the Government Services Union, Local 20007.

Brynne Riehl - $3,000 AGR-PSAC

Brynne is from Carman, Manitoba and her father, Dennis Riehl, is from the Agriculture Union, Local 50056.

Steven Patterson - $3,000 Coughlin-PSAC

Steven is from Kingston, Ontario and he is the son of Jane Patterson of the Agriculture Union, Local 70067.

Josiane Bouchard - $3,000 Coughlin-PSAC

Josiane resides in Montreal, Quebec and her mother, Manon Montpellier, is a member of Union of Solicitor General Employees, Local 00950.

Aiden McNamee - $2,000 J.R. (Joe) Power

Aiden lives in Moncton, New Brunswick and he is the son of Ka McNamee of the Union of National Employees, Local 00137.

 

Members’ Awards

Xaand Bancroft - $2,000 PSAC Members’

Xaand lives in Casselman, Ontario. He is a member of the Union of Health and Environment Workers, Local 70713.

Alexander Levesque - $2,000 PSAC Members’

Alexander is from Longueuil, Quebec. He is a member of the Directed Chartered Local 17600.

Rachel Antonia Dunsmore - $2,000 PSAC Members’

Rachel is from Winnipeg, Manitoba. She is a member of the Directed Chartered Local 55600.

Lauren Power - $1,000 PSAC Members’

Lauren is from St-John’s, Newfoundland and Labrador. She is a member of the Directed Chartered Local 90500.

Heather Macdougall - $1,000 PSAC Members’

Heather is from Montreal, Quebec. She is a member of the Directed Chartered Local 17602.

 

Regional Awards

Innah Gaspar – $1,000 Atlantic

Innah is from Dartmouth, Nova Scotia and is the daughter of Helen Harrington Gaspar, member of the Union of National Employees, Local 80178.

Solène Cognard-Bessette - $1,000 Québec

Solène is from Montreal, Quebec and her father, Yvon Bessette, is a member of the Union of National Defence Employees, Local 20526.

Nicolas Tuttle - $1,000 National Capital Region

Nicolas is from Ottawa, Ontario. He is the son of Annie Roussel, member of the Union of National Defence Employees, Local 70603.

Pershia Norouzian - $1,000 Ontario

Pershia is from Hamilton, Ontario. She is the daughter of Fariborz Norouzian, member of the Union of Health and Environment Workers, Local 00144.

Alaa-Safia Bouzertit - $1,000 Prairies

Alaa-Safia lives in Calgary, Alberta and her father, Kheir-Eddine Bouzertit, is a member of Customs and Immigration Union, Local 40811.

Eve O’Dea - $1,000 British Columbia

Eve is from North-Vancouver, BC. Her mother, Tracy O’Dea, is a member of Union of Safety and Justice Employees, Local 20147.

William Kennedy - $1,000 North  

William lives in Whitehorse, Yukon Territories. His mother, Chantal Pruneau, is a member of the Yukon Employees Union, Local Y017.

 

 

L’équipe de Parcs Canada dépose ses revendications la semaine prochaine

Fri, 01/25/2019 - 17:21

Les pourparlers en vue de conclure une nouvelle convention collective avec Parcs Canada débuteront officiellement la semaine prochaine.

L’équipe de négociation sera à Ottawa les 30 et 31 janvier pour présenter ses revendications et recevoir les propositions de l’employeur.

Plus de 5 000 membres de l’AFPC d’un bout à l’autre du pays travaillent pour Parcs Canada. Rappelons que la dernière convention collective est venue à échéance le 4 août 2018.

Suivez les négos!

Vous voulez vous tenir au courant des négociations avec l’employeur? C’est facile!

Vous n’êtes pas du genre courriel ou médias sociaux? Communiquez avec un des membres élus de l’équipe de négociation afin de savoir ce qui se passe. Notre équipe aime bien recevoir des commentaires et des messages de soutien des membres!

Topics: 

Parks Canada bargaining team to table demands next week

Fri, 01/25/2019 - 17:06

Negotiations towards a new collective agreement with the Parks Canada Agency officially begins next week.

Our Parks bargaining team will be exchanging demands with the employer January 30 and 31 in Ottawa.

Nearly 5,000 PSAC members work for Parks Canada across the country. The previous collective agreement expired August 4, 2018.

Keep up to date

Want to stay informed during this round of bargaining? PSAC has several ways to keep you up to date with the most recent news:

Email or social media not really your thing? Reach out to an elected bargaining team member who can inform you on how negotiations are going. They also appreciate feedback and messages of support!

Topics: 

Négos avec l'ARC : l’AFPC-SEI déclare l'impasse

Fri, 01/25/2019 - 13:55

L'équipe de négo avec l'ARC.

Du 21 au 24 janvier, l’équipe de négociation du Syndicat des employé-e-s de l’impôt de l’AFPC (AFPC-SEI) a rencontré l’Agence du revenu du Canada (ARC) pour poursuivre les négociations en vue de conclure une nouvelle convention collective.

L’équipe a déposé une proposition salariale il y a deux mois qui garantirait des augmentations équitables adaptées à la hausse du coût de la vie. Toutefois, l'ARC a choisi de ne pas présenter de contre-proposition salariale cette semaine et a dit à l'équipe de négociation qu'elle n'avait pas le mandat de présenter autre chose que ce qu’avait proposé le Conseil du Trésor lors des négociations avec l'AFPC.

De plus, depuis le début des pourparlers, l’équipe de négociation de l’AFPC-SEI a cerné les principales préoccupations à résoudre dans cette ronde, notamment le travail de soir et par poste, le recours excessif aux emplois à durée déterminée, la conciliation travail-vie personnelle dans les centres d'appels et la sécurité d'emploi. Aucun progrès significatif n'a été réalisé sur ces enjeux, et ce, même si d'autres employeurs fédéraux ont accepté des améliorations dans presque tous ces domaines depuis que l'AFPC-SEI a conclu sa dernière entente avec l'ARC.

Les négociations ont commencé en juin dernier, et très peu a été accompli depuis, tandis que l'ARC exige toujours des concessions.

Lors des négociations, le syndicat a présenté à l'ARC de nombreux exemples de problèmes : personnes contraintes de travailler le soir et la nuit; travailleurs nommés pour une durée déterminée à l'ARC sans possibilité d’obtenir la permanence tandis que les nouveaux membres du personnel obtiennent des emplois permanents, etc. L'ARC a rejeté catégoriquement les solutions proposées et, dans certains cas, a fait des contre-propositions qui empiraient les choses, par exemple permettre à la direction de forcer les gens à travailler un nombre d’heures encore plus élevé contre leur gré.

En ce qui concerne les emplois à durée déterminée, le peu d'emplois permanents et d'autres problèmes de dotation, l'ARC refuse carrément d’en discuter. Quant aux centres d'appels, les propositions de l'ARC n’entraîneraient aucune amélioration significative pour les membres.

L'AFPC-SEI est déterminée à obtenir un contrat équitable, à protéger les acquis et à négocier de nouveaux droits et de nouvelles protections pour les membres. Les membres de l'AFPC-SEI méritent d'être traités avec respect.

Compte tenu de l’absence de progrès dans les négociations, l'AFPC-SEI déclare l’impasse et passe à la prochaine étape prévue par la loi, soit la demande de création d'une commission de l'intérêt public (CIP).

La Loi sur la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral prévoit la mise sur pied d’une CIP, à la demande de l’une ou l’autre des parties, pour débloquer une impasse et aider les parties à conclure une entente. La Commission des relations de travail nomme la présidence de la CIP, qui est formée d’un représentant de chacune des parties. Une fois la commission formée, on fixe la date de l’audience au cours de laquelle les parties pourront présenter des documents et défendre les arguments qui sous-tendent leur position respective. La CIP propose ensuite un règlement, mais sa recommandation est non exécutoire. Soulignons que la CIP n'est pas un tribunal d'arbitrage. 

N’hésitez pas à consulter les sites internet du SEI et de l’AFPC pour voir ce que l'AFPC-SEI a proposé, vous renseigner ou vous abonner aux mises à jour régulières. Si vous avez des questions, communiquez avec la présidence de votre section locale du SEI.

Nous vous tiendrons au courant dès que nous aurons des nouvelles.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

CRA bargaining: PSAC-UTE declares impasse

Fri, 01/25/2019 - 12:04

PSAC-UTE's CRA bargaining team.

CRA fails to respond to union wage proposal and other key concerns; continues to insist on concessions.

The PSAC-Union of Taxation Employees (PSAC-UTE) bargaining team met with the Canada Revenue Agency (CRA) on January 21-24 to continue negotiations for a new collective agreement.

The team tabled a wage proposal two months ago that would ensure fair increases that keep up with the rising cost of living. However, the CRA opted not to make a wage counterproposal this week, and told the bargaining team it had no mandate to table anything beyond what was offered by Treasury Board in bargaining with PSAC.

Since the outset of bargaining, moreover, the PSAC-UTE bargaining team identified key issues that needed to be resolved in this round, including: evening & shift work, excessive term employment, work/life balance in call centres and job security. No serious progress has been made on any these issues, despite the fact that other federal employers have agreed to improvements in almost all of these areas since PSAC-UTE settled the last contract with CRA.

Negotiations began last June, and since then, little of substance has been accomplished, while the CRA continues to ask us for concessions.

In bargaining, the union provided the CRA with numerous examples of problems, from employees being forced to work evenings and nights to term employees spending years working for CRA and never being offered the opportunity to achieve permanency, while new hires get permanent jobs. The CRA has responded with either outright rejection of the solutions we proposed or, in some cases, it countered with proposals to make things worse. For example, it tabled a proposal that would give management the ability to schedule employees for even longer hours against their will.

On term employment, the lack of permanent jobs and other staffing concerns, the CRA won’t even discuss these at the table. As for call centres, the CRA’s proposals would not provide for significant improvements for members.

PSAC-UTE is determined to achieve a fair contract, one that protects hard fought gains and provides new rights and protections to members. PSAC-UTE members deserve to be treated with respect.

Given this lack of progress in negotiations, PSAC-UTE is declaring impasse and moving to the next step in the bargaining process prescribed by law—the establishment of a Public Interest Commission.

Under the Federal Public Service Labour Relations and Employment Act, either party may ask for the establishment of a Public Interest Commission (PIC) in the event that the parties reach impasse and are unable to reach an agreement. A PIC consists of a Chair named by the Labour Board and one representative from each side (union and employer). Once the Commission is created, its representatives set dates for a hearing in which both parties submit arguments and documentation in support of their respective positions. The PIC then issues a recommendation for settlement. The recommendation is non-binding. A PIC is not an arbitration board.

Be sure to go to ute-sei.org and psacunion.ca to see what PSAC-UTE has proposed, for more information, and to subscribe to regular updates. Also, should you have any questions, please contact your UTE Local President.

Updates will be provided as as things evolve.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Négo FB-Services frontaliers : Vote des membres sur la question de l’accumulation des années de service

Fri, 01/25/2019 - 07:24

Lettre de l’équipe de négo du groupe FB

À l’attention de nos collègues de l’unité de négociation FB :

Dans notre premier contrat pour les FB, nous avons négocié des droits d’ancienneté pour le choix des quarts de travail et des vacances. L’ancienneté correspondait aux années de service dans l’administration fédérale (dans notre convention collective, l’ancienneté est définie par les « années de service »). En 2011, à l’issue d’années de lobbying de la part de l’AFPC, le gouvernement a finalement consenti à reconnaître les années de service militaire aux fins du calcul des congés annuels. L’équipe de négociation de l’époque a donc approuvé cet ajout à la convention collective.

Toutefois, lorsque la convention collective est entrée en vigueur en 2013, l’ASFC a déterminé qu’il y avait deux définitions d’années de service — une pour le choix des quarts de travail et une pour le choix des vacances. L’ASFC incluait les années de service militaire dans les années de service admissibles pour le choix des vacances. Nous avons déposé un grief, car cette position ne correspondait pas à ce que les parties avaient convenu et parce que de nombreux membres s’étaient plaints que l’interprétation de l’employeur avait pour effet de renvoyer au bas de la liste d’ancienneté les employés qui n’avaient pas fait de service militaire.

Nous n’avons pas eu gain de cause. Cependant, dans le cadre de l’entente conclue et ratifiée par les membres l’an dernier, les parties sont revenues à la définition d’années de service qui avait été acceptée en 2009 : les années de service considérées pour le choix des vacances sont les mêmes que celles considérées pour le choix des quarts de travail (c’est-à-dire, le nombre d’années de service comme fonctionnaire).

En vertu des lois fédérales, un militaire n’est pas un « employé », ne travaille pas dans la fonction publique, ne peut se syndiquer, ne peut verser de cotisations syndicales et bénéficie d’un régime de retraite différent. C’est pourquoi, dans le cadre de notre entente actuelle, les années de service militaire ne comptent que pour l’accumulation des congés annuels et non pour le choix des quarts de travail, des vacances et des jours fériés chômés.

Au moment de préparer cette ronde de négociations, nous avons reçu des avis contradictoires des membres à ce sujet. Certains préfèrent la définition actuelle tandis que d’autres nous demandent de proposer que le temps passé dans l’armée à titre de militaire soit inclus dans les années de service qui comptent pour le choix des quarts de travail, des vacances et des jours fériés chômés.

L’accumulation des années de service (ancienneté) est une question de négociation collective particulière, car elle touche tous les membres du groupe FB, mais chaque employé a son propre historique de travail. C’est un enjeu qui a d’ailleurs suscité de vifs débats parmi les membres.

Compte tenu de tous ces facteurs, nous avons décidé, avec l’appui de l’AFPC/SDI, de prendre une mesure sans précédent : nous allons inviter nos membres à voter sur la question des années de service admissibles. Tous les membres de l’unité de négociation pourront ainsi se prononcer en faveur du maintien de la définition actuelle (années de service dans la fonction publique) pour le choix des horaires et des vacances, ou en faveur de l’ajout des années de service militaire.

L’équipe de négociation et le syndicat ne prendront pas de position officielle à ce sujet tant que nous n’aurons pas les résultats du scrutin. Une simple majorité des membres qui votent suffira à trancher la question et les résultats du scrutin détermineront notre position sur cet enjeu.

Vous recevrez plus d’information au sujet des modalités de vote au cours des prochains jours. Adressez-vous à la présidence de votre succursale du SDI si vous avez des questions et consultez syndicatafpc.ca/fb régulièrement pour vous tenir au courant des nouveautés.

En toute solidarité,

- L’équipe de négociation du groupe FB

Téléchargez la lettre end PDF »

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

FB Bargaining: Membership vote on the issue of years of service accrual

Fri, 01/25/2019 - 07:21

Letter from the FB bargaining team

To our co-workers in the FB bargaining unit:

In the 1st FB contract our union negotiated seniority rights in the context of line and vacation selection. Seniority was based on individual’s years of service as an employee in the federal public service (seniority of course is referred to as ‘years of service’ in our collective agreement). In 2011, because of years of lobbying by PSAC, the government at the time finally agreed to recognize military service for vacation accrual and hence our bargaining team at the time signed off on it in negotiations.

However, when the collective agreement was implemented in 2013 CBSA management took the position that there were two definitions of years of service – one for line selection and one for vacation scheduling. CBSA was including previous military time in the calculation of years of service for the purposes of vacation scheduling. Our union grieved as this is not what the parties had agreed to, and because there were complaints from members because management’s interpretation bumped those without military service down the seniority list. 

The union lost the grievance, but as a result of the agreement reached and ratified by the membership last year the parties have returned to the definition of years of service that was agreed upon in 2009 – that years of service for vacation scheduling is now the same as years of service for hours of work scheduling (i.e. based exclusively on your time as an employee in the public service).

Under federal law, a non-civilian member of the Canadian Forces is not an ‘employee’, is not working in the public service, cannot join a union, cannot pay dues and is subject to a separate pension regime. As a result, under our current agreement time spent as a non-civilian member of the Canadian Forces counts only for the accrual of vacation time, and not for the purposes of years of service accrual for line-selection, vacation selection and in the context if ‘H’ing on Designated Paid Holidays.

In preparation for this round of negotiations our union received contradictory input from the membership on this issue, with some advocating for the current definition and others calling on the union to propose that non-civilian military time be included in years of service accrual for line bidding, vacation selection and for the purposes of ‘H’ing.

Years of service accrual – seniority – is a unique collective bargaining issue in that affects each employee differently as no two employees have the same work history. But it is a right that affects everyone in the FB group. It is also an issue that has stirred passionate debate in the membership. 

In light of these facts our Bargaining Team has decided, with the support of CIU/PSAC, to take the unprecedented step of calling a membership vote on the issue of years of service accrual. 

All members of the bargaining unit will be able to vote either in favour of maintaining the current definition of years of service accrual (based on time in the public service) for the purposes of scheduling and vacation selection, or in favour of changing the definition to include previous time in the Canadian Forces for the purposes of service accrual.

Our Bargaining Team and our Union will be taking no official position on the issue until the vote is completed. A simple majority of those members who vote will decide the outcome. The outcome of the vote will determine the position taken by the Bargaining Team on the issue in negotiations.    

There will be more information forthcoming over the coming days concerning the logistics of the vote. Please be sure to speak with your CIU Branch President with any questions, and be sure to check psacunion.ca/fb regularly for updates.

In solidarity,

- The FB Bargaining Team

Download letter as PDF »

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Nouvelle convention collective pour les travailleuses et travailleurs de Many Rivers

Wed, 01/23/2019 - 11:31

En grève depuis le 2 novembre, l’équipe syndicale a négocié jusqu’au petit matin, le 22 janvier, pour conclure une entente de principe. Cette entente a été ratifiée à l’issue d’une assemblée et d’un vote des membres de la section locale Y031 de l’AFPC-SEY travaillant au centre de soutien et de counseling Many Rivers.

Les revendications syndicales visaient essentiellement à améliorer l’accès au programme d’aide aux employés, à assouplir l’horaire de travail pour répondre aux besoins des clients et à permettre aux employés de rencontrer des superviseurs cliniques durant les heures de travail. Le personnel a réussi non seulement à améliorer les soins offerts aux clients, mais aussi à augmenter de 7 % le salaire de base pendant les cinq années de la convention collective.

L’entente prévoit également un peu du temps pour rétablir les pleins services offerts par Many Rivers. Les bureaux régionaux et le bureau de Whitehorse devraient rouvrir leurs portes le jeudi 7 février.

« Dans toute ma carrière syndicale, je n’ai jamais vu une telle force et solidarité au sein d’un groupe, affirme Steve Geick, président du Syndicat des employé-e-s du Yukon. Nous avons vu petit groupe de personnes fermement déterminées à tenir leur bout pour obtenir ce qui est juste et nécessaire. C’est un grand privilège pour moi d’avoir travaillé avec l’équipe de Many Rivers. J’ai beaucoup appris à leurs côtés et je suis vraiment impressionné de ce qu’ils ont accompli ensemble. »

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Many Rivers workers in Yukon ratify collective agreement

Tue, 01/22/2019 - 17:34

On strike since November 2, the union’s bargaining team negotiated into the early morning hours of January 22 to reach a tentative agreement. Following a membership meeting and vote, the tentative contract has been ratified by the members of YEU/PSAC Local Y031, Many Rivers Counselling and Support Services.

The union’s demands were focused on improved access to EAP services for workers, flexibility to respond to client scheduling needs, and the ability of workers meet with specialist clinical supervisors during their working hours. These client care improvements were achieved along with a 7% increase in base salary over the life of the five year agreement.

The contract allows some time for Many Rivers to transition back to full operation. Clients can expect the society’s doors to open fully for business on Thursday February 7 in both the regional offices as well as the Whitehorse branch.

“The strength and solidarity of this group exceeds anything I have experienced in my union career,” said YEU President Steve Geick. “We witnessed this small, fiercely committed group of people hold their ground and stand firm for what they knew was right, and necessary. I am very honoured to have worked with, and learned so much from the Many Rivers team, and I am impressed by what they have accomplished together.”

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

NAV CANADA : Nouvelles au sujet des rajustements salariaux et rétroactifs

Fri, 01/18/2019 - 15:40

Le 10 janvier 2019 dernier, le négociateur de l’AFPC a rencontré l’employeur, NAV CANADA, pour discuter de la date à laquelle les membres commenceront à obtenir les rajustements salariaux et la paye rétroactive.

En réponse, l’employeur a indiqué qu’il était à la préparation d’un document expliquant le mode de versement et le calendrier de ces paiements sur le chèque de paye des membres. Nous vous ferons part de cette information dès que nous l’aurons reçue de l'employeur.

Nous comprenons que certains membres craignent de ne pas recevoir leur paye rétroactive avant la date limite de souscription aux REER. L’employeur n’a pu confirmer s’il sera en mesure de respecter l'échéance, mais nous sommes en pourparlers afin de trouver des solutions possibles.

Le mois dernier, les membres de NAV CANADA ont ratifié une nouvelle convention collective de trois ans qui sera en vigueur du 19 décembre 2018 au 31 décembre 2020.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

NAV CANADA: An update on salary adjustments and retroactive pay

Fri, 01/18/2019 - 15:33

Late last week, our negotiator met with NAV CANADA to discuss when members will begin seeing salary adjustments and retroactive pay.

NAV CANADA is preparing an explanation as to what will happen with these payments and when members will begin to see it on their paycheques. We will distribute the information once we have received it from the employer.

We understand that some members are concerned about receiving their retroactive pay by the RRSP cut-off date. NAV CANADA could not confirm that they will be able to meet the deadline, however we are in discussion with the employer about potential solutions.

Last month, NAV CANADA members ratified a new contract effective December 19, 2018. The new collective agreement will be in affect for 3 years, with an expiry date of December 31, 2020.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

L’AFPC, solidaire des défenseurs du Camp Unist’ot’en

Thu, 01/17/2019 - 14:23

La semaine dernière, des agents de la GRC ont arrêté et détenu plusieurs membres de la nation Wet'suwet'en sur leur territoire non cédé alors qu’ils défendaient leurs terres contre un important projet de pipeline. La communauté Unist'ot'en y tient un campement depuis 2009 pour empêcher TransCanada Corp de construire le gazoduc Coastal GasLink.

Les représentantes et représentants du Cercle national des peuples autochtones de l’AFPC défendent depuis plusieurs années les droits des peuples autochtones au Canada et à l’étranger. Nous condamnons l’injonction de la cour et l’arrestation des personnes au camp Unist'ot'en. Nous demandons aux gouvernements provincial et fédéral de respecter une relation de nation à nation avec les chefs héréditaires à Unist'ot'en.

Nous appelons le mouvement syndical à soutenir les défenseurs du camp Unist'ot'en pour faire annuler cette injonction et rétablir l’occupation du centre de guérison des Unist'ot'en. 

Ensemble, montrons à tous les paliers de gouvernement qu’ils ne peuvent bafouer les droits des Autochtones au profit d’intérêts pétroliers et gaziers privés. Pour en savoir plus, veuillez visiter le site Unist'ot'en à l’adresse (en anglais seulement): http://unistoten.camp/.

 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC stands in solidarity with the defenders of Unist’ot’en Camp

Thu, 01/17/2019 - 14:17

Last week, RCMP officers arrested and detained several Wet’suwet’en people on their unceded territory while they were defending their land from a major pipeline development. The Unist’ot’en community has had a camp set up since 2009 to block TransCanada Corp from building the Coastal GasLink pipeline.

PSAC’s National Indigenous Peoples’ Circle Representatives have been working to protect and defend the rights of Indigenous Peoples in Canada and abroad for a number of years. We condemn the injunction and arrest of those at Unist’ot’en Camp. We call on the provincial and federal governments to respect a nation-to-nation relationship with hereditary leadership at Unist’ot’en.

We ask those in the labour movement to stand in solidarity with the defenders at Unist’ot’en Camp with the goal of defeating this injunction and re-establishing the occupation of the Unist ot’en's healing camp. 

Together let’s show all levels of government that they cannot trample on Indigenous rights in favour of private oil and gas interests. To learn more, please visit the Unist’ot’en website at: http://unistoten.camp/

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Des membres de l’AFPC parmi les victimes de l’accident d’autobus d’Ottawa

Wed, 01/16/2019 - 15:56

Le choc qu’a provoqué l’accident d’autobus survenu vendredi à Ottawa vient de secouer davantage de nombreux membres de notre syndicat. Nous avons en effet appris que les trois personnes qui y ont perdu la vie étaient des fonctionnaires. Deux d’entre elles étaient des membres de l’AFPC : Bruce Thomlinson et Anja Van Beek. Le confrère Thomlinson travaillait à l’Agence canadienne des services frontaliers et le confrère Van Beek au Conseil du Trésor. À l’heure de l’accident, les deux collègues retournaient à la maison après leur journée de travail.

Nous tenons à présenter nos sincères condoléances à leurs familles, leurs amis et collègues. Nous exprimons également notre gratitude aux premiers intervenants, qui ont fait de leur mieux face à cette tragédie.

Si vous souhaitez parler à une personne pendant cette période difficile, sachez qu’il y a de l’aide disponible.

Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC members among Ottawa bus accident fatalities

Wed, 01/16/2019 - 15:53

The shock of Friday’s bus crash in Ottawa deepened for many PSAC members as we learned that all three fatalities of the crash were public service workers, two of them PSAC members: Bruce Thomlinson and Anja Van Beek. Thomlinson worked for the Canada Borders Services Agency and Van Beek worked for Treasury Board. Both were on their way home at the time of the accident.

We extend our heartfelt condolences to the families, friends and colleagues of all the victims of this horrible accident. We would like to also extend our gratitude to the first responders for having done all they could in such a terrible situation.

If you need someone to talk to through difficult times, know that there is help.

Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Pages