PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 2 hours 26 min ago

Première rencontre du comité mixte sur la rémunération des enseignants qui travaillent 12 mois par année

Tue, 11/07/2017 - 13:53

C’est le mercredi 1er novembre qu’a eu lieu la première rencontre du comité mixte chargé d’étudier la rémunération des enseignantes et enseignants ED-EST (12 mois). Le protocole d’entente prévu dans notre nouvelle convention collective (appendice « N ») décrit le mandat de ce comité formé de représentants du syndicat et de l’employeur.

La rémunération des enseignantes et enseignants fait l’objet de discussions depuis maintenant 13 ans. Un premier protocole d’entente a été négocié dans le cadre de la convention collective du groupe EB qui expirait le 30 juin 2007. Ce protocole visait à comparer les taux de rémunération de nos membres à ceux des enseignants qui travaillent pour les conseils scolaires provinciaux. 

Au cours de cette ronde de négociation, les enseignants d’AANC qui travaillent 10 mois ont aussi obtenu que l’on étudie leur rémunération. Puis, le 15 mars 2005, un protocole d’entente visant l’application des nouveaux taux de rémunération était signé. Les taux ont alors été augmentés de 8 % en Ontario et de 10 % en Alberta (les deux provinces où travaillent nos membres).

Une étude sur la rémunération des enseignants qui travaillent 12 mois, qui a pris fin en 2011, a révélé que les salaires de ces enseignants étaient inférieurs de 29 % en moyenne par rapport aux comparateurs. Le Conseil du Trésor et l’AFPC ne sont pas parvenus à s’entendre sur la façon de combler l’écart salarial. Cependant, au terme de la dernière ronde de négociation, les parties ont convenu de travailler ensemble pour déterminer un salaire national pour les enseignants dont l’année de travail s’échelonne sur 12 mois. 

La rencontre du 1er novembre marque le début de ces travaux. Les parties se sont entendues pour trouver une façon d’harmoniser les taux de rémunération en une seule grille salariale qui tiendra compte des salaires de tous les enseignants 12 mois au pays. Nous avons aussi proposé d’examiner comment faire en sorte que ces taux soient justes et comparables à ceux des autres professeurs.

Le travail du comité mixte est essentiel en vue de la prochaine ronde de négociation. À la lumière de ses recherches et analyses, le comité proposera aux parties en négociation des rajustements salariaux appropriés.

Les dates des prochaines rencontres seront bientôt fixées. Nous vous tiendrons au courant des travaux du comité. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

Les représentantes et représentants de l’AFPC au sein du comité sont : 

Erin Sirett, négociatrice (coprésidente du comité)
Shawn Vincent, agent de recherche
Michel St-Armour, Établissement de Mission (Mission, C.-B.)
Arliss Chute Ibsen, Établissement de Bowden (Innisfail, Alberta)
Doug Mason, Établissement de Joyceville (Kingston, Ontario)
Yorgo Yumukoglu, Centre fédéral de formation (Laval, Québec)
Rod Crowe, Établissement de Springhill (Springhill, N.-É.)
 

Topics: Publisher: 

EB Joint Committee holds its first meeting on rates of pay for 12 month teachers

Tue, 11/07/2017 - 13:45

Wednesday, November 1, the Joint Committee on rates of pay for ED-EST (12 months) held its first meeting. The Memorandum of Understanding found in Appendix N of our new collective agreement describes the mandate of this committee, which is comprised of union and employer representatives.

Discussions with respect to rates of pay for teachers have been ongoing for the past 13 years. A memorandum of understanding on the topic was first negotiated in the EB collective agreement that expired June 30, 2007, with the goal being to compare the rates of pay of our members with those working for provincial school boards.

During that round of bargaining, 10-month teachers at INAC also negotiated to have a pay study done. A memorandum of settlement was signed March 15, 2005 to implement the new rates of pay, which were increased at that time by 8% in Ontario and 10% in Alberta (the two provinces where members work).

A pay study on the rates for 12 month teachers was completed in 2011 and it revealed that 12 month teachers lag behind their comparators by an average of 29%. Treasury Board and PSAC were not able to agree on how to address the wage gap. However, the parties did agree at the end of the last bargaining round to work together to establish a national rate of pay for 12 month teachers.

Today’s initial meeting marks the beginning of that work. The parties agreed to look at appropriate ways to harmonize the current rates of pay into one wage grid that reflects the rates for all 12 month teachers across the country. Then we have proposed examining how to ensure those rates are fair in comparison with other teachers.

The work of Joint Committee is critical in informing the upcoming round of collective bargaining. The committee will propose appropriate wage adjustments that result from our research and analysis to be considered by the parties in negotiations.

We are in the process of setting further meeting dates and we will keep you informed. If you have any questions, do not hesitate to contact us.

PSAC's committee members are as follows:

Erin Sirett, Negotiator (co-chair)
Shawn Vincent, Research Officer
Michel St Armour – Mission Institution (Mission, BC)
Arliss Chute Ibsen – Bowden Institution (Innisfail, AB)
Doug Mason – Joyceville Penitentiary (Kingston, ON)
Yorgo Yumukoglu – Laval Federal Training Centre (Laval, QC)
Rod Crowe – Springhill Institution (Springhill, NS)

Topics: Publisher: 

Les négociations avec Postes Canada se poursuivent

Mon, 11/06/2017 - 16:37

Notre équipe de négociation est revenue à Ottawa du 30 octobre au 3 novembre pour reprendre les pourparlers avec l’employeur.

Nous avons profité de cette semaine pour échanger nos contre-propositions et discuter de toutes les questions en litige.

Quelques progrès, mais encore des inquiétudes

Même si le ton des négociations était globalement positif, l’employeur continue de nous demander d’affaiblir les dispositions concernant la sécurité d’emploi, ce qui nous préoccupe beaucoup. 

L’employeur a modifié la proposition qu’il avait présentée en octobre à ce sujet, mais de manière très superficielle; le contenu demeure le même. Nous sommes néanmoins prêts à poursuivre les discussions à ce sujet et à régler d’autres questions.

Les négociations reprendront donc le 20 novembre. Nous avons bon espoir d’en arriver à une entente sans avoir à faire de concessions ni de reculs. Nous travaillerons sans relâche pour y parvenir.

Tenez-vous au courant et impliquez-vous!

Au cours des prochaines semaines, nous organiserons des rencontres virtuelles et des téléconférences pour vous tenir au courant de l’état des négociations. Nous espérons que les membres d’un bout à l’autre du pays y participeront et en profiteront pour poser des questions et nous offrir leur point de vue. Voici d’autres moyens de vous tenir au courant :

  • Inscrivez-vous à notre liste de diffusion.
  • Vérifiez si vos coordonnées sont à jour.
  • Lisez les nouvelles dans la page Web de votre équipe de négociation sur le site Web national de l’AFPC.
  • Témoignez votre appui à votre équipe de négociation sur Facebook et Twitter.
  • Discutez avec vos collègues de votre convention collective, de vos avantages sociaux et des protections dont vous bénéficiez.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à vous adresser à un membre de votre équipe de négociation : Nego2017upce-sepc@psac-afpc.com.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Canada Post negotiations maintain positive tone

Mon, 11/06/2017 - 16:32

Our PSAC bargaining team was back in Ottawa from October 30 to November 3, 2017 for another week of bargaining.

The parties engaged in discussions and exchanged counter proposals on all issues remaining at the bargaining table.

Positive progress, yet some concerns remain

Although the tone of negotiations was positive, our PSAC bargaining team remains concerned that the employer continues to demand the rolling back of your job security protections.

The employer revised its proposal on the job security article contained in the August Global Offer but only in form. The content of the employer demand remains the same. Despite this, both parties remain committed to continuing our discussion on this, as well as other issues.

Both parties will be back at the bargaining table on November 20th. Our PSAC bargaining team remains hopeful that a negotiated settlement, without concessions or rollbacks, can be reached. We will work diligently towards that goal.

Stay informed and get involved

Please stay tuned for more opportunities to meet with our bargaining team via virtual meetings / conference calls. At these meetings, we will be discussing the state of negotiations and we look forward to hearing back from our members across the country over the next few weeks. Here are some other ways to stay up to date:

  • Sign up for bargaining updates.
  • Make sure your membership information is up to date.
  • Check out the Canada Post bargaining team page on our national website.
  • Show support for your bargaining team on Facebook and Twitter.
  • Talk to your colleagues about your work contract, benefits and protections.

If you have any questions on Canada Post bargaining, please do not hesitate to contact us at: Nego2017upce-sepc@psac-afpc.com.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Les membres de l'AFPC rencontrent des députés pour promouvoir les services de garde universels

Mon, 11/06/2017 - 15:13

En octobre dernier, des militantes et militants de la région de l’Atlantique ont participé aux audiences du Comité des finances de la Chambre des communes. Leur message au gouvernement était clair : il faut investir dans les services de garde universels et de qualité.

Dans leur présentation, le 16 octobre à St. John’s (T.-N.-L.), Mark Power, le président de la section locale 9001U du STSE, et Matt Suchs, de la section locale 90113 du SEIC, ont expliqué ce que devrait faire le gouvernement pour se doter d’un réseau de services de garde répondant aux besoins de toutes les familles canadiennes.

Le lendemain, à Halifax cette fois-ci, Rhonda Doyle-LeBlanc, directrice des femmes au sein du Conseil de la région de l’Atlantique, a donné un exposé sur l’importance d’un réseau de services de garde.

Le fédéral, les provinces et les territoires négocient actuellement un cadre national d’éducation préscolaire et de garde d’enfants, une promesse électorale des libéraux.

La campagne sur les services de garde porte fruit

L’AFPC, l’Association canadienne pour la promotion des services de garde à l’enfance (ACPSGE) et d’autres organismes ont pressé le gouvernement fédéral de prendre les devants et de bâtir un réseau de services de garde adéquat pour tous les parents qui en ont besoin.

Deux provinces, l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, viennent de conclure des accords bilatéraux avec le fédéral en vue d’améliorer les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Ces accords de trois ans précisent la façon dont les paiements de transfert seront investis dans ces provinces.

Le Nouveau-Brunswick recevra 30 millions de dollars et l’Î.-P.É., 10,5 millions de dollars, pour un total de 40,5 millions sur trois ans. Les fonds fédéraux sont destinés aux enfants et aux parents qui en ont le plus besoin.

Dans leur budget 2017, les libéraux ont annoncé qu’ils investiraient 870 millions de dollars sur 10 ans dans son programme axé sur l’apprentissage et la garde d’enfants. Malheureusement, le financement prévu ne permet pas de mettre sur pied un réseau de garderies universel et abordable à l’échelle du pays.

Les groupes de promotion des services de garde affirment que le Canada devrait consacrer au moins 1 % de son PIB à l’éducation préscolaire, s’il veut être sur un pied d’égalité avec les pays de l’OCDE qui se sont dotés de tels programmes.

Appuyez notre cause

Signez la pétition sur le site des Services de garde pour tous. Dites au gouvernement que vous êtes en faveur des services de garde universels et à prix abordable.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC members lobby MPs to adopt universal child care

Mon, 11/06/2017 - 15:11

PSAC activists across the Atlantic region urged the federal government to invest in high quality, universal child care for all Canadians during the House of Commons Finance Committee hearings in October.

Mark Power, Local President for UHEW Local 9001U, and Matt Suchs from CEIU Local 90113, made a presentation about what it would take for Canada to adopt a child care system that worked for all Canadians at the hearing in St John’s, NL October 16.

Meanwhile in Nova Scotia, Rhonda Doyle-LeBlanc, Director for Women’s Maritimes for PSAC Atlantic, also made a presentation on child care at the hearing in Halifax, NS October 17.

The federal, provincial and territorial governments are now negotiating a Framework Agreement on Early Learning and Care, a Liberal election promise.

Child care campaign working

PSAC, along with the Child Care Advocacy Association of Canada and others, have lobbied the federal government to take a leadership role and build a quality, affordable child care system that all families can access wherever they live.

Recently, PEI and New Brunswick have signed bilateral agreements with the federal government to expand and improve early learning and child care services. The three-year bilateral agreements say how the federal government’s transfer payments to the provinces for child care will be spent.

The agreements give New Brunswick $30 million, while PEI receives $10.5 million for a total of $40.5 million over three years. The federal funds will be directed to targeted groups of children and parents considered to have the greatest need.

In their 2017 budget, The Liberal government made a long-term federal commitment to early childhood education and child care of $870 million over 10 years, but that amount is not enough to ensure a universal, affordable system across Canada.

Child care advocates say that Canada needs to spend at least 1% of GDP to put Canada on par with OECD countries with fully developed systems of early childhood education and care.

Get involved

You can show your support for accessible, affordable child care by signing our petition at childcareforall.ca!

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Phénix : tous les fonctionnaires doivent avoir accès à la formation

Mon, 11/06/2017 - 14:56

Presque deux ans après le lancement d’un système de paye criblé de problèmes, le gouvernement vient enfin de déployer une formation de base pour tous les fonctionnaires.

« Cette formation devrait être offerte avant de déployer un nouveau système, pas deux ans plus tard, déclare Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. Maintenant, l’employeur doit fournir le temps et les ressources nécessaires à tous les fonctionnaires pour leur permettre de suivre cette formation. »

L’AFPC rappelle à ses membres qu’ils peuvent compléter leur formation durant les heures de travail.

« Même si deux ans ont passé, il n’est pas trop tard pour suivre cette formation, poursuit la présidente Benson. L’employeur doit toutefois s’assurer que les fonctionnaires y ont rapidement accès et qu’ils disposent du temps nécessaire au travail ».

Renseignements importants pour toute personne payée au moyen de Phénix

Quel que soit votre poste, votre groupe professionnel ou votre situation d’emploi (durée indéterminée, durée déterminée, étudiant), la formation vous est destinée si vous êtes payé au moyen de Phénix.

Ces cours visent à expliquer :

  • comment l’information provenant des Ressources humaines et ayant une incidence sur votre paye (horaire de travail, congés, heures supplémentaires) est transférée dans Phénix;
  • comment entrer les bons renseignements dans le système.

Les cours sont adaptés aux fonctionnaires, aux gestionnaires, au personnel des Ressources humaines et aux conseillères et conseillers en rémunération. 

Les premiers cours sont en ligne et vous les trouverez sur le site intranet gouvernemental GCpedia. D’autres cours seront offerts en personne.

Renseignements supplémentaires

Tous les fonctionnaires devraient recevoir un message les renseignant sur la formation et comprenant les liens des cours en ligne.

Le Conseil du Trésor a préparé une Foire aux questions fournissant d’autres renseignements.

Si vous éprouvez de la difficulté à obtenir cette formation ou si l’on ne vous donne pas suffisamment de temps au travail pour la suivre, communiquez avec votre représentant local de l’AFPC.

 

 

Topics: Publisher:  Attachments:  formation_de_la_stabilisation_rh_a_paye_-_foire_aux_questions.pdf

Phoenix: New training must be accessible to all employees

Mon, 11/06/2017 - 14:46

After almost two years after launching the disastrous Phoenix pay system, the government has finally rolled out basic training for all employees.

“This is the kind of training that should be provided before rolling out a new pay system, not two years after the fact,” said PSAC National President Robyn Benson. “Now that it is finally available, the employer must act to ensure all employees are given the time and resources to do the training.”

PSAC reminds our members that they are entitled to take the training during their work hours.

“While this comes two years too late, we nevertheless encourage all of our members to take the training,” said Benson. “But, the employer must ensure all employees timely access to the training and that they are given sufficient time to complete the training at work.”

Important information for everyone paid by Phoenix

Whatever your position, occupational group or employment status (for example, indeterminate, term or student), if you are paid through Phoenix, this training is for you.

These courses are intended to explain:

  • how human resources information that affects your pay (such as your work schedule, leave and overtime) is fed into Phoenix
  • how to ensure you enter the correct information into the system  

Courses will be tailored for employees, managers, human resources staff, and compensation advisors.

The initial courses will be web-based and are available through GCpedia, on the government’s intranet. Additional courses will be delivered in person.

More information

All employees should be receiving a message with information about the training, including links to the online courses. Treasury Board has prepared a Frequently Asked Questions document with additional information.

If you have trouble gaining access to this training, or if you are not being given sufficient time during work hours to complete the training, please contact your local PSAC representative.

Topics: Publisher:  Attachments:  hr-to-pay_stabilization_frequently_asked_questions_00000003.pdf

Date limite de mise en œuvre des conventions collectives : l’AFPC déposera une plainte

Mon, 10/30/2017 - 23:12

Le Conseil du Trésor a annoncé qu’il ne pourra mettre en œuvre les conventions collectives des groupes PA, SV, TC et EB dans les délais établis. L’AFPC prendra des mesures immédiates et déposera une plainte auprès de la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral au nom des quelque 100 000 membres visés par ces ententes.

« L’AFPC réclame un dédommagement pour ses membres », déclare Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. « Le gouvernement a procédé de manière irresponsable au déploiement du système Phénix, malgré nos avertissements. Nos membres continuent à subir les contrecoups de cette décision. C’est inacceptable. »

Lors d’une réunion la semaine dernière, les porte-parole du Conseil du Trésor ont confirmé que la date limite de 150 jours pour la mise en œuvre des conventions collectives ne serait pas respectée. Ces conventions, obtenues après plus de deux ans et demi de négociations, ont été signées le 14 juin.

L’AFPC craignait justement que le système Phénix ne nuise au processus. Le syndicat veut que la Commission des relations de travail ordonne à l’employeur de payer des dommages-intérêts aux membres touchés et de prendre les mesures nécessaires pour se conformer immédiatement à la loi et mettre en œuvre les dispositions des conventions collectives.

Une date d’audience sera fixée une fois que l’employeur aura répondu à la plainte. L’AFPC continuera d’informer ses membres.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC to file complaint; Treasury Board will not meet collective agreement deadline

Mon, 10/30/2017 - 23:05

PSAC is taking swift action in response to Treasury Board’s admission that it will not be meeting the implementation deadline for the PA, SV, TC and EB collective agreements. On behalf of the over 100,000 workers covered by these agreements, PSAC will file a complaint with the federal Public Service Labour Relations and Employment Board.

“PSAC is seeking compensation for our members,” said PSAC National President Robyn Benson. “This government irresponsibly moved forward with the Phoenix rollout, despite our warnings. Our members continue to suffer because of that decision and it is unacceptable.”

In a meeting last week, Treasury Board officials confirmed that it would not meet the 150-day implementation deadline for all the workers covered by the four collective agreements. These agreements, which took over two and a half years to negotiate, were signed on June 14, 2017.

This admission confirmed PSAC’s suspicion that Phoenix would derail implementation. PSAC will ask the Board to order the Employer to pay damages to those affected, and to take all necessary steps to immediately comply with the Public Service Labour Relations and Employment Act and implement the terms of the Collective Agreements.

Once the employer has responded to the complaint a hearing date will be set. PSAC will continue to keep its members updated on developments.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

NAV CANADA : les membres de l’AFPC/UCET se préparent à négocier

Mon, 10/30/2017 - 16:10

Du 24 au 26 octobre dernier, des membres de l’UCET à l’emploi de NAV CANADA se sont réunis à Ottawa dans le cadre de la Conférence sur les négociations pour discuter des principaux enjeux auxquels ils et elles sont confrontés et préparer la prochaine ronde de négociations collectives avec l’employeur.

Lors de la conférence, les personnes déléguées ont pu parler des dernières tendances en matière de régime de retraite et des efforts de mobilisation au sein de l’unité de négociation. Elles ont aussi eu l’occasion d’établir l’ordre de priorités des revendications collectives qui seront présentées à la table de négociation avec l’employeur au cours des prochains mois.

Greg McGillis, vice-président exécutif régional de l’AFPC-RCN, Dave Clark, président national de l’UCET, Chris Bussey, vice-président régional de l’UCET–Atlantique, et Chris Aylward, vice-président exécutif national de l’AFPC, ont pris la parole pour souhaiter la bienvenue aux personnes déléguées et parlé des différents enjeux pour ces prochaines négociations.

Christine Collins, l’ancienne présidente nationale de l’UCET à la retraite, était également présente et a reçu une magnifique plaque en reconnaissance de sa contribution au sein de l’Association des agents négociateurs de NAV Canada qui lui a été remise par Peter Duffy, président national de l’ACCTA, au nom de l’Association.

Nouvelle équipe de négociation

Lors de la Conférence, les personnes déléguées ont eu l’importante tâche d’élire les membres qui négocieront la prochaine convention collective avec l’employeur.

Les membres suivants ont été élus pour faire partie de l’équipe de négociation du groupe NAV CANADA :

  • Sheri Campeau
  • Michelle Webster
  • Michelle Timmerman
  • Suzanne Dupuis (1er suppléant)
  • Michael McCullough (2e suppléant)
  • Steve McCarthy (3e suppléant)

Notons que Larry Gagnon, négociateur de l’AFPC, et Janson LaBond, agent de recherche de l’AFPC, leur prêteront main-forte à la table de négociation ainsi que Chris Bussey et Greg McGillis.

Les dates pour la première ronde de négos de NAV CANADA font encore l’objet de discussion avec les représentants de l’employeur. L’on s’attend à ce que ces dates soient bientôt confirmées pour des négos en décembre.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

NAV CANADA workers prepare for upcoming round of bargaining

Mon, 10/30/2017 - 16:06

PSAC / UCTE members employed by NAV CANADA met at the NAV CANADA National Bargaining Conference from October 24-26, 2017 in Ottawa. They discussed important issues facing their workers and prepared for the upcoming round of collective bargaining.

Conference delegates discussed current pension trends and mobilization efforts within the bargaining unit. They also selected and prioritized the bargaining demands our team will be taking to the table when they face the employer later this year.

Greg McGillis, PSAC Regional Executive Vice-President - National Capital Region, Dave Clark, UCTE National President, Chris Bussey, UCTE Regional Vice-President – Atlantic, and Chris Aylward, PSAC National Executive Vice-President, all welcomed the group and spoke about the challenges ahead in bargaining.

Retired UCTE National President Christine Collins was in attendance and was recognized by the NAV CANADA Bargaining Agents Association (NCBAA) for her work with the association. Peter Duffy, CATCA National President, presented Christine with a beautiful plaque on behalf of the NCBAA.                                                                                                                                             

New NAV CANADA bargaining team elected

Delegates had the important task of electing the members that will be negotiating the next collective agreement with the employer.

The following members have been elected to our NAV CANADA bargaining team:

  • Sheri Campeau
  • Michelle Webster
  • Michelle Timmerman
  • Suzanne Dupuis (1st Alternate)
  • Michael McCullough (2nd Alternate)
  • Steve McCarthy (3rd Alternate)

They will be joined at the bargaining table by Larry Gagnon, PSAC Negotiator, Janson LaBond, PSAC Research Officer, Chris Bussey and Greg McGillis.

Dates for the first round of bargaining are currently under discussion with NAV CANADA Representatives. It is expected that these dates will be confirmed shortly for December. 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

La décision du Conseil national d’administration au sujet des cotisations

Fri, 10/27/2017 - 21:52

Camarades,

À sa réunion d’octobre, le Conseil national d’administration (CNA) de l’AFPC a pris une décision au sujet de la cotisation spéciale que vous versez pour assurer la pérennité du Régime de retraite de l’AFPC.

Sa décision ne changera en rien le montant de la cotisation spéciale que vous versez à l’heure actuelle, qui s’élève en moyenne à 2,45 $ par mois. Mais au lieu que l’argent soit réservé au Régime de retraite de l’AFPC – qui est en santé – il servira au fonctionnement de l’organisation jusqu’à ce que nous recevions les cotisations syndicales qui nous sont dues. Vu le lamentable état de Phénix, nous ne pouvons pas demander à l’employeur de ne plus retenir la cotisation spéciale sans compliquer encore davantage les problèmes de paye.

Les délégués au congrès national triennal 2012 de l’AFPC ont voté pour percevoir une cotisation spéciale afin d’assurer la solvabilité du Régime de retraite de l’AFPC. Grâce à vous, ce fonds s’élève à près de 30 millions de dollars. Une évaluation du régime en août dernier nous porte à croire que cette somme nous permettra de voir venir.  

En temps normal, le CNA mettrait tout simplement fin à la cotisation spéciale. Cependant, comme nous en sommes cruellement conscients, rien n’est normal à l’heure actuelle.

Nous savons qu’un grand nombre de nos membres en ont subi les conséquences. Nous nous sommes consacrés à les aider et à aider nos membres au centre de la paye qui vivent dans un état de stress insupportable.

Au cours des prochains mois, nous exercerons encore plus de pression sur l’employeur pour qu’il vous paye comme il se doit et qu’il vous dédommage pour l’immense préjudice que vous avez subi. 

Les ratés de Phénix ont privé les membres de leur dû et leur syndicat, de ses revenus.

Autrement dit, ça fait 18 mois que nous ne pouvons pas ajuster les cotisations de nos membres, c’est-à-dire rembourser ce qu’ils ont payé en trop ou recouvrer ce qu’ils doivent. Nous cherchons une solution et comptons nous battre pour que l’employeur nous rembourse le montant de toutes les cotisations qu’il nous doit. D’ailleurs, nous exigeons qu’il nous verse une avance.

Jusqu’à ce qu’il s’exécute, notre syndicat est en proie à un manque à gagner bien réel et assez substantiel.

Conformément au budget adopté au congrès de 2015, « une diminution de 2 % ou plus des revenus – ou de 1,5 million de dollars – servira d’élément déclencheur pour le prélèvement spécial. Le montant exact de la cotisation dépendra de la somme d’argent nécessaire pour atteindre le niveau de revenu budgété. »

Nous anticipons un déficit d’environ 6 millions de dollars à la fin de l’année, qui représente presque 7 % des revenus prévus.

Si nous appliquions à la lettre les instructions données au congrès, la cotisation spéciale serait plus élevée que celle que vous versez à l’heure actuelle. Soyez tranquille, ce n’est pas notre intention.

La cotisation spéciale fera l’objet d’une comptabilité, d’un suivi et de rapports distincts. Il reviendra au congrès de mai 2018 de déterminer le montant des cotisations futures.

Nous tenons à vous remercier de tout cœur pour votre militantisme et votre soutien dans la tourmente de Phénix. Nous défendons vos intérêts auprès de l’employeur et nous ne lâcherons pas avant que soient redressés tous les torts que vous avez subis dans cette histoire.

En toute solidarité,

Robyn Benson

Présidente nationale de l'AFPC

Topics: 

Update on decisions made by National Board of Directors on dues

Fri, 10/27/2017 - 21:46

Dear Brothers and Sisters and Friends,

At its October meeting, your PSAC National Board of Directors made a decision about the special dues levy that members have been paying to ensure the health of the PSAC Staff Pension Plan.

There will be no impact on the amount of dues that members are currently paying.  Members will continue to pay an average of $2.45 per month in a special dues levy– the same amount now being collected.  Instead of being set aside to use for the PSAC Staff Pension Fund – which is healthy – it will be used to meet our operating costs until we get the Union dues that we are owed. Because of Phoenix, we can’t tell the Employer to stop collecting the amount of the Special Dues Levy, without putting our members’ pay at further risk.

At the 2012 PSAC Triennial Convention, delegates voted to put this special levy in place to ensure the solvency of the PSAC Staff Pension Plan. Because of your contributions, we now have about $30 million set aside for this purpose. The PSAC Staff Pension Plan was evaluated again in August and we believe the $30 million that has been set aside offers enough stability to weather a future storm.  

Normally, the National Board of Directors would be able to make a decision to stop the special dues levy.  However, as we all painfully know, the Phoenix pay system makes this anything but a normal time.

We know that many members have suffered because of Phoenix. We have focussed our energy on helping members whose pay has been affected, as well as supporting our members who work with the Phoenix pay system and are under tremendous stress.

Over the coming months, we will be putting even more pressure on the Employer to pay our members properly and to compensate them for all the pain and suffering that has been caused. 

Just as Phoenix means that many of our members have been paid wrongly or not at all, it also means that many of the Union dues being collected are wrong or missing entirely.

Quite simply, for the last eighteen months, we have not been able to change the amount of dues that members pay, issue refunds, or collect additional dues owed to the union. We are working on a solution and intend to go after the Employer for every penny of missing dues.  We have demanded an advance from the government on the dues that are owed to the union.

In the meantime, our union is suffering from the real and substantial drop in revenues.

The PSAC budget passed at the 2015 Convention mandated that: “a fall of 2% or greater of revenue – or the equivalent of $1.5 million – will trigger a Special Levy to the General Fund.  The exact amount of this Special Levy will be determined based on the amount needed to maintain total revenue at the budgeted amount.”

By the end of this year PSAC will be short about $6 million in missing dues.  Our revenue is almost 7% less than what we have budgeted.

If we apply the Budget as mandated by Convention, we would be implementing a special levy that is higher than the levy for the PSAC Staff Pension Plan. The National Board of Directors will not implement a higher dues rate.

The dues we are collecting for the levy will be separately tracked, monitored, and reported on. Delegates at the PSAC Convention in May 2018 will determine the PSAC dues rate for the future.

We want to thank you so much for your activism and support through the Phoenix disaster.  Please know that we are working every day to bring your voices to the Employer.  We will not rest until every wrong done by Phoenix and this Employer is righted.

In solidarity,

Robyn Benson

National President, PSAC

Topics: 

Les négociations avec Postes Canada reprennent cette semaine

Fri, 10/27/2017 - 15:25

Les pourparlers entre notre équipe de négociation et celle de Postes Canada reprendront du 30 octobre au 3 novembre 2017.

Pour recevoir des mises à jour sur les négociations, inscrivez-vous à la liste de diffusion du SEPC. Vous pouvez aussi consulter la page consacrée au SEPC sur le site Web de l’AFPC.

Topics: 

Bargaining with Canada Post resumes this week

Fri, 10/27/2017 - 15:23

Our bargaining team will be in negotiations with Canada Post Corporation starting on October 30 until November 3.

To receive updates on bargaining, join the UPCE mailing list or visit the UPCE bargaining page on PSAC’s national website.

Topics: 

Le syndicat et ses membres discutent des négos avec Postes Canada

Fri, 10/27/2017 - 14:42

Le mardi 17 octobre dernier, nos membres ont participé à trois forums téléphoniques sur l’état des négociations avec Postes Canada. Chacun a eu lieu dans une région différente pour tenir compte des fuseaux horaires. 

Elisabeth Woods, coordonnatrice de la région de la capitale nationale de l’AFPC, animait le forum. Elle était accompagnée de François Paradis, président national du SCEP, et Hassan Husseini, négociateur de l’AFPC, qui ont fait le point sur les négos et répondu aux questions des membres.

Une étape décisive

Selon François, nous sommes arrivés à une étape décisive des pourparlers avec Postes Canada. Nous retournerons à la table la semaine du 30 octobre prochain, forts du mandat confié par nos membres.

En gros, le processus de négo comprend des réunions internes des équipes et des pourparlers avec l’employeur. Les concessions majeures demandées par le patronat alourdissent généralement la charge de travail des équipes de négo et exigent de longues discussions. Ce n’est pas parce que nos échanges à la table sont polis et respectueux que nous sommes d’accord avec l’employeur. Loin de là. Postes Canada a retiré certaines des concessions qu’elle proposait, mais il reste des éléphants dans la salle. Il serait difficile de conclure rapidement une entente équitable à ce stade, car ce sont la sécurité d’emploi et la qualité de la retraite de nos membres qui pèsent dans la balance.

La sécurité d’emploi dans la mire de Postes Canada

Hassan a confirmé que la concession patronale la plus lourde de conséquences porte sur la modification de l’article 28, « Sécurité d’emploi ». En effet, l’employeur veut reformuler le libellé de l’article pour pouvoir, maintenant et à l’avenir, renvoyer n’importe quel employé qui est désigné excédentaire, peu importe son ancienneté. La possibilité de congédiements à grande échelle est aussi préoccupante. Si le nouvel article 18 voit le jour, la sous-traitance de notre travail et la privatisation des services deviendront un jeu d’enfant pour l’employeur.   

L’autre concession en litige touche les personnes retraitées. L’employeur veut augmenter leur contribution aux prestations postretraite de 35 à 50 %, ce qui revient à puiser dans les poches des retraités actuels et futurs.

Vous avez sans doute remarqué que l’employeur propose des augmentations salariales, mais il ne faut pas se leurrer : elles sont négligeables par rapport à l’importance des concessions qu’il a obtenues par le passé et qu’il veut nous imposer aujourd’hui.

Des prestations déterminées pour tous les membres

François a parlé de notre revendication visant l’inscription de tous les membres de l’AFPC au volet à prestations déterminées du régime de retraite. Lors de la dernière ronde, l’employeur a obtenu que tous les nouveaux membres de l’AFPC adhèrent au volet à cotisation déterminée, qui est moins avantageux. Selon nous, geler l’adhésion au régime à prestations déterminées se traduira par une augmentation des coûts et une atteinte éventuelle à la pérennité du régime.

Nous avons recommandé que Postes Canada soit exemptée en permanence des paiements de solvabilité, ce qui assurerait la capitalisation de la solvabilité et règlerait ce que Postes Canada qualifie de « problème ». Nous l’avons recommandé non seulement à la Société, mais au comité chargé de l’examen de son mandat. D’ailleurs, c’est la position qu’avait adoptée Postes Canada en 2009.

Une meilleure convention collective et rien de moins

Peu importe la revendication, le but est toujours le même : négocier de meilleures dispositions pour que notre contrat de travail soit juste et conforme à celui d’autres unités de négociation, qu’elles soient ou non représentées par l’AFPC. Voici ce que nous proposons :

  • La bonification des avantages sociaux
  • La modification du congé pour obligations familiales (raisons personnelles)
  • La bonification du programme d’assurance invalidité de courte durée
  • L’ajout de dispositions sur la violence conjugale
  • De meilleurs salaires
  • Le même congé de deuil que les unités du Conseil du Trésor 
  • L’abandon des dispositions à deux niveaux

Appuyez votre équipe de négo

C’est facile. Écrivez aux membres de l’équipe pour les encourager. Parlez avec vos collègues des revendications du syndicat et des effets néfastes qu’auraient les concessions demandées par l’employeur sur notre sécurité d’emploi et sur les prestations postretraite.

Vous pourrez bientôt consulter la FAQ fondée sur les interventions des participantes et participants aux forums téléphoniques. 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Union talks with members about bargaining with Canada Post

Fri, 10/27/2017 - 14:40

Telephone town hall meetings on the status of our negotiations with Canada Post were held on Tuesday, October 17, 2017. Three separate meetings were held to accommodate members in different time zones. 

Elisabeth Woods, PSAC’s Regional Coordinator in the National Capital Region, hosted the meetings while François Paradis, UPCE National President and Hassan Husseini, PSAC negotiator provided updates on our negotiations and answered questions from the members.

Negotiations are at an important stage

François confirmed that we are at an important stage of the bargaining process with Canada Post. We are scheduled to meet with the employer during the week of October 30, 2017 and we plan to go back to the table with a strong mandate from our members.

Negotiations, in general, involve both internal team caucus meetings and discussions with the employer. Major concessions from the employer usually create a significant amount of work and a need for a lot of discussion. While discussions have been respectful and polite with the employer, we still disagree with Canada Post on many fronts. Some of their concessions were withdrawn, but other major concessions are still on the table. Reaching a fair agreement quickly is difficult because of the remaining concessions that negatively impact our members’ job and retirement security.

Canada Post aims to replace the job security clause

Hassan confirmed that the most serious concession that remains at the table as part of the employer’s Global Offer is the one related to changes to Article 28 - Job Security. Canada Post is proposing to completely replace this job security clause with new language that would allow them to release any and all employees who are on surplus status currently and into the future. The new language would allow them to layoff employees irrespective of their accumulated years of service. We are also concerned with group layoffs. The new language would make it easier for Canada Post to outsource our work and privatize parts of the business by laying off our members.

The other major concession that is still at the table is the change to Post-Retirement Benefits by moving from current contributions of 65% by Canada Post and 35% by employees to a 50%/50% model of payment. This proposal will mean taking money from the pockets of employees who retired and those who will retire in future.

While Canada Post is offering wage increases, it is important to put that within the context of the extent of the concessions that they are asking for and that they were able to obtain in previous rounds of bargaining.

Our union wants all employees in the defined benefit pension plan

François spoke about the union’s proposal of having all PSAC members enrolled in the defined benefit component of the pension plan.  The defined contribution component, an inferior type of plan compared to defined benefit plans, was implemented for all new PSAC members in the last round of bargaining. We believe that closing entry to the defined benefit component of the plan will increase its cost in the future and create stability issues for the plan.

We are recommending that Canada Post be given a permanent exemption from solvency funding. That would resolve the solvency deficit that the Corporation calls a pension problem. We have made that recommendation to Canada Post and to the committee tasked with the Canada Post review process. It is also the same position Canada Post took in 2009.

Our union’s proposals are for improvements

The union’s proposals are all geared towards making improvements to the collective agreement, which are fair and will match other bargaining units in and outside of PSAC. These include:

  • expansion of benefits
  • changes to family related responsibility leave (personal days)
  • improvements to the short-term disability plan
  • language on domestic violence
  • better wages
  • improvements to bereavement leave provisions in line with Treasury Board 
  • proposals to deal with the two-tier systems that are currently in place in our agreement

Support our bargaining team

An easy way to support our bargaining team is to simply send messages of support and to speak with coworkers and colleagues about our union’s proposals and the potential negative impact of Canada Post’s major concessions on job security and post-retirement benefits.

Questions and answers based on questions asked by members during the telephone town hall meetings will follow soon. 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

L’AFPC remporte une victoire pour les femmes fonctionnaires!

Thu, 10/26/2017 - 15:36

Victoire pour les femmes à l’emploi de la fonction publique fédérale! Le Conseil du Trésor accepte que le Régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP) rembourse tous les types de contraceptifs en attendant de conclure une entente avec l’ensemble des syndicats du secteur public fédéral.

Le CT a rendu cette décision après de nombreuses pressions de la part de la présidente de l’Alliance de la Fonction publique du Canada, Robyn Benson, dans le but d’offrir aux femmes fonctionnaires un plus grand choix quant aux moyens contraceptifs remboursés par le régime.

« Les femmes au Canada ont droit à une meilleure couverture d’assurance pour leurs contraceptifs, c’est aussi simple que ça! Après tout, nous sommes en 2017, souligne R. Benson. Elles ont toutes droit de choisir la méthode de contraception qui leur convient, pas uniquement celles couvertes par le RSSFP. »

Le ministre Scott Brison, président du CT, a indiqué qu’il souhaitait obtenir le consensus de l’AFPC et des autres syndicats du secteur public fédéral avant de conclure une entente.

« Soyons bien clairs, ajoute R. Benson, il n’est pas question que l’AFPC fasse des concessions pour obtenir la couverture des autres types de contraceptifs. Il ne fait déjà aucun sens que le gouvernement limite la couverture d’assurance à la pilule contraceptive pour son personnel. »

Soulignons que ces modifications devraient être mises en œuvre dès janvier 2018.

Depuis de nombreuses années, l’AFPC exerce des pressions sur le CT afin qu’il ajoute au RSSFP le remboursement des stérilets, timbres et autres types de contraceptifs non oraux. Une entente à ce sujet avait été conclue en 2012 pour être ensuite arbitrairement retirée par le ministre Tony Clement, alors président du CT.

Actuellement, uniquement les contraceptifs oraux sont couverts par le régime fédéral. Autrement dit, si elles souhaitent choisir d’autres méthodes contraceptives, les femmes fonctionnaires fédérales doivent les payer de leurs poches.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Victory! PSAC wins right for women to use contraceptive of choice

Thu, 10/26/2017 - 15:31

In a victory for women across the federal public service, The Treasury Board has agreed to cover all forms of contraceptives under the Public Service Health Care Plan pending an agreement with federal public sector unions.

The decision comes after mounting pressure from Public Service Alliance of Canada National President Robyn Benson to offer greater choice for women taking birth control.

“Women in Canada deserve better birth control coverage, plain and simple. It is 2017, after all,” said Benson. “All women have the right to choose the method that works best for them, instead of simply what they can afford.”

Treasury Board President Scott Brison said that his department would have to reach a consensus with PSAC and other major federal public sector unions before an agreement can be reached.

“To be clear, PSAC will not offer any concessions to current benefits under the plan in order to provide non-oral contraceptives to our members,” added Benson. “It is absurd that our government does not already cover any contraceptives other than the pill for federal public service workers.”

The changes could be implemented as early as January 2018.

PSAC has been lobbying the Treasury Board for years to cover the cost of intrauterine devices, the patch and other forms of non-oral contraceptives under the federal health care plan. Such an agreement was reached in 2012, only to be arbitrarily taken off the table by then Treasury Board President Tony Clement.

Currently, only the birth control pill is covered under the health care regime, and women must pay for all non-oral contraceptives out of their own pockets.Depending on the news announced today this could be removed.

  Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Pages