PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 1 hour 50 min ago

L’équipe de négo de Parcs Canada fait des progrès

Fri, 03/31/2017 - 15:11

Notre équipe de négociation a rencontré l’Agence du 28 au 30 mars.

Pendant l’actuelle ronde de négociations, l’employeur a retiré sa proposition concernant le remplacement du régime actuel des congés de maladie par un programme d’invalidité de courte durée. Il s’est cependant réservé le droit de présenter d’autres propositions touchant le bien-être de ses employés.

Nous avons fait du progrès relativement à plusieurs questions non pécuniaires.

D’autres séances de négociation sont prévues du 2 au 4 mai et du 11 au 13 juillet.

Notre équipe de négociation vous remercie de votre patience et de votre soutien indéfectibles.

Topics: Publisher: 

Parks bargaining team makes progress

Fri, 03/31/2017 - 15:09

Our bargaining team met with the Agency on March 28, 29 and 30.

During this round of bargaining, the Agency withdrew its proposal to implement a short-term disability program to replace our current sick leave provisions. The Agency reserved the right to table language regarding employee wellness.

Progress was also made on several non-monetary items.

Negotiations are scheduled to resume on May 2-4 and July 11-13.

Our negotiating team thanks you for your ongoing patience and support.

Topics: Publisher: 

Avis concernant la rémunération des congés compensatoires

Fri, 03/31/2017 - 14:38

Afin d’établir des priorités quant à la charge de travail des conseillers et conseillères en rémunération et pour que les problèmes de paye causés par Phénix puissent être traités en priorité, le Conseil du Trésor a envoyé aux ministères un bulletin d’information afin de les orienter en ce qui a trait à la rémunération automatique des congés compensatoires

Dans les conventions collectives de nos cinq unités au Conseil du Trésor (PA, TC, EB, SV et FB), les dispositions portant sur les heures supplémentaires prévoient que les employés ont la possibilité de remplacer le paiement de ces heures supplémentaires par un congé compensatoire.

Dans la plupart des cas, le congé compensatoire qui n’a pas été pris avant la fin d’une période de douze (12) mois déterminée par l’employeur est automatiquement rémunéré en espèces.Par exemple, la convention collective actuelle du groupe PA stipule que :

28.08 d)

Le congé compensateur qui n’a pas été pris avant la fin de la période de douze (12) mois déterminée par l’Employeur est payé en argent au taux de rémunération horaire de l’employé‑e, calculé d’après la classification indiquée dans le certificat de nomination à son poste d’attache à la fin de la période de douze (12) mois.

Lorsque les conventions collectives prévoient un tel remboursement, le Conseil du Trésor a demandé aux ministères de suspendre le paiement automatique pour tous les congés compensatoires acquis au cours de l’exercice financier 2016-2017, sauf sur demande de l’employé.

Nous savons que plusieurs membres optent pour les congés compensatoires et lorsque le Conseil du Trésor nous a consultés, nous avons donné notre accord à un tel changement. Nous croyons qu’il s’agit d’une décision prudente, qui permettra aux membres d’utiliser leurs congés compensatoires sur une plus longue période tout en atténuant les pressions causées par les problèmes de paye liés au système Phénix.

Le prochain paiement des heures supplémentaires se fera conformément aux dispositions des conventions collectives pertinentes.

Notons qu’au cours de la dernière ronde de négociation, nous avons fait des gains importants à ce chapitre pour nos membres des groupes PA et TC. En vertu de la nouvelle convention collective (si elle est ratifiée), les membres auront jusqu’au 30 septembre de l’année financière qui suit pour utiliser leurs congés compensatoires. Cela permettra de préciser et d’uniformiser l’application de cette disposition dans tous les ministères, en plus de donner aux membres la possibilité d’utiliser leurs congés compensatoires pendant la période estivale.

Topics: Publisher: 

Notice on Compensatory Leave Cash-Out Date

Fri, 03/31/2017 - 14:35

In order to prioritize the workload of the compensation community and to allow Phoenix pay-related matters to be addressed first, the Treasury Board has recently issued an information bulletin to departments providing direction regarding automatic compensatory cash-out.

The overtime articles in our five Treasury Board collective agreements (PA, TC, EB, SV and FB groups) provide employees with the option for overtime to be paid by compensatory leave rather than pay in a fiscal year.

In most cases, compensatory leave not used by the end of a twelve (12) month period, as determined by the Employer, is subject to an automatic cash out provision. For example, the current PA collective agreement reads:

28.08 (d)

Compensatory leave with pay not used by the end of a twelve (12) month period, to be determined by the Employer, will be paid for in cash at the employee’s hourly rate of pay, as calculated from the classification prescribed in the certificate of appointment of his or her substantive position at the end of the twelve (12) month period.

Where such an automatic cash out provisions exists in the collective agreement, Treasury Board has directed department to suspend the automatic cash out, for all hours earned during the 2016/2017 fiscal year, unless the cash out is specifically requested by the employee.

PSAC is aware that many members value time off over money and when consulted by Treasury Board we provided our concurrence with the change in policy. We believe this is a prudent decision, allowing members to use compensatory time over a longer period of time while alleviating some of the pressure around Phoenix pay related matters.

The next cash out date of excess hours will follow the provisions stipulated in the relevant collective agreement.

It is important to note that PSAC have made significant gain in this round of bargaining on this specific issue at the PA and TC tables. Under the new agreement (if ratified by the membership), members will now have until September 30 of the following fiscal year to use the leave, therefore providing clarity and consistent application across all departments and allowing members to use compensatory time during the summer months.

Topics: Publisher: 

CRA bargaining: Reopener clause

Thu, 03/30/2017 - 13:02
Topics: 

Services de garde : l’ACPSGE veut du concret

Thu, 03/30/2017 - 10:06

L’AFPC, de concert avec l’Association canadienne pour la promotion des services de garde à l’enfance (ACPSGE ) et d’autres organismes, presse le gouvernement fédéral de prendre les devants et de bâtir un réseau de garde d’enfants adéquat pour tous les parents qui en ont besoin.

Le 21 mars, l’ACPSGE a comparu devant le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes pour présenter sa vision d’un système national de services de garde.

Une stratégie efficace

Il faudra au moins dix ans pour mettre en place un système de services de garde qui répond aux besoins des familles canadiennes. Le gouvernement doit donc s’engager pour longtemps et poser des fondations durables.

Le gouvernement fédéral doit collaborer étroitement avec les gouvernements provinciaux et territoriaux afin de déployer une stratégie solide sur l’éducation préscolaire et les services de garde. Le système doit être public, inclusif, pleinement financé et à la portée de tous les Canadiens et les Canadiennes, peu importe leur situation financière, l’endroit où ils vivent et les besoins de leurs enfants.

S’il est vrai que les services de garde relèvent de la compétence provinciale et territoriale, il n’en demeure pas moins que le gouvernement fédéral est le seul à posséder les fonds nécessaires pour provoquer les changements qui s’imposent.

Les besoins des communautés autochtones

Les communautés autochtones ont des besoins particuliers en matière de garde d’enfants. Il faut donc mettre en place une stratégie distincte élaborée conjointement par les peuples autochtones et les deux paliers de gouvernement.

Comment prôner la vérité et la réconciliation et faire autrement? La loi prévoit que le même financement doit être alloué aux services dédiés aux enfants autochtones qu’à ceux offerts aux enfants non autochtones.

Le financement fédéral laisse à désirer

Pour que les services de garde offerts aux familles canadiennes soient suffisants et de bonne qualité, le fédéral devra augmenter tous les ans les fonds qu’il y investit.

Le fédéral doit augmenter son soutien financier tous les ans. Ainsi, les places en garderie seront plus nombreuses et les services de meilleure qualité. C’est ce que méritent les familles canadiennes.

Le financement pluriannuel prévu au budget 2017 a été bien accueilli par ceux et celles qui militent en faveur des services de garde. Mais une augmentation substantielle des allocations annuelles est requise pour bâtir au fil du temps un système de services de garde à l’enfance de qualité, accessibles et abordables.

« Nous nous réjouissons de l’engagement à long terme du gouvernement fédéral qui avait pendant longtemps abandonné ce dossier. Mais nous sommes déçus que ce budget ne soit pas plus ambitieux, notamment au chapitre des dépenses allouées les premières années de la période de dix ans », a dit Morna Ballantyne, directrice générale de l’ACPSGE.

En effet, nous sommes rendus en 2017. N’est-il pas temps que le Canada se dote d’un système qui, avouons-le, est un tremplin essentiel vers l’égalité économique des femmes?

 

 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Child Care Advocacy Association of Canada asks Parliamentary committee to make affordable child care a reality

Thu, 03/30/2017 - 10:01

PSAC, along with the Child Care Advocacy Association of Canada (CCAAC) and others, is pushing the federal government to take leadership and build a quality, affordable child care system that all families can access wherever they live.

On March 21, the Child Care Advocacy Association of Canada appeared before the House of Commons  Standing Committee on the Status of Women to provide their view on what a national child care system should look like.

Get the policy framework right

Building a child care system to meet Canadians’ needs will take at least a decade. It is critical that the federal government commit for the long-haul and put in place foundational building blocks that will stand the test of time.

The federal government must work with the provincial and territorial governments to develop a sound, extensive policy approach to  early childhood education and child care. The system must be a fully funded, high quality inclusive public service that all Canadians can access regardless of their economic circumstances, place of residence or the child care needs of their children.

While the provinces and territories have constitutional jurisdiction over the delivery of child care services, only the federal government has the fiscal capacity to drive the change.

Needs of Indigenous communities must be addressed

The early childhood education and child care needs of Indigenous communities must be addressed through a separate and distinct policy framework developed by both levels of government and representatives of Canada’s Indigenous Peoples.

Truth and reconciliation demands nothing less, and the law requires that Indigenous children’s services receive equal funding to those provided for non-Indigenous children.

Federal funding still falls short

Canadians won’t see more or improved child care services unless the federal government bumps up its financial support each year.

Advocates for affordable child care applaud the federal government’s commitment to multi-year funding for early childhood education and child care in the 2017 budget. However, budgeted increases in the annual allocations are too small in the first years to finance the kind of improvements in access, affordability and quality that could be achieved and that is so urgently needed.

“We are happy to see a federal government make a long-term federal commitment because it has been a long time since we’ve seen federal leadership in this area but we are disappointed the budget is not more ambitious in its spending especially at the start of the ten-year period,” said Morna Ballantyne, Executive Director of the CCAAC.

It’s 2017. It is time to ensure Canadians finally get what we all know is an essential ramp to women’s economic equality.

 

 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Budget 2017 et services de garde : c’est un début

Wed, 03/29/2017 - 18:17

Pour l’AFPC, le programme axé sur l’apprentissage et la garde d’enfants annoncé par les libéraux dans leur deuxième budget est une bonne nouvelle. À une exception près : le financement prévu ne permet pas de mettre sur pied un réseau de garderies universel et abordable à l’échelle du pays.

« Étaler le financement sur 10 ans, c’est très bien. Mais ce que les libéraux doivent faire, c’est augmenter les crédits alloués annuellement. Sinon, on ne pourra pas mettre sur pied le système de garde d’enfants dont les parents canadiens ont réellement besoin. »

Un financement inadéquat

En 2018-2019, le gouvernement investira 540 millions de dollars. L’année suivante, il ajoutera 5 millions. L’enveloppe budgétaire grossira chaque année pour atteindre 870 millions en 2026-2027. Par comparaison, le Québec consacre chaque année 2,5 milliards aux services de garde d’enfants. Il y a une dizaine d’années, le gouvernement libéral, dirigé par Paul Martin, s’était engagé à investir 1 milliard de dollars dans ce secteur. Malheureusement, son projet a été annulé par les conservateurs.

Les groupes de promotion des services de garde affirment que le Canada devrait consacrer au moins 1 % de son PIB à l’éducation préscolaire, s’il veut être sur un pied d’égalité avec les pays de l’OCDE qui se sont dotés de tels programmes.

Augmenter le nombre de places en garderie

Les services de garde abordables et de qualité sont essentiels à la sécurité économique des femmes et au bien-être des familles et des enfants. C’est aussi très bon pour l’économie du pays. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour que les familles canadiennes aient facilement accès à des places en garderie.

Renseignements complémentaires :

Topics: Publisher: Embedded Image: 

Budget 2017 and child care: It’s a start

Wed, 03/29/2017 - 18:15

The Liberal government’s second budget answered PSAC’s call for a long-term federal commitment to early childhood education and child care, but the amount allocated is not enough to ensure a universal, affordable system across Canada.

 “It’s good to see multi-year funding,” said Robyn Benson, PSAC National President. “But we need a lot more money in each of the next ten years to build a high quality child care system for all of Canada that all parents can afford.”

Funding is not high enough

The annual budget allocation for 2018-2019 is $540 million and increases by only $5 million the following year. The annual funding continues to increase in small and irregular increments until it reaches $870 million in 2026-2027. In comparison, Quebec alone already spends more than $2.5 billion a year on child care. Paul Martin’s Liberal government had promised more than $1 billion over ten years ago, but its plan was cancelled by the Stephen Harper Conservative government.

Child care advocates say that Canada needs to spend at least 1% of GDP to put Canada on par with OECD countries with fully developed systems of early childhood education and care.

More child care spaces needed

Affordable, high quality child care is critical for women’s economic security, for children and families, and it is good for the economy. There is still much work to do to make child care a reality for all who need it.

For more information:

Topics: Publisher: Embedded Image: 

Les négociations de l'AFPC reprennent avec Parcs Canada

Tue, 03/28/2017 - 15:28

Notre équipe de négociation rencontrera de nouveau l'employeur, Parcs Canada, pour poursuivre les négociations dans le but de conclure une nouvelle convention collective. Les membres de notre équipe rencontreront l'Agence les 28, 29 et 30 mars. 

Nous ferons peu après le point sur les négociations.

Merci de votre patience et de votre appui indéfectible.

Topics: Publisher: 

PSAC bargaining team resumes negotiations with Parks Canada

Tue, 03/28/2017 - 15:27

Our bargaining team will meet again with Parks Canada this month to resume negotiations for a new collective agreement. Our team will meet with the Agency on March 28, 29 and 30.

We will provide a bargaining update at the end of this session.

Thank you for your ongoing patience and support!

Topics: Publisher: 

Victoire! Une dénonciatrice pourra se défendre

Tue, 03/28/2017 - 14:14

Une décision récente de la Cour d’appel fédérale offre à la dénonciatrice Sylvie Therrien une autre occasion de contester son congédiement.

« Ce sont d’excellentes nouvelles et nous espérons qu’elles encourageront d’autres dénonciateurs qui font l’objet de représailles », affirme Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC.

Dans une affaire hautement médiatisée, Sylvie Therrien, une enquêteuse chargée des cas de fraude à l’assurance-emploi, a été congédiée en 2013 après avoir dénoncé publiquement le système de quotas imposé aux enquêteurs pour réduire les prestations d’AE que devait payer le gouvernement de l’époque.

Après le congédiement de Mme Therrien, l’AFPC a déposé un grief et une plainte en matière de représailles en vertu de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles. Le Commissariat à l’intégrité du secteur public a rejeté la plainte et l’AFPC a contesté la décision devant les tribunaux.

La Cour d’appel a accueilli l’appel de Mme Therrien. Par conséquent, le Commissariat devra déterminer de nouveau s’il est autorisé à traiter la plainte.

Donc, Mme Therrien pourra présenter une argumentation écrite au Commissariat. De plus, son grief a été renvoyé à l’arbitrage devant la Commission des relations de travail et de l’emploi dans la fonction publique (CRTEFP), qui n’a pas encore rendu sa décision.

La Cour a accueilli l’appel pour deux raisons :

  • Le Commissariat a manqué d’équité procédurale parce qu’il n’a pas permis à Mme Therrien de soulever un point important.
  • Le Commissariat a commis une erreur en présumant que la CRTEFP se pencherait sur la question des représailles lors de l’audience du grief de Mme Therrien.
Informations additionelles :

Les dénonciateurs fédéraux doivent être mieux protégés

Mémoire présenté par l’AFPC du Canada au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires de la Chambre des communes concernant la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes

Topics: Publisher: 

Victory! Whistleblower gets another opportunity to be heard

Tue, 03/28/2017 - 14:00

A recent Federal Court of Appeal decision has allowed another opportunity for whistleblower Sylvie Therrien to challenge her termination.

“This is great news and we hope it will encourage other whistleblowers who face reprisals in the workplace,” said Robyn Benson, PSAC National President.

In a highly publicized case, Sylvie Therrien, an EI fraud investigator, was terminated in 2013 for whistleblowing. At the time, Therrien went to the media about quotas that employees had to meet to reduce the employment insurance benefits being paid by the government of the day.

Following Therrien’s dismissal, PSAC filed a grievance and also a reprisal complaint under the Public Servants’ Disclosure and Protection Act. The reprisal complaint was dismissed by the Public Service Integrity Commissioner (PSIC). PSAC challenged that ruling in court.

The Court of Appeal has allowed Therrien’s appeal. This means that the Office of the Public Integrity Commissioner will need to re-determine whether it has the authority to consider Therrien’s reprisal complaint.

For Therrien, this means that she will still be able to present written arguments before the Public Service Integrity Commissioner. Her grievance has also gone to adjudication before the Public Service Labour Relations and Employment Board (PSLREB) and a decision is pending.

The Court allowed the appeal for two reasons:

  • The Commissioner breached “procedural fairness” because it did not allow Therrien to address an important factor it was considering.
  • The Commissioner made an error when it assumed that the PSLREB would be dealing with the issue of reprisal in Therrien’s grievance case.
Related information:

Federal whistleblowers need better protection

PSAC submissions to House of Commons Standing Committee on Government Operations and Estimates regarding The Public Servants Disclosure Protection Act.

Topics: Publisher: 

Système Phénix : l’hypocrisie des libéraux révélée avec le budget 2017

Mon, 03/27/2017 - 14:19

Dans son budget du 22 mars, le gouvernement fédéral ignore le plus important problème que vit actuellement la fonction publique. Les ratés du système de paye Phénix ont eu des conséquences sur des milliers de fonctionnaires au cours de la dernière année. Certains d’entre eux n’ont pas reçu de paye depuis des mois.

« Je ne trouve pas les mots pour exprimer à quel point je suis déçue qu’il n’y ait rien pour arranger Phénix, déplore Robyn Benson, présidente de l’Alliance de la Fonction publique du Canada. Ça envoie le message aux fonctionnaires qu’ils ne sont pas importants, que ce n’est pas grave s’ils ne sont pas payés. »

Le gouvernement s’attaque aux autres employeurs qui ne payent pas leurs employés

Par contre, lorsqu’il est question d’autres employeurs du secteur fédéral, le gouvernement n’hésite pas à souligner l’importance de payer aux employés ce qui leur est dû.

Dans son budget, il prévoit même modifier le Code canadien du travail afin de « renforcer et moderniser les dispositions relatives à la conformité et à l'application de la loi » et, plus précisément, « pour faire en sorte que les Canadiens qui travaillent fort puissent récupérer plus facilement les salaires qui leur sont dus par leur employeur, et pour veiller à ce que les employeurs récidivistes soient sanctionnés ».

« C’est ironique. Le gouvernement s’en prend aux employeurs qui ne payent pas correctement leurs employés, alors qu’il n’assume pas ses propres responsabilités pour le gâchis causé par Phénix, soutient la présidente Benson. Pourquoi ne traite-t-il pas ses employés comme il demande aux autres de le faire? »

Rien dans le budget pour payer ses propres employés correctement

En prévision du dépôt du budget, l’AFPC et d’autres syndicats de la fonction publique fédérale avaient demandé au gouvernement de prévoir un fonds de réserve de 75 millions de dollars pour permettre aux ministères et aux agences de régler les problèmes de paye causés par le système Phénix.

Sans ce fonds de réserve, les problèmes risquent de se prolonger et d’empirer. Le message est clair : arranger Phénix n’est pas une priorité du gouvernement.

« C’est une occasion manquée pour les libéraux. Ils auraient pu régler les problèmes de Phénix et s’assurer que les fonctionnaires sont payés à temps et correctement, affirme Chris Aylward, vice-président exécutif national de l’AFPC. Ça n’envoie certainement pas le bon message aux fonctionnaires dévoués qui se rendent au travail chaque jour pour offrir à la population canadienne les services qu’elle mérite. »

 

 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Liberals’ hypocrisy on Phoenix shows in Budget 2017

Mon, 03/27/2017 - 14:08

The federal government’s budget, delivered on March 22, failed to address the biggest problem currently facing the public service. The disastrous Phoenix pay system has affected thousands of public service workers over the past year, leaving some workers with no pay for months.

“Words don’t even describe how disappointed I am that they did nothing to address Phoenix,” said Robyn Benson, president of the Public Service Alliance of Canada. “This says to public service employees they are not important. It says to them it doesn’t matter if you get paid.”

Government wants to go after other employers for failure to pay wages

On the other hand, the government chose to highlight the importance of this issue when it comes to other employers in the federal sector.

The Budget 2017 document states that the Canada Labour Code will be amended to “strengthen and modernize compliance and enforcement provisions.” Specifically, it states there will be amendments “to ensure that hard-working Canadians can more easily recover wages owed to them by their employer, and to ensure that employers who repeatedly offend will be punished.”

“It seems a bit ironic that they will go after other employers for failing to pay wages owed, yet they will not hold themselves accountable for the Phoenix mess,” said Benson. “Why don’t they treat their employees the way they expect other employers to treat workers?”

Budget fails to ensure their own employees are paid properly

Leading up to the budget, PSAC and other federal public service unions had asked the government to include a $75 million contingency fund to assist departments and agencies in dealing with the Phoenix pay system.

By not including the contingency fund, the government is going to prolong and worsen the problems with the pay system. It also sends the message that fixing Phoenix is not a priority for this government.

“The Liberals missed a chance with this budget to help ensure that Phoenix gets fixed public service employees get paid on time and correctly,” said Chris Aylward, PSAC National Executive Vice President. “It sure sends the wrong message to the hard working public service workers who come to work every day to deliver the services Canadians rely on.”

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Opérateurs en télécommunications à la GRC : Le statut d’intervenant est accordé à l’AFPC

Thu, 03/23/2017 - 15:31

Le 20 mars dernier, la Commission des relations de travail et de l’emploi dans la fonction publique (CRTEFP) a avisé l’AFPC qu’elle pourra intervenir dans la requête en accréditation déposée par le SCFP visant les groupes LES-TO et PO-TCO (Opérateurs en télécommunications).

La Commission a aussi accordé le statut d’intervenant à d’autres syndicats et associations, dont l’Association canadienne des policiers et l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada.

Nous attendons les détails concernant les audiences.

Pour plus d’informations sur les efforts entrepris par l’AFPC/USGE concernant le personnel civil qui ne sera pas transféré dans les unités de négociation existantes (PO-LMA et PO-TCO), mais qui veut obtenir le droit de négocier collectivement, consultez le site de la campagne de recrutement.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Quarter

PSAC granted intervenor status to represent RCMP’s Telecommunications Operators

Thu, 03/23/2017 - 15:27

PSAC received notice from the Public Service Labour Relations and Employment Board (PSLREB) on March 20, 2017, that PSAC and others unions /associations have been granted intervenor status in the matter of CUPE’s applications to represent LES-TOs and PO-TCOs (Telecommunications Operators).

Others granted intervenor status include the Canadian Police Association and the Professional Institute of the Public Service of Canada.

We await further instruction from the Board in regard to hearings on the matter.

To find out more about PSAC and USGE’s efforts to assist the RCMP Civilian Members who will not be deemed into existing bargaining units (PO-IMAs and PO-TCOs) but are seeking bargaining rights, visit the campaign website.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Quarter

Réinvestir dans les services publics : le budget fédéral laisse à désirer

Wed, 03/22/2017 - 17:56

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) se réjouit que le gouvernement réinvestisse dans les services publics, mais juge que les crédits accordés sont nettement insuffisants pour les rétablir.

« Ce budget, c’était l’occasion d’améliorer considérablement les services publics. À part accroître le financement dans certains secteurs, dont l’inspection des aliments et les programmes d’infrastructures de transport, les libéraux n’ont pas fait ce qu’on attendait d’eux », déplore Robyn Benson, présidente de l’AFPC. « Mais nous sommes déçus que le gouvernement n’ait pas donné suite à notre proposition de créer un fonds de réserve pour régler les problèmes de paye occasionnés par Phénix. »

Des services publics de qualité 

Pendant des années, la fonction publique fédérale a subi des compressions importantes. Les fonctionnaires sont particulièrement bien placés pour constater les dégâts. Le budget 2017 était une occasion en or pour restaurer les services publics afin que nos membres puissent offrir les services de qualité auxquels ont droit les Canadiennes et les Canadiens.

Vu que le gouvernement n’a pas annoncé d’investissements majeurs dans la fonction publique, la création de nouveaux postes permanents, par exemple, il y a lieu de se demander s’il ne se tournerait pas plutôt vers privatisation et les partenariats public-privé. Or, ces, deux pratiques coûtent plus cher et ne sont pas dans l’intérêt de la population. Les fonds publics ne doivent pas servir à accroître les profits du secteur privé. 

Système de paye Phénix

Pour souligner le premier anniversaire de Phénix, l’AFPC avait demandé au gouvernement de prévoir un fonds de réserve de 75 millions de dollars dans son prochain budget. Si les ministères n’ont pas les ressources adéquates, les problèmes de paye ne seront jamais résolus.

Le budget ne prévoit pas de fonds de réserve. En ignorant notre proposition, le gouvernement ne fera qu’aggraver les problèmes occasionnés par Phénix et signale aussi que régler ce fiasco n’est pas une priorité. C’est inacceptable. Les fonctionnaires méritent d’être payés à temps et correctement.
 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Federal budget falls short on reinvestments in public services

Wed, 03/22/2017 - 17:14

The Public Service Alliance of Canada (PSAC) welcomes the modest investments in public services announced in this year’s budget, but we are disappointed that it did not go far enough to restore the services Canadians rely on.

“This budget was an opportunity to improve front-line public service delivery. While it is encouraging to see investments in food safety and transportation infrastructure, the Liberals missed the opportunity to substantially restore and improve public services,” said Robyn Benson, PSAC National President. “PSAC is disappointed that the government ignored our demand to include a contingency fund to address problems with the Phoenix pay system.”

Quality public services

Federal public service workers see first-hand the impact that years of cuts have had on the quality of Canada’s public services. The second Liberal budget was an opportunity to restore what was cut so that our members can deliver the high-quality public services that Canadians deserve.

Instead of significant reinvestment in public services, like creating more permanent employment opportunities, we are concerned about the possibility of the government pursuing privatization and P3 initiatives. Privatization and P3s are often more expensive than public ownership and not in the public interest. Furthermore, public funds should not be used for private profits.

Phoenix pay system

On the first anniversary of Phoenix, we asked the government to include a $75 million contingency fund in the federal budget. If departments and agencies don’t have the proper resources to deal with Phoenix, pay problems will never be resolved. 

By not including the contingency fund, the government is going to prolong and worsen the problems with the pay system. It also sends the message that fixing Phoenix is not a priority for this government. This is unacceptable; public service workers deserve to be paid correctly and on-time.

 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Pages