PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 2 hours 22 min ago

Déclaration de l’équipe de négo FB au sujet des recommandations de la CIP

Thu, 03/15/2018 - 21:11

Le jeudi 15 mars, nous avons reçu les recommandations de la Commission de l’intérêt public concernant notre différend avec le Conseil du Trésor et l’ASFC. Notons que ces recommandations sont non exécutoires. Elles visent à guider les parties en négociation et à offrir une avenue menant à la conclusion d’une entente mais les parties ne sont pas tenu de suivre les recommandations de la commission. 

Les recommandations touchent un certain nombre de questions que nous avons soulevées durant la négociation, questions auxquelles l’employeur n’a pas adéquatement répondu ni même donné réponse.

Au sujet de la rémunération, la recommandation de la CIP est la suivante (mêmes augmentations accordées aux gendarmes de la GRC et aussi contenues dans la convention du groupe Service correctionnel) :

À compter du 21 juin 2014, tous les taux de rémunération seront augmentés de 1,25 %.

À compter du 21 juin 2015, tous les taux de rémunération seront augmentés de 1,25 %.

À compter du 21 juin 2016, tous les taux de rémunération seront augmentés de 1,25 %.

À compter du 21 juin 2016, tous les taux de rémunération seront augmentés d’un autre 2,3 % en guise de rajustement au marché.

À compter du 21 juin 2017, tous les taux de rémunération seront augmentés de 1,25 %.

La Commission propose également d’augmenter l’Indemnité des services frontaliers intégrés à 1750 $ pour tous les membres FB et de l’intégrer au salaire à compter du 21 juin 2016.

La Commission ouvre aussi la porte à une discussion sérieuse sur le droit à une pause-repas payée pour les membres du syndicat. La commission propose également d’inclure à la convention collective des améliorations sur les horaires de travail comprimées, le télétravail et le paiement des certificats médicaux. De plus, elle prévoit des protections pour la certification sur le port d’armes à feu et des tactiques de maîtrise et de défense (TMD) et le renouvellement de la certification, une bonification aux gains que nous avons obtenus à la ronde de négociation précédente. La Commission donne également raison aux arguments de l’AFPC au sujet des suspensions en recommandant que les employés n’aient aucune perte de salaire lorsqu’ils font l’objet d’enquête ou d’une suspension administrative. La pause-repas payée, la rémunération durant une enquête de suspension, le renouvellement de la certification sur le port d’armes et les TMD ainsi que les propositions sur la rémunération - précisons que l’ASFC/Conseil du Trésor n’ont aucunement abordé ces questions dans leurs propositions.

Cela étant dit, nous sommes déçus de quelques recommandations de la CIP, ou de l’absence de recommandations, au sujet d'autres enjeux, notamment : la durée du travail, les périodes de pratique sur le maniement des armes à feu, la surveillance du lieu de travail, le temps d’installation et de désinstallation de l’équipement et les rajustements en fonction du marché.

Nous avons toujours affirmé que nous sommes prêts à négocier et nous estimons que ces recommandations offrent un point de départ à la discussion alors que les parties se préparent à retourner à la table de négociation la semaine prochaine. Grâce à ces recommandations, le processus de négociation pourra amorcer une nouvelle phase. Nous sommes plus résolus que jamais à obtenir la convention collective que nous méritons tous. Dès qu’il y aura du nouveau, nous vous en informerons. Pour les autres mises à jour dont les propositions présentées à la CIP, visitez le : syndicatafpc.ca/fb

Topics:  Attachments:  20180315_pic_recommendation_fr.pdf

FB bargaining team statement concerning PIC recommendation

Thu, 03/15/2018 - 20:22

On Thursday, March 15th, we received the Public Interest Commission (PIC) recommendation concerning our contract dispute with Treasury Board/CBSA. The PIC recommendation is non-binding. It is intended to guide the parties in negotiations and help provide an avenue for the parties to make progress towards an agreement but neither party is obligated to follow the recommendations of the decision. 

The recommendation addresses a number of key issues that we raised in bargaining, issues that the employer has yet to adequately address, if at all.

On wages, the Commission's recommendation is the following (replication of increases provided to RCMP constables and also contained in the Correctional Services agreement):

Effective June 21, 2014 all rates to be increased by 1.25%;

Effective June 21, 2015 all rates to be increased by 1.25%;

Effective June 21, 2016 all rates to be increased by 1.25%;

Effective June 21, 2016 all rates to receive a market adjustment of a further 2.3%;

Effective June 21, 2017 all rates to be increased by 1.25%;

The Commission also proposed that the Integrated Border Services allowance be increased to $1,750 for all FB members and integrated into salary as of June 21st, 2016.

The recommendation also opens the door for serious discussion concerning a paid meal period for union members. The commission also proposed that the collective agreement includes new language around compressed work hours, telework and paid medical certificate. Furthermore, it provides protections in the context of arming and control defense tactic certification and recertification building on gains we made in our previous round of bargaining. The Commission also sided with the PSAC’s argument concerning suspensions by recommending that no employee suffer any loss in wages while on investigatory or administrative suspension. References to paid meal period, paid investigatory suspension, CDT/Firearm recertification, the compensation package. None of these were contained in any of CBSA/Treasury Board’s offers. 

Having said that, we are disappointed with some of the PIC’s recommendations or lack thereof, particularly with respect to the issue of hours or work, firearm practice time, workplace surveillance, tool-up and tool-down time and market adjustment.

We have always maintained that we are ready to negotiate, and we believe this recommendation provides a starting point for discussion as the parties are returning to the bargaining table next week. With the release of this recommendation, negotiations enter into a new phase. More than ever we are determined to achieve the fair contract we all deserve. We’ll be sure to update as things progress. For our previous updates as well as a copy of our submissions to the PIC, go to: psacunion.ca/fb     

Topics:  Attachments:  20180315_pic_recommendation_en.pdf

Phénix : les pourparlers sur les indemnisations ont commencé

Thu, 03/15/2018 - 12:00

L’AFPC et les autres syndicaux représentant les fonctionnaires fédéraux s’emploient à faire reconnaître par le gouvernement le stress indu et les difficultés financières que vivent leurs membres en raison de Phénix.

Dans son budget, le gouvernement a reconnu qu’il devait collaborer avec les syndicats du secteur public fédéral afin de minimiser les effets du système Phénix sur la santé mentale et les finances des fonctionnaires. Depuis lors, les pourparlers vont bon train. Notre objectif : que les membres soient dédommagés pour toutes leurs difficultés, dont l’immense stress causé par Phénix et le temps qu’ils ont dû consacrer à essayer de se faire payer correctement.

Nous avons besoin de votre aide

Pour que le montant des indemnisations soit conséquent, il faut continuer à mettre la pression sur le gouvernement, à le talonner. Manifestez votre appui en signant notre pétition.

Ensemble, nous obligerons le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour que les fonctionnaires fédéraux soient payés correctement et à temps -- tout le temps! Il doit aussi faire amende honorable.

L’AFPC vous tiendra au courant de l’évolution des négociations.

Topics: Publisher: 

Phoenix: negotiations on damages moving forward

Thu, 03/15/2018 - 11:57

PSAC, and the other unions representing federal public service workers, are negotiating damages with the government for the undue stress and hardships caused by the Phoenix pay system.

In its budget, the government acknowledged it must work with the federal public sector unions to address the emotional and financial impacts of Phoenix. Since then, the talks concerning damages have been advancing. The compensation being sought is for the stress, the time spent dealing with, and the catastrophic losses caused by Phoenix pay problems.

We need your help

In order to achieve meaningful compensation, we need to keep the pressure on the government – don’t let them off the hook! Show your support by signing PSAC’s petition.

Together, we will force the government to take every step necessary to pay federal public service workers correctly and on-time, every time, and make amends for the hardships caused by Phoenix.

PSAC will continue to keep its membership up to date on these negotiations.

 

Topics: Publisher: 

Différend sur les salaires à l’ARC : Le conseil de conciliation rend sa décision

Wed, 03/14/2018 - 17:04

Le 14 mars 2018, le conseil de conciliation a rendu sa décision au sujet du différend sur les salaires entre l’ARC et l’AFPC-SEI. Cette décision met finalement un terme à ce différend entre les deux parties.

Rappelons que le 31 janvier 2018, l’équipe de négociation AFPC/SEI a présenté notre position au conseil de conciliation de la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral au sujet du différend sur les augmentations salariales de 2014-2015 et 2015-2016.

Dans sa décision, le conseil de conciliation a consenti à une augmentation annuelle additionnelle de 0,50 % pour 2014 et 2015 à compter du 1er novembre de chaque année. Notons que cette augmentation s’ajoute à celle de 1 % déjà négociée dans la convention collective en vigueur.

 

Convention collective en vigueur

Augmentations additionnelles consenties

À compter du 1er novembre 2014

1 %*

0,50 %

À compter du 1er novembre 2015

1 %*

0,50 %

*Veuillez noter que 0,25 % de l’augmentation de 1 % était en échange de l’indemnité de départ.

Bien que cette décision offre une augmentation plus élevée que celle de 0,25 % proposée par l’ARC durant les audiences de conciliation, nous sommes déçus que le conseil de conciliation n’ait pas répondu à notre proposition salariale.

L’ARC a un délai maximal de 150 jours, à compter d’aujourd’hui, pour rajuster les salaires et verser les paiements rétroactifs.

Entre-temps, le Comité de négociation collective du SEI finalise son examen des revendications soumises par les sections locales l’année dernière en prévision de la prochaine ronde avec l’Agence.

Votre équipe de négo vous tiendra au courant des progrès. Pour vous tenir au courant, allez en ligne à syndicatafpc.ca et ute-sei.org ou abonnez-vous aux alertes par courriel.  Si vous avez des questions, communiquez avec le président ou la présidente de votre section locale.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

CRA arbitration decision on wage re-opener is released

Wed, 03/14/2018 - 16:58

The Conciliation Board released on March 14, 2018 its decision regarding the wage dispute between the CRA and the PSAC-UTE. This decision finally puts an end to the parties’ wage dispute.

On January 31, 2018 our PSAC/UTE Bargaining Team presented our case before the Conciliation Board at the  Federal Public Sector Labour Relations and Employment Board on the wage dispute with the CRA for wage increases for the years 2014-2015 and 2015-2016.

For the two years commencing November 1, 2014 and November 1, 2015, the Conciliation Board awarded an additional 0.5% increase in both years over and above the 1% increase negotiated in the parties’ current collective agreement.

 

Current collective agreement

Additional increases awarded

Effective November 1, 2014

1%*

0.50%

Effective November 1, 2015

1%*

0.50%

*Please note that out of the 1%, 0.25% was in exchange of severance.

While this outcome is better than the additional 0.25% increase that was put forward by the CRA during the arbitration hearing, we are disappointed that the Conciliation Board didn’t go further in addressing our wage proposal.

The CRA has a maximum of 150 days from today to adjust employees’ wages and pay out retroactive payments.

Our bargaining team will keep you informed throughout this process. Be sure to go to ute-sei.org and psacunion.ca for updates or sign up for email alerts. Also, should you have any questions, please contact your UTE Local President.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Vote sur l'entente de principe avec Parcs Canada : ce que vous devez savoir

Tue, 03/13/2018 - 16:56

Du 19 mars au 26 avril 2018, vous aurez l’occasion de voter en tant que membre de l’AFPC travaillant à Parcs Canada sur l’entente de principe conclue avec votre employeur.

Pour voter, vous devez d’abord vous assurer d’être membre en règle et d’avoir mis à jour vos coordonnées personnelles auprès de votre syndicat. Si ce n’est déjà fait, veuillez le faire en ligne en cliquant ici. Puisque le vote se déroule de façon électronique, il est important que vos coordonnées soient à jour afin que vous puissiez obtenir votre numéro d’identification personnelle (NIP), qui vous permettra de voter en ligne.

Membre en règle

Des ratés du système de paye Phénix ont fait en sorte que nos membres en règle ont perdu leur statut parce que leurs cotisations n’ont pas été retenues sur leur paye, même s’ils travaillaient. Malheureusement, il est impossible pour le personnel de l’Administration de l’effectif de déterminer si l’arrêt des cotisations est attribuable à Phénix ou à d’autres facteurs (p. ex., congé, retraite). 

Afin de déterminer correctement les droits de vote en vue du prochain scrutin, il est essentiel que nos dossiers reflètent le statut réel de chaque membre. Nous avons donc créé un nouveau formulaire électronique pour que les membres puissent confirmer leur statut de membre en règle, malgré l’absence de cotisations. C’est le même formulaire pour tous les membres, qu’ils soient en congé de leur poste d’attache et assujettis aux alinéas 4(2)a) à k) des Statuts de l’AFPC ou qu’ils aient été victimes des ratés de Phénix. 

C’est le personnel de l’administration de l’effectif qui recevra et traitera les demandes liées à Phénix. Toutes les autres demandes de maintien du statut de membre en règle seront traitées, comme toujours, par le bureau de direction en conformité avec les Statuts de l’AFPC.

Si vous n’arrivez pas à mettre à jour vos informations, n’hésitez pas à contacter votre bureau régional de l’AFPC ou le numéro de dépannage au 1-833-223-2659.

Dans le cas des membres qui ont fourni leur adresse électronique personnelle, la trousse de ratification sera envoyée par courriel à la date suivante :

  • Le dimanche 18 mars (avant 12 h HAE)

Dans le cas des membres qui n’ont pas fourni leur adresse électronique personnelle, la trousse de ratification sera expédiée par la poste à la date suivante :

  • Le mercredi 14 mars

Si vous avez déjà mis à jour vos coordonnées, mais que vous n’avez pas reçu votre NIP deux jours avant la première séance d’information, veuillez appeler notre numéro de dépannage de Parcs Canada au 1‑888‑281-8683.  

Séance d’information sur l’entente de principe

Conformément au Règlement 15 de l'AFPC, vous devez vous inscrire et participer à une séance d’information (webinaire ou en personne) pour pouvoir voter. Notez que nous tiendrons compte des présences et mettrons à jour le profil des membres qui auront assisté à une séance d’information dans le système de scrutin électronique pour leur donner le droit de voter. 

S’inscrire à un Webinaire

  • L’AFPC tiendra des webinaires interactifs en ligne d’une heure pour bien informer ses membres au sujet des répercussions de l’entente de principe.
  • Inscrivez-vous à un webinaire dès maintenant en visitant votre site Web régional (Atlantique, Colombie-Britannique, RCN, Nord, Ontario ou Prairies). Invitez d’autres membres à y participer et à s’y inscrire.

Notes techniques

  • Assurez-vous de joindre le webinaire quelques minutes avant le début de la séance afin de régler tout problème technique à l’avance.
  • Le système vocal sur Internet est accessible. Toutefois, en raison des différents types d’ordinateurs et du volume de bande passante disponible, nous vous suggérons d’utiliser votre téléphone et le numéro d’accès sans frais tout en visionnant le webinaire à l’écran de votre ordinateur.
  • Il est possible que les webinaires ne soient pas accessibles sur certaines tablettes numériques.

Réunions en personne

  • La plupart des réunions se tiendront en ligne, mais nous prévoyons en tenir en personne dans les régions à forte concentration de membres.

Pour connaître le calendrier de ces réunions et savoir comment y participer, visitez votre site Web régional (Atlantique, Colombie-Britannique, RCN, Nord, Ontario ou Prairies) ou communiquez avec votre bureau régional de l’AFPC.

Comment voter sur l’entente de principe

Vous pourrez voter sur l’entente de principe par téléphone ou en ligne. Rappelons que pour pouvoir voter, vous devez assister à une séance d’information.

  • En utilisant le NIP qui vous a été envoyé par la poste ou par courriel, vous pouvez voter à n’importe quel moment à partir du 19 mars à 8 h jusqu’au 26 avril 2018 à 12 h (HAE).  
  • Pour voter par téléphone, composez le 1-888-360-8915 et suivez les instructions.
  • Si le processus est interrompu, vous pourrez vous reconnecter pour compléter votre vote.
  • Notez qu’il s’agit d’un scrutin secret. Votre vote est tout à fait confidentiel.

Si vous avez des questions d’ordre technique au sujet du vote, contactez le numéro de dépannage d’Intelivote au 1-888-281-8683

Si vous avez d’autres questions au sujet du contenu de l’entente de principe ou de la procédure de vote auxquelles votre bureau régional ne peut répondre, n’hésitez pas à communiquer avec nous au numéro de dépannage suivant : 1-833-223-2659.

Pour plus d’informations sur l’entente de principe, consultez la trousse de ratification et n’hésitez pas à poser des questions durant la séance d’information.

Topics:  Attachments:  2018-03-14_ratification_kit_28fr29.pdf Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Vote on Parks Canada tentative agreement: what you need to know

Tue, 03/13/2018 - 14:31

As a PSAC member working for the Parks Canada, you  will be voting on a tentative agreement with your employer between March 19 and April 26, 2018.

If you wish to vote, you must ensure that you are a member in good standing and that the union has an up to date mailing address for you. If you have not done this yet, please update your information here. This vote will be conducted electronically, and we need to ensure that only those entitled receive the PIN number required to cast a vote.

Member in Good Standing

Due to a Phoenix pay system problem, members who ought to be in good standing have been rendered not in good standing because their dues have abruptly stopped (despite their continued employment). Unfortunately, it is impossible for Membership Administration to determine if dues have stopped due to a Phoenix glitch or if the member is on leave, retired, etc. 

In order to properly determine voting entitlement for upcoming vote; it is imperative that members who are in good standing be correctly reflected in our records. A new online form is now available whereby a member can request to remain in good standing in absence of union dues. The same form will serve for both members who are on leave from their substantive position and subject to the PSAC Constitution Section 4, Sub-Section (2) (a) to (k), and the members who have seen their dues cease because of a Phoenix problem. 

Membership Administration will receive, process and respond to the Phoenix-related requests. The Executive Office will receive, process and respond to the non-Phoenix-related requests to remain in good standing as is the usual process under the PSAC Constitution.

If you have difficulty updating your information, contact your PSAC Regional Office or our helpline: 1-833-223-2659.

Members who have provided home email addresses will be sent the voter packages on the following dates:

  • Sunday, March 18: (by 12 pm EST)

Members who have not provided home email addresses will be sent the voter packages by Canada Post on the following dates:

  • Wednesday, March 14

If you updated your information with us and it's and it's two days before the scheduled information meeting and you still have not received a PIN for the vote, contact our Parks Canada vote hotline: 1-888-281-8683.  

Get the details on the agreement: register for an info session

As per PSAC Regulation 15, you must register and attend an informational session either by webinar or in person to be eligible to cast your vote. Attendance will be tracked and only those who attend will have their member profile updated on the eVoting system, enabling them to vote. 

Register for a webinar:

  • To ensure our members have the facts and understand the impact of the tentative agreement, PSAC is holding one hour live and interactive webinars.
  • Register for a webinar now by visiting your regional website (Atlantic, BC, NCR, North, Ontario, or Prairies). Share the link with other members and encourage them to register and participate.

Technical notes:

  • Please join the webinar a few minutes early to make sure you are able to log-in and address any technical problems in advance.
  • VOIP is available; however, we find that dialing in to the toll free number on your phone while viewing the webinar on your computer may work better, depending on your computer and bandwidth.
  • The webinar may not work on all tablets.

Find an in-person meeting:

  • The majority of the membership meetings will be held online, but we will be holding several in-person meetings in regions where there is a high concentration of members.
  • To find out when these meetings are taking place and how you can participate, please check your PSAC regional website (Atlantic, BC, NCR, North, Ontario, or Prairies) or contact your PSAC Regional Office.

How to vote on the tentative agreement:

You can vote on the tentative agreement by telephone or online. As stated above, you must attend an information session before voting.

  • Using the PIN that was sent to you by mail or e-mail, you can vote any time from March 19 at 8:00 am EST until 12:00 pm noon EST on April 26, 2018.  
  • To vote by phone, call the voting phone number at 1-888-360-7211 and follow the instructions.
  • Please be aware that if you should be interrupted while voting, you may re-access the voting system to complete your voting.
  • This vote is a secret ballot. How you vote is entirely confidential.

If you have additional technical questions about the vote, contact the Intelivote’s Parks Canada vote hotline: 1-888-281-8683. 

If you have additional questions about the content of the tentative agreement or the process to vote that cannot be addressed by your regional office contact the PSAC Parks Canada vote hotline at:  1-833-223-2659

For more information on the details of the tentative agreement, read the ratification kit and feel free to ask questions at the information session. 

Topics:  Attachments:  2018-03-14_ratification_kit_28en29.pdf Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Phénix : le recouvrement des trop-payés et des avances de salaire est reporté

Mon, 03/12/2018 - 14:27

Nos pressions ont porté fruit : le gouvernement fédéral a finalement accepté de suspendre le recouvrement des trop-payés, des avances de salaire d’urgence (ASU) et des paiements prioritaires jusqu’à ce que tous les problèmes de paye aient été réglés. En d’autres mots, les fonctionnaires recevront tout l’argent qui leur est dû avant d’avoir à rembourser les trop-payés ou les avances de salaire d’urgence qu’ils ont reçus.

« Parmi nos membres qui ont reçu des trop-payés, certains ont été sous-payés. D’autres n’ont pas reçu les indemnités auxquelles ils ont droit ou la paye rétroactive négociée l’an dernier. Voilà pourquoi l’AFPC a demandé que le gouvernement traite le dossier complet des fonctionnaires fédéraux avant de recouvrer les sommes trop payées. Grâce aux efforts assidus de nos membres et de notre syndicat, le gouvernement a finalement accepté », déclare Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. « Maintenant, il faut s’assurer que le gouvernement tienne promesse. Nous allons le surveiller étroitement. »

Aucun recouvrement ne sera effectué tant et aussi longtemps que les dossiers des fonctionnaires présentent encore des anomalies (salaire incorrect, aucun salaire, par ex.).

Recouvrement des avances de salaire : une nouvelle approche

Dorénavant, le recouvrement des ASU et des paiements prioritaires sera traité exactement de la même manière que celui des trop-payés. Les fonctionnaires auront aussi plus de souplesse pour le remboursement en vertu de la nouvelle version de la Directive sur les conditions d’emploi.

Jusqu’à présent, la plupart des ministères demandaient au centre de la paye de recouvrer les ASU ou les paiements prioritaires sur le prochain chèque de paye, conformément à la Directive. Or, souvent, les problèmes de paye ne sont pas encore réglés à ce moment-là. Le résultat? Bien des fonctionnaires ont demandé à répétition des ASU.

« Nous sommes déçus que le gouvernement n’ait pas compris plus tôt que ses règles sur le recouvrement des montants dus étaient problématiques avec Phénix », déplore la présidente Benson. « Cela dit, nous sommes soulagés qu’il apporte enfin les changements nécessaires. Maintenant, la vigilance s’impose. Surveillons attentivement ce que fera le gouvernement. »

L’AFPC encourage fortement ses membres qui demandent des ASU de mentionner à leur gestionnaire (article 34) les modifications apportées aux règles sur le recouvrement des ASU et des paiements prioritaires.

Flexibilité accrue

Les fonctionnaires recevront un avis de trop-payé, le cas échéant. Le recouvrement comme tel, cependant, ne commencera qu’une fois toutes ces conditions réunies :

  1. Le gouvernement a versé au fonctionnaire tout l’argent qui lui est dû.
  2. Le fonctionnaire a eu trois payes sans problèmes.
  3. Le fonctionnaire a convenu d’un plan de remboursement raisonnable.

Les mêmes modalités s’appliquent au recouvrement des avances de salaire et des paiements prioritaires.

Le recouvrement des sommes dues vous pose problème? Communiquez sans tarder avec un délégué syndical, l’escouade de la paye, une dirigeante ou un dirigeant de votre section locale, votre Élément ou un bureau régional de l’AFPC.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

A Phoenix victory: government to delay recovery of overpayments, emergency pay

Mon, 03/12/2018 - 14:20

In response to pressure from PSAC, the federal government has finally agreed to halt recoveries of overpayments, emergency salary advances (ESA) and priority payments until employees’ pay files have been cleared of all outstanding transactions. This means employees will receive any and all funds they are owed before they must reimburse the employer for any overpayments or emergency pay.    

“Many of our members who received overpayments have also been underpaid, are missing entitlements, or are owed retro pay from the collective agreements signed last year. That is why PSAC has been pushing for a whole-person approach to pay files before beginning any recoveries. Thanks to the hard work of our members and our union, the government is finally listening,” said PSAC National President Robyn Benson. “However, we will need to hold their feet to the fire to ensure this commitment is fully implemented on the ground.”

No recovery of an overpayment (including ESA and priority pay) is to commence until an employee’s pay file is completely reconciled; namely, until the employee’s pay problems, such as incorrect or no pay, have been resolved.

New approach to recovery of emergency pay

Recovery of ESA and priority pay will now be treated the same as the recovery of overpayments, and will have the same flexibility under the new directive in the Terms and Conditions of Employment. The goal is to end the hardship being caused by the recovery of emergency salary advances and priority payments.

Until now, most departments have been instructing the pay centre to recover ESA or priority pays from the employee’s next pay cheque, as per the existing directives. This has resulted in many employees being caught in a cycle of needing to access emergency pay time and time again because pay problems are often not resolved by their next pay cheque.

“We are disappointed it took so long for the government to be convinced that their standard directives on recovering emergency pay were problematic in the era of Phoenix,” said Benson. “That said, we are relieved to see them finally making these much-needed changes. PSAC and our members will now need to be vigilant in holding the employer to account when it comes to these recoveries.”

PSAC strongly urges its members who are accessing emergency pay to speak to their section 34 manager about the changes to how recovery will be done for ESA and priority pay.

Flexibility of recovery

When overpayments are discovered, employees will be notified in writing. However, recovery should not begin until the following criteria has been met:

  1. All monies owed to the employee has been paid out.
  2. The employee experiences three stable pay periods.
  3. A reasonable repayment plan has been agreed to by the employee.

The same applies to the recovery of emergency salary advances and priority pay.

PSAC members who face problems as a result of recoveries should immediately contact their steward, pay advocate, local executive, component or their nearest PSAC regional office.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Négos du groupe FB : retour à la table de négociation

Fri, 03/09/2018 - 18:28

Cet après-midi le Conseil du Trésor a contacté le négociateur de l’AFPC pour le groupe FB pour l’informer que l’employeur a un nouveau mandat. Par conséquent, nous avons entamé un processus pour retourner à la table de négociation la semaine du 19 mars. 

Merci à tous les membres du SDI-AFPC d’un bout à l’autre du pays d’avoir participé aux activités de mobilisation. 

Nous vous tiendrons au courant. 

 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

FB bargaining: Back to the negotiation table

Fri, 03/09/2018 - 18:18

This afternoon our PSAC Negotiator for the FB group was contacted by Treasury Board and told that the employer has a new mandate.  As a result we are in the process of setting dates to return to the bargaining table during the week of March 19th.  

Thank you to all of the CIU-PSAC members at CBSA from coast to coast to coast for participating in our on-going mobilization activities.

Updates will be provided as things progress.

 

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Proposition de l’AFPC sur la rémunération des enseignants ED-EST qui travaillent 12 mois par année

Thu, 03/08/2018 - 15:23

Mercredi 7 mars – Les membres de l’AFPC qui font partie du comité mixte sur la rémunération des enseignants du groupe ED-EST qui travaillent 12 mois par année se sont réunis à Ottawa pour élaborer une proposition à l’intention du Conseil du Trésor en vue d’établir des taux de rémunération nationaux pour ces travailleurs et travailleuses.

Ce comité mixte du syndicat et du Conseil du Trésor a été créé lors de la dernière ronde de négociations pendant laquelle les deux parties ont convenu de travailler ensemble pour déterminer un salaire national pour les enseignants dont l’année de travail s’étend sur 12 mois.

Le travail du comité mixte est essentiel en vue de la prochaine ronde de négociation. À la lumière de ses recherches et analyses, le comité proposera aux parties à la négociation des rajustements salariaux appropriés.

Nous devons maintenant fixer les dates des prochaines rencontres avec le Conseil du Trésor pour présenter notre proposition. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution des choses. Si vous avez des questions sur le sujet, n’hésitez pas à communiquer avec nous. 

Les membres de la partie syndicale du comité mixte sont : 

Mathieu Brûlé, négociateur (coprésident)
Shawn Vincent, agent de recherche
Michel St-Armour, Établissement de Mission (Mission, C.-B.)
Arliss Chute Ibsen, Établissement de Bowden (Innisfail, Alberta)
Doug Mason, Établissement de Joyceville (Kingston, Ontario)
Yorgo Yumukoglu, Centre fédéral de formation (Laval, Québec)
Rod Crowe, Établissement de Springhill (Springhill, N.-É. )

Topics: Publisher: 

PSAC ED-EST Joint Committee members prepare proposal to establish national rate of pay for 12 Month Teachers

Thu, 03/08/2018 - 15:20

Wednesday March 7 – PSAC members of the Joint Committee on rates of pay for ED-EST 12 month teachers met in Ottawa to discuss and prepare a proposal that will be presented to Treasury Board in order to establish national rates of pay for 12 month teachers.

The union’s committee members’ work is part of a joint committee with Treasury Board. The Joint Committee was formed following the last bargaining round, during which both sides agreed to work together to establish a national rate of pay for 12 month teachers.

The work of the Joint Committee is critical in informing the upcoming round of collective bargaining. The Committee will propose appropriate wage adjustments that result from our research and analysis to be considered by the parties in negotiations.

Our next step is to reach out to Treasury Board to set up future meeting dates to present our proposals. We will keep you informed of any developments, but if you have any questions, do not hesitate to contact us.

The union’s committee members are:

Mathieu Brûlé, Negotiator (co-chair)
Shawn Vincent, Research Officer
Michel St Amour – Mission Institution (Mission, BC)
Arliss Chute Ibsen – Bowden Institution (Innisfail, AB)
Doug Mason – Joyceville Penitentiary (Kingston, ON)
Yorgo Yumukoglu – Laval Federal Training Centre (Laval, QC)
Rod Crowe – Springhill Institution (Springhill, NS)

Topics: Publisher: 

L'AFPC réclame des services de garde abordables, une loi proactive sur l'équité salariale et La fin de la violence à l'égard des femmes

Thu, 03/08/2018 - 09:25
JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES 2018

En cette Journée internationale des femmes, l’AFPC demande au gouvernement libéral de prendre des mesures concrètes pour promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes.

Des services de garde universels

Les libéraux de Justin Trudeau ont promis de créer un « […] nouveau Cadre national d’éducation préscolaire et de garde d’enfants qui permettra aux familles canadiennes de bénéficier de services de garde d’enfants de haute qualité́, souples et entièrement inclusifs[…]  ». Jusqu’ici, leurs actes n’ont pas été à la hauteur de leurs paroles. 

En juin 2017, le gouvernement libéral annonçait la signature d’une entente en matière de services de garde, laquelle ne s’adresse qu’à un segment de la population. On est loin de l’universalité promise par les libéraux. Rappelons qu’à l’heure actuelle les frais de garde d’enfants au Canada sont exorbitants : une famille à revenu moyen doit consacrer près du quart de son revenu aux frais de garde, un ratio beaucoup plus élevé que celui relevé dans d’autres pays industrialisés. Et cela, c’est si elle arrive à trouver une place en garderie.

Dans la plupart des villes canadiennes, près de trois quarts des centres de services de garde ont une liste d’attente. En général, seulement 24 % des enfants de 0 à 5 ans ont une place dans un service de garde agréé, même si la demande est deux fois plus élevée. En fait, depuis l’arrivée au pouvoir du présent gouvernement libéral, les frais de garde ont plutôt augmenté.

La sécurité économique des femmes doit être une priorité pour le gouvernement libéral. Pourquoi ne pas profiter de la Journée internationale des femmes pour investir dans un réseau de services de garde accessibles et répondre ainsi à un besoin criant des familles canadiennes?

À l’action! Montrez votre appui sur le site Web : Services de garde éducatifs pour tous En finir avec la violence faite aux femmes

Le mouvement #MoiAussi a révélé qu'un nombre alarmant de femmes sont victimes de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles et de violence. Au Canada, plus du tiers des femmes ont été victimes de violence conjugale et plus de la moitié ont indiqué subir du harcèlement sexuel au travail. Les femmes doivent avoir accès à un milieu de travail sécuritaire et exempt de violence. Et lorsqu'elles sont victimes de violence conjugale à la maison, elles doivent pouvoir compter sur l’aide dont elles ont besoin sans craindre de perdre leur travail.

Le Manitoba et l’Ontario ont modifié leurs normes du travail afin d’accorder cinq jours de congé payé aux victimes de violence conjugale. En novembre 2017, le gouvernement fédéral a adopté une loi accordant dix jours de congé non payé aux victimes de violence conjugale.

C'est fantastique… mais ce ne n'est pas assez. Un congé de cinq jours est insuffisant pour vaquer aux besoins médicaux, juridiques et émotionnels et organiser un possible déménagement. Les femmes victimes de violence doivent pouvoir compter sur leur plein salaire pour couvrir toutes leurs dépenses pour déménager ou accéder aux services et aux ressources dont elles ont besoin. Il est donc important que le gouvernement libéral accorde dès maintenant un congé payé de 10 jours aux femmes victimes de violence conjugale!

À l’action! Envoyez une lettre au ministre du Travail! Une loi proactive sur l’équité salariale 

Au Canada, les femmes gagnent en moyenne 87 cents pour chaque dollar gagné par les hommes. Pour les femmes autochtones ou racialisées, cet écart est encore plus grand. Selon de récentes études, les femmes racialisées gagnaient, en 2005, 55,6 cents pour chaque dollar gagné par un homme non racialisé. Et le plus récent recensement démontre que non seulement l’écart salarial entre les hommes et les femmes persiste, mais il augmente dans certaines régions du pays.

Les femmes ont droit à des salaires décents sans discrimination. Le droit à l’équité salariale, soit un salaire égal pour un travail d’égale valeur, est un droit fondamental pour l'ensemble des travailleuses et travailleurs.

Les libéraux ont promis une loi proactive sur l’équité salariale. En 2017, le premier ministre Trudeau a réitéré sa promesse devant l’Assemblée générale des Nations Unies, mais les femmes au Canada attendent toujours. 

L’AFPC demande au gouvernement fédéral d’adopter sans délai une loi sur l’équité salariale qui prévoit une évaluation équitable du travail pour un salaire d’égale valeur, une surveillance constante du marché du travail et le versement rétroactif de rémunération lorsqu’il y a discrimination salariale.  

À l’action! Partagez des photos de la campagne Faut que ça bouge! du Congrès du travail du Canada et utilisez le mot-clic #FautQueCaBouge    Language French Topics:  Publication Date:  Thursday, March 8, 2018 - 9:15am Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC demands affordable child care, proactive pay equity and an end to gender-based violence

Thu, 03/08/2018 - 09:20
INTERNATIONAL WOMEN’S DAY 2018

This International Women’s Day, PSAC is calling on the Liberal government to take real action to advance gender equality.

Universal Child Care

Justin Trudeau’s Liberals promised to create “a framework to deliver affordable, high-quality, flexible, and fully inclusive child care for Canadian families.” So far, their actions have fallen short.

The framework agreement announced last June earmarks funding for specific families but leaves the promise of universality unfulfilled. The majority of Canadians are still paying high fees: for the average family, almost one-quarter of their income will go to childcare, far more than the ratio in most other comparable countries. And that’s if they can find a space at all.

In most Canadian cities, nearly three-quarters of child care centres maintain waitlists. Overall, only 24% of children ages 0-5 have access to a licensed child care space, even though the demand for spaces is double that. The fact of the matter is that the cost of childcare has increased – not decreased – under this government.

The Liberals can show their commitment to women’s economic security this International Women’s Day by making the investment in accessible and safe child care that Canadians so desperately need.

Take action! Show your support at Child Care For All. Ending gender-based violence

As the #MeToo movement has shown, far too many women are subjected to sexual harassment, assault and violence. In Canada, over a third of women experience domestic violence in their lifetime and more than half report experiencing sexual harassment at work. Workplaces must be safe and free from violence. And when workers are subjected to violence at home, they need workplace supports to get help without risking their jobs.

Manitoba and Ontario have both provided workers who are victims of domestic violence with five days of paid leave. In November, the federal government introduced legislation to grant ten unpaid days to victims of family violence every calendar year.

These are huge first steps – but they don’t go far enough. Five days often isn’t enough to attend to ongoing medical, legal, emotional or housing needs. The financial burden that moving or accessing resources can take means that victims often can’t afford to miss out on wages. The Liberal government needs to offer 10 days of paid domestic violence leave now.

Take action! Send a letter to the Minister of Labour. Proactive pay equity

In Canada, women earn 87% less than men. For Indigenous and racialized women, the pay gap is even worse. The most recent available data suggests that racialized women earned 55.6 cents for every dollar that non-racialized men earned in 2005. And the most recent Census data shows that not only does the gender pay gap persist, but in some parts of the country it is actually widening.

Women have the right to be paid wages that are free of gender discrimination. The right to pay equity – equal pay for work of equal value – is one of the most basic of workplace human rights.

The Liberals promised proactive pay equity legislation this year. In 2017, Prime Minister Trudeau reiterated this commitment to the United Nations General Assembly, but women in Canada are still waiting.

PSAC is calling on the federal government to introduce robust pay equity legislation without delay that includes fair assessments of work of equal value, ongoing monitoring and retroactive remuneration where wage discrimination has existed. 

Take action! Share images from the Canadian Labour Congress’ Done Waiting campaign and use the hashtag #DoneWaiting. Language English Topics:  Publication Date:  Thursday, March 8, 2018 - 9:15am Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Régime de soins dentaires de l’AFPC : enfin une date d’arbitrage

Mon, 03/05/2018 - 11:01

Après des mois d’obstruction de l’employeur, une date d’arbitrage a finalement été fixée dans le dossier du régime de soins dentaires de l’AFPC. Le 19 juin, notre syndicat et l’employeur comparaîtront devant un arbitre. L’AFPC présentera alors ses arguments en faveur de la bonification du régime.

Il y a longtemps que les membres participant au régime attendent des améliorations, mais l’employeur s’oppose à toute modification. Il refuse :

  1. d’augmenter le plafond de remboursement, qui n’a pas changé depuis presque 10 ans;
  2. d’augmenter la garantie maximale à vie pour les services d’orthodontie;
  3. d’utiliser le guide des tarifs dentaires de l’année plutôt que celui de l’année précédente;
  4. de rembourser les frais de nettoyage aux six mois pour les adultes;
  5. de rembourser les implants.

Nos membres méritent mieux, c’est pourquoi nous allons en arbitrage.

Nous vous tiendrons régulièrement au courant de la situation.

Topics: Publisher: 

PSAC Dental Plan: Initial arbitration date set

Mon, 03/05/2018 - 10:59

After months of stalling by the employer, a date has finally been set to begin arbitration for the PSAC dental plan.  Our union and the employer will appear in front of an arbitrator on June 19, 2018. At that time, PSAC will present our arguments for improving the plan.

While improvements are long overdue for members covered by the dental plan, the employer has not agreed to a single change. They have said no to:

  1. increasing the annual reimbursement cap, which has not changed in almost ten years;
  2. increasing the lifetime cap for orthodontic procedures;
  3. basing reimbursement on the current year’s dental fee guide, rather than on the previous year’s guide;
  4. covering dental cleaning for adults every six months instead of nine; and
  5. covering implants. 

PSAC members deserve better; that is why we are escalating to arbitration.

We will provide further updates as the arbitration process progresses. 

Topics: Publisher: 

Harcèlement et violence au travail : l’AFPC réclame un resserrement de la loi

Thu, 03/01/2018 - 14:51

L’Alliance de la Fonction publique du Canada appuie le gouvernement dans son intention d’améliorer les mécanismes de plainte de harcèlement ainsi que les mesures de protection des plaignants. Elle est d’autant plus heureuse qu’après 25 ans d’attente, il se décide enfin à élargir les protections de base en santé et sécurité pour le personnel de la Chambre des communes, du Sénat, de la Bibliothèque du Parlement et du Parlement dans son ensemble, qui regroupe notamment plus de 600 membres de l’AFPC.

Si le projet de loi C-65 propose en grande partie des changements positifs, l’AFPC souhaite tout de même que des modifications y soient apportées, de là les recommandations qu’elle a présentées au Parlement. L’AFPC souhaite que toute mesure législative visant à améliorer la sécurité au travail tienne compte des particularités des situations de harcèlement et de violence touchant certains travailleurs et travailleuses — notamment les membres de groupes d’équité, comme les femmes racialisées et les femmes autochtones — et prévoit un mécanisme de dénonciation et de plainte capable de répondre à leurs besoins particuliers. 

L’AFPC demande au Parlement de modifier le projet de loi C-65 de manière à :

  • redonner aux comités de santé et de sécurité le mandat de recevoir des plaintes et de formuler des recommandations en faisant en sorte que les comités d’orientation reçoivent une copie du rapport de la personne compétente;
  • veiller à ce que le plaignant reçoive une copie du rapport d’enquête de la personne compétente;
  • faire participer les organismes responsables des droits de la personne à la sélection des personnes compétentes qui sont nommées pour enquêter sur les plaintes de harcèlement en milieu de travail;
  • assurer l’embauche et le maintien en poste d’un nombre suffisant d’agents de santé et de sécurité et l’établissement d’un programme de formation complet qui comprend une formation sur les droits à la protection de la vie privée, les droits de la personne, et le harcèlement sexuel et la violence conjugale envers les femmes.

 

Topics: Publisher: 

PSAC urges strengthening of law on workplace harassment and violence

Thu, 03/01/2018 - 14:49

The Public Service Alliance of Canada supports the government’s intention to improve harassment complaint procedures, protect complainant confidentiality and – after 25 years – finally extend basic health and safety protections to staff of the House of Commons, Senate, Library, and Parliament as a whole, including over 600 PSAC members.

While much of this bill is positive, PSAC has recommendations for amendments which we have presented to Parliament. Our recommendations aim to ensure that legislation to improve workplace safety also takes into account the specific ways that workers – including members of equity seeking groups, such as racialized and indigenous women – experience harassment and violence and how their particular needs might be addressed in a complaint and reporting process. 

PSAC is asking Parliament to amend bill C-65 to:

  • Reinstate health and safety committees’ role in both receiving complaints and making informed recommendations by ensuring policy committees receive a copy of the competent person’s report
  • Ensure the complainant must be provided with a copy of the competent person’s report
  • Include a role for expert human rights bodies in the selection of a competent person to investigate harassment in the workplace
  • Hire and retain a sufficient number of Health and Safety Officers and establish a substantive training system that includes training on privacy rights, human rights, sexual harassment, and domestic violence against women.
Topics: Publisher: 

Pages