PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 1 min 47 sec ago

Canada Post discontinues sick leave provisions during rotating strikes

Wed, 10/31/2018 - 10:11

The Public Service Alliance of Canada and the Union of Postal Communications Employees (UPCE) National Executive is appalled to learn that Canada Post management has decided to discontinue sick leave provisions for Canadian Union of Postal Workers (CUPW) employees during rotating strikes, despite the majority of impacted employees remaining actively at work.

PSAC and UPCE vehemently oppose any company’s attempt to win a labour dispute by preying on workers when they are most vulnerable. Canada Post’s decision to not only deny its employees access to disability benefits, but to deny them of sick leave benefits while they are ill, injured, or disabled, is callous.

Canada Post argues that it has a legal right to provide only the minimum legislative requirements. Denying workers of sick leave provisions is a question of morality, not legality. This further emphasizes the need for enhancements to the minimum labour standards in all Canadian jurisdictions.

We thank all PSAC-UPCE members for their hard work during this difficult period!

We stand in solidarity with all CUPW workers as they fight for a collective agreement that meets the needs of their members. We are asking our members to observe a picket line protocol that has been reached between PSAC-UPCE and CUPW during rotating strikes.

For more information concerning CUPW negotiations, rotating strikes, and picket line protocol, visit the CUPW negotiations website.

Victoire de l’AFPC : Plus d’un million dû aux membres des Services frontaliers

Tue, 10/30/2018 - 20:49

L’AFPC-SDI remporte son grief de principe contre l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Dans cette affaire, le syndicat alléguait que l’employeur avait enfreint des dispositions de la convention collective du groupe des Services frontaliers (FB) venant à échéance le 20 juin 2014.

Voici les faits : l’AFPC avait négocié une nouvelle indemnité annuelle pour les agentes et agents des services frontaliers (ASF). L’indemnité, qui s’élevait à 1 250 $ pour les agents en civil et à 1 750 $ pour les agents en uniforme, devait être payée mensuellement aux ASF ayant travaillé au moins 75 heures par mois. Mais l’employeur a refusé de la verser en juin 2013.

Après la contestation judiciaire de l’AFPC-SDI, la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral (CRTESPF) a tranché : l’ASFC devait verser à tous nos membres la nouvelle indemnité pour le mois de juin 2013. Cette décision est conforme aux dispositions contractuelles sur les congés de maladie et les congés annuels. Ainsi, les membres du groupe FB récupéreront plus d’un million de dollars. Cette victoire de l’AFPC crée aussi un précédent pour d’autres indemnités que nous pourrions négocier à l’avenir.

Topics: 

PSAC secures over a million dollars owed to Border Services members

Tue, 10/30/2018 - 20:45

PSAC-CIU has successfully challenged, through a policy grievance, a Canada Border Services Agency (CBSA) breach of the Border Services (FB) collective agreement that expired June 20, 2014.

PSAC had negotiated a new annual allowance for all employees performing Border Services duties. The amount was set at $1,250 annually for non-uniformed officers and $1,750 annually for uniformed officers, to be paid monthly to all BSOs who worked a minimum of 75 hours in that calendar month. The Employer however refused to compensate members who worked the 75 hours in the month of June 2013.

Following PSAC-CIU’s legal challenge, the Federal Public Sector Labour Relations and Employment Board (FPSLRB) recently issued a decision affirming that the Employer needed to pay all members in accordance with the provisions of this new allowance for the month of June 2013. This decision makes it consistent with the sick leave and annual leave provisions. This victory will see over 1 million dollars givenback to the Border Services members affected and sets a precedent for any future allowances negotiated with similar language.

Topics: 

Projet de loi sur l’équité salariale : une étape importante pour l’égalité des femmes

Tue, 10/30/2018 - 14:22

L’AFPC applaudit le nouveau projet de loi sur l’équité salariale du gouvernement Trudeau. C’est une étape importante pour l’égalité des femmes.

La loi fait de l’équité salariale un droit de la personne et oblige les employeurs à éliminer toute discrimination salariale.

Avec ce projet de loi, les longues batailles juridiques visant à obtenir l’équité salariale sont choses du passé puisque les employeurs devront, en collaboration avec les représentants des employés, se doter de plans d’équité salariale.

L’AFPC se réjouit que le projet de loi abroge la Loi sur l’équité dans la rémunération du secteur public, une loi adoptée par le Parti conservateur qui avait éliminé le droit à l’équité salariale dans la fonction publique fédérale.

L’AFPC se réjouit aussi que le projet de loi :

  • prévoit la création d’un nouveau commissariat, doté des ressources nécessaires à l’exécution de ses fonctions de surveillance et d’application de la loi
  • précise le calendrier de mise en œuvre et les échéanciers pour les examens obligatoires
  • oblige les employeurs à mettre de côté les fonds nécessaires pour combler les écarts salariaux.

L’AFPC enjoint aux parlementaires d’adopter ce projet de loi le plus rapidement possible. Il est temps de mettre fin à la discrimination salariale au Canada!

Topics:  Publication Date:  Tuesday, October 30, 2018 - 2:15pm

Pay equity legislation a milestone in advancing gender equality

Tue, 10/30/2018 - 14:20

PSAC welcomes the new federal proactive pay equity legislation introduced by the Trudeau government. It’s an important milestone in advancing gender equality.

The new law recognizes that pay equity is a human right and that employers have an obligation to eliminate gender-based discriminatory wage differences.

This means 30-year legal battles to resolve pay equity complaints will become a thing of the past. Instead employers will be responsible for developing pay equity plans, and must do so with the equal participation of worker representatives.

The legislation introduced also repeals the former Conservative government’s Public Sector Equitable Compensation Act which took away key pay equity rights from workers in the federal public sector.

PSAC is also pleased the legislation:

  • provides independent oversight and enforcement through a new Commissioner with the necessary resources to carry out their mandate.
  • sets out timelines for implementation and compulsory reviews
  • requires employers to set aside funds to eliminate any wage gaps

PSAC urges all parliamentarians to enact this legislation as quickly as possible. Women should not have to wait any longer to see the end of wage discrimination in Canada.

Topics:  Publication Date:  Tuesday, October 30, 2018 - 2:15pm Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Négociations avec l’ARC : L’AFPC et le SEI réclament la sécurité d’emploi et de nouvelles protections

Fri, 10/26/2018 - 12:51

L’équipe de négociation de l’AFPC-SEI a rencontré celle de l’ARC, du 23 au 25 octobre, pour poursuivre les négociations en vue de renouveler la convention collective. Bien que notre équipe ait soulevé un certain nombre de questions clés comme la sécurité d'emploi, la protection des horaires et l'amélioration des conditions de travail dans les centres d'appels, les représentants de l'employeur n'ont rien proposé en retour.

Sécurité d’emploi

Notre équipe a déposé des revendications concernant l’Appendice sur le réaménagement des effectifs (RDE) dans la convention collective. Ces revendications visent à améliorer la sécurité d’emploi et du revenu des personnes salariées et à offrir plus d’options au personnel déclaré excédentaire. L’équipe a également proposé des modifications visant à réduire les possibilités de favoritisme et à reconnaître les années de service du personnel de l’ARC. 

Durée du travail

Des milliers de personnes salariées de l’ARC travaillent déjà en soirée, mais l’employeur s’évertue chaque mois à soumettre des demandes au syndicat pour ajouter d’autres quarts de soir et durant les fins de semaine en raison, d’après elle, du renouvellement de ses services. En réponse, notre équipe a clairement indiqué que la convention collective doit inclure de nouvelles protections au sujet de l’établissement des horaires de travail et de l’attribution des heures de travail.

Centres d’appels

L’équipe de négo a longuement discuté des conditions de travail exécrables dans les centres d’appel de l’ARC dans l’ensemble du pays et de la nécessité d’accorder de nouveaux droits aux personnes qui y travaillent.

Les négociations devraient reprendre dès la première semaine de décembre. L’AFPC et le SEI demandent à l’ARC de revenir à la table prête à aborder les principaux enjeux.

N’hésitez pas à consulter les sites Web du SEI (ute-sei.org/fr) et de l’AFPC (syndicatafpc.ca) pour obtenir de plus amples renseignements et vous inscrire à la liste des mises à jour régulières. Si vous avez des questions, communiquez avec le président ou la présidente de votre section locale.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

CRA Bargaining: PSAC and UTE push for job security and new protections

Fri, 10/26/2018 - 12:49

The PSAC/UTE bargaining team met with the Canada Revenue Agency (CRA) on October 23-25 to continue negotiations for a new collective agreement. While the team raised a number of key issues like job security, scheduling protections, and improving working conditions in call centres, the employer did not move to resolve them.

Job Security

The team tabled proposals concerning the Workforce Adjustment Appendix (WFA) in our collective agreement. Our WFA proposals would enhance job and income security for employees, and would ensure greater options for any employees that are declared surplus in the future. The team also proposed changes that would minimize favouritism and provide for recognition of employees’ years of service with the Agency. 

Hours of Work

Presently, CRA employees fill thousands of evening shifts, with new requests for evening and/or weekend work being submitted to the Union by the Agency on a monthly basis. Moreover, the employer indicated in bargaining that as a result of service renewal, they are interested in increasing evening shifts. In response, the bargaining team made it clear to management that the collective agreement must include new protections around the scheduling and assigning of hours of work.

Call Centres

The team had considerable discussion concerning the terrible working conditions in CRA call centres across the country, and the need for new rights for those working in those centres.

The bargaining team is scheduled to return to the table the first week of December. PSAC and UTE are calling on the CRA to return to the table in December ready to address these key issues.

Be sure to go to ute-sei.org and psacunion.ca for more information and to subscribe for regular updates. Should you have any questions, please contact your UTE Local President.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Derrière la précarité se cachent de bons emplois

Wed, 10/24/2018 - 15:07
Il faut éliminer les échappatoires qui favorisent le travail précaire  et qui s’attaquent aux droits fondamentaux des travailleurs.

Qu'est-ce que le travail précaire?

Les emplois précaires se présentent sous de nombreuses formes différentes, mais ils sont habituellement caractérisés par des heures de travail indéfinies : (travail occasionnel, sur demande ou à temps partiel), de bas salaires (ou l’absence de salaire, par exemple dans le cas des stages non rémunérés), un travail à contrat, à court terme ou temporaire, le fait de devoir cumuler des emplois ou une relation de travail atypique. 

Congrès du travail du Canada, « Sauter sans parachute » — un rapport sur les jeunes travailleurs et travailleuses, p. 6. documents. ​ Le travail précaire est de plus en plus courant au Canada, par exemple : 
  • travail autonome
  • à temps partiel
  • occasionnel ou sur appel
  • temporaire (ou pour une période déterminée)
Et qui dit précarité d’emploi dit :
  •  Instabilité, bas salaires, absence d’avantages sociaux et risque accru de blessures et de maladie.
  • Difficulté à parler d’une question de santé et sécurité. Un sondage mené en 2015 a révélé que les membres de l’AFPC occupant un emploi précaire sont beaucoup moins à l’aise de soulever une question de santé et sécurité que les travailleurs ayant un emploi stable (56 % par rapport à 75 %) et quatre fois plus susceptibles de craindre des répercussions négatives sur leur emploi s’ils le font  (31 % par rapport à 8 %).
     
Les répercussions du travail précaire sur la santé et la sécurité sont intimement liées : 
  1. un plus grand risque de blessures

  2. des obstacles aux avantages (moins d’avantages sociaux, pas de pension,  de congés de maladie, d’indemnité  de vacances) et

  3. le stress

Bien que certains travailleurs jouissent d’une autonomie et d’une flexibilité accrues, tous les travailleurs ont besoin d’un salaire minimum vital, de congés de maladie payés, d’un horaire prévisible, d’un nombre minimal d’heures de travail garanti et de protections en matière santé et sécurité au même titre que les autres travailleurs. 

Recommandations:
  1.  Veiller à ce que les employés contractuels, temporaires, saisonniers et à temps partiel aient droit à des avantages sociaux et à une pension.
  2. Éliminer les échappatoires actuelles qui favorisent le travail précaire, par exemple, en clarifiant les responsabilités des employeurs et des agences de placement temporaire afin qu’il n’en coûte pas moins cher de confier un travail dangereux en  sous-traitance.
  3. Veiller à ce que le calcul des indemnités pour accident du travail (sauf au Québec) tienne compte du salaire minimum à temps plein et non seulement des gains antérieurs à la lésion ou la maladie afin que les travailleurs blessés ayant un emploi précaire ne soient pas condamnés à la pauvreté.
  4. Établir un régime fédéral d’indemnisation.

Téléchargez la fiche d'information.

Attachments:  heathsafety-precariouswork-facts.pdf

These Jobs Can be Good Jobs

Wed, 10/24/2018 - 14:19
Flexibility does not justify the removal of workers basic rights.  Fix the loopholes which promote precarious work and support precarious workers
 

What is Precarious Work?

Precarious jobs can come in many different forms but are usually characterized by: undefined working hours (casual, call-in, or part-time), low wages (or no wages such as unpaid internships), contract or temp work (short-term or temporary jobs), or having multiple employers or an ambiguous employee employer relationship. 

Canadian Labour Congress, Diving Without a Parachute, Young Workers Report, page 6. Precarious work is increasingly common  in Canada. This includes workers who are: 
  • self-employed
  • part-time
  • casual or call-in
  • temporary, sometimes called term
There are other characteristics as well including:
  • lack of continuity, low wages, lack of benefits and possibly greater risk of injury and ill health. 
  • less comfortable raising a health and safety concern. A 2015 survey of PSAC members in precarious employment situations found that they are much less comfortable raising a health and safety concern than secure workers (56% vs. 75%) and are four times more likely to anticipate a negative impact on their current employment if they were to raise a health and safety concern (31% vs. 8%).
     
The Health and Safety implications of precarious work are found in three interconnected ways:
  1. increased physical exposure to risks,

  2. material deprivation (no benefits, no pension, no sick days, no vacation pay) and

  3. stress

While some workers enjoy increased autonomy and flexibility, all workers need: to make a living wage; to get paid when they are sick; predictability in their schedules; guaranteed minimum hours; and to be afforded the same health and safety provisions and protections as other workers.

Recommendations:
  1. Ensure contract, term, seasonal and part-time workers receive benefits and pension
  2. Close the loopholes which incentivize precarious work, like clarifying employer and temporary agency responsibilities so it isn’t cheaper to contract out dangerous work
  3. Ensure workers compensation calculations (outside Quebec) assume earning capacity not solely based on pre-injury earnings; specifically calculate using at least full-time minimum wage so injured precarious workers aren’t sentenced to poverty
  4. Establish a Federal Compensation Scheme

Download the fact sheet.

Attachments:  heathsafety-precariouswork-facts.pdf

Pages