PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 1 hour 58 min ago

Mois du patrimoine asiatique 2017

Thu, 04/27/2017 - 10:18
Le mois de mai est le Mois du patrimoine asiatique

En décembre 2001, le Sénat a adopté une motion visant à désigner officiellement le mois de mai comme Mois du patrimoine asiatique au Canada.  Cet événement est l’occasion de souligner et de célébrer la longue et riche histoire des Canadiens d’origine asiatique et leurs contributions au Canada, sans oublier les nombreuses luttes qu’ils doivent mener.

Discrimination raciale

Depuis leur arrivée dans les années 1800, les immigrants d’Asie ont été exposés au racisme et à la discrimination raciale : lois restrictives sur l’immigration, refus du droit de vote, ségrégation et autres droits bafoués.

Certaines de ces mesures ouvertement racistes ont été éliminées progressivement avec l’adoption de lois sur les droits de la personne.  Mais des formes subtiles de racisme, de discrimination et de micro-agression persistent. 

Programme des travailleurs étrangers temporaires

Les immigrants chinois ont largement contribué à la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique à la fin du XIXe siècle. Pourtant, ils n’avaient que peu de droits et leur salaire était inférieur à celui des autres travailleurs. Malheureusement, l’histoire semble se répéter pour les travailleurs racialisés. Ils sont nombreux à entrer au pays par l’entremise du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), qui a pris beaucoup d’ampleur au cours de la dernière décennie. 

Les travailleurs qui viennent ici dans le cadre de ce programme ont un accès très limité à la résidence permanente et à la citoyenneté et ne sont pas visés par les mêmes protections, avantages et normes du travail que les autres travailleurs au Canada.

Le PTET offre non seulement des emplois mal payés et précaires, mais il confine également les travailleuses et travailleurs à un employeur unique, ce qui ouvre la porte aux abus.

Le récent budget fédéral du gouvernement libéral, n’a pas livré la marchandise en ce qui concerne la réforme du PTET et les obstacles auquels se heurtent les travailleurs étrangers au Canada.

Sécurité publique et mesures antiterroristes

Les lois antiterroristes adoptées après le 11 septembre 2001, et d’autres lois adoptées depuis sont des mesures tout aussi préoccupantes. Les lois empiètent de plus en plus sur les libertés civiles et ce sont les communautés asiatiques, surtout musulmanes et du Sud-Est victimes de profilage racial et de stéréotypes, qui en font les frais. Nous connaissons actuellement une augmentation des crimes haineux contre ces communautés. Le meurtre d’hommes musulmans priant dans une mosquée de Québec est l’une des plus récentes tragédies.  

Militantes et militants d’origine asiatique

Tout au long de l’histoire du Canada, des militants communautaires et syndicaux d’origine asiatique ont contesté ces lois et ces pratiques discriminatoires. Ainsi, à l’époque où le mouvement syndical n’était pas très accueillant pour les groupes minoritaires, ces militants ont créé leurs propres associations, comme la Chinese Trade Workers’ Association en Colombie-Britannique ou l’Alliance des travailleuses et travailleurs canadiens d’origine asiatique en Ontario. 

Des militants d’origine asiatique ont lancé une campagne sur la taxe d’entrée imposée aux Chinois et sur l’internement des personnes d’origine japonaise. Les sikhs demandent également des excuses pour l’incident du Komagata Maru. Le gouvernement avait alors refusé l’entrée au Canada à des passagers sikhs, dont beaucoup sont décédés.

Des militants philippins ont aussi mis sur pied des organismes communautaires partout au pays pour réclamer la protection des travailleuses et travailleurs étrangers temporaires et la réforme du PTET. Ces organismes sont nombreux à s’être regroupés sous la bannière de Migrante Canada.

Célébration et solidarité

L’AFPC encourage ses membres à participer aux activités qui soulignent l’héritage et les contributions des Canadiens d’origine asiatique et à dénoncer les lois et politiques qui causent du tort aux communautés racialisées.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

2017 Asian Heritage Month

Thu, 04/27/2017 - 10:08
Establishment of Asian Heritage Month

Asian Heritage Month was first officially recognized in December 2001, when the Canadian Senate adopted the month of May as Asian Heritage Month.  This is an opportunity to acknowledge and celebrate the long and diverse history of Asian Canadians and their contributions to Canada, as well as the many struggles they face.

History of racial discrimination

Since the arrival of the first immigrant of Asian descent in the 1800s, they faced racism and racial discrimination in the forms of immigration laws, the denial of the right to vote, segregation and other basic human rights abuses.

Some of these overt racist laws, policies and practices were eliminated gradually when human rights legislation was enacted.  However, subtle forms of racism and racial discrimination and micro-aggressions against people of Asian descent continues to persist. 

Temporary Foreign Workers Programs

Unfortunately, history seems to repeat itself. Chinese immigrants built the railroad in the late 19th century with few rights and less pay than white workers.  Currently, many racialized workers come through the government’s Temporary Foreign Workers Program (TFWP) which has been greatly expanded over the last decade. 

Workers under the TFWP have limited access to permanent residency and citizenship and they do not have the same access to labour standards, benefits and other protections that all other workers in Canada have.

The jobs under the TFWP are low-paying and precarious, and force workers to be tied to a specific employer, which leaves them open to abuses with little oversight.

The most recent federal budget, introduced by the Liberal government, failed to deliver promised details on reforms to the Temporary Foreign Worker Program and does not address the vulnerabilities faced by foreign workers in Canada.

National Security and Anti-Terrorism initiatives

Also of great concern are the anti-terrorism laws that were first introduced after 9-11 and other laws afterwards. We have seen civil liberties restricted more and more with the enactment of laws. Asian communities, particularly the Muslim and South Asian communities, bear the brunt of these laws through racial profiling and the stereotypes of these communities. As a result, there has been an increase of hate crimes against these communities, culminating in the murder of Muslim men praying in a mosque in Quebec City.

Asian Activists

Community and labour activists of Asian descent have challenged these discriminatory laws and practices. For example, when the labour movement was not yet ready to be inclusive of all people, activists of Asian descent formed their own organizations such as the Chinese Trade Workers' Association in British Columbia or the Asian Canadian Labour Association in Ontario. 

Community activists of Asian descent started a campaign for redress for the victims of the Chinese Head Tax and for the internment of people of Japanese descent. Sikhs are also demanding an apology for the Komagata Maru incident which denied Sikhs coming in boats from entering Canada, a move that ended up killing many.

Filipino activists have formed community organizations across Canada that advocate for the protection of temporary foreign workers and reforms to the federal government's Temporary Foreign Workers Program. Many of these organizations formed an alliance under the banner of Migrante Canada.

Celebration and Solidarity

PSAC encourages members to take part in the events that celebrate the legacy and contributions of Canadians of Asian descent and show solidarity against the laws and policies that target racialized communities.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Jour de deuil national : La partie n’est pas gagnée

Wed, 04/26/2017 - 10:01

Le 28 avril, Jour de deuil national, nous nous souvenons des travailleuses et travailleurs qui ont été tués ou blessés au travail, ou qui y ont contracté une maladie. Ce jour-là, on salue aussi la contribution et les victoires de ceux et celles qui travaillent sans relâche pour prévenir l’exposition aux produits dangereux, les blessures et les pertes de vie au travail. 

Amiante : Encore beaucoup à faire

Le gouvernement annonçait l’an dernier que l’utilisation de l’amiante serait dorénavant interdite. Toute une victoire pour les familles qui ont perdu un être cher, pour les travailleuses et travailleurs qui sont conscients du risque à leur vie et pour toute personne qui milite en santé et sécurité! 

Cette annonce est l’aboutissement de décennies de lutte des membres et militants de l’AFPC partout au pays. Tous les ans, les maladies liées à l’exposition à l’amiante changent à jamais la vie de plus de 2 000 Canadiennes et Canadiens. L’annonce du fédéral est un pas dans la bonne direction.

Ce qu’il propose ne suffit toutefois pas. Il faut faire plus que d’interdire l’importation et de dévoiler une liste des immeubles fédéraux qui contiennent de l’amiante.

Une stratégie sur l’amiante : ça presse

Une stratégie nationale doit être élaborée pour :

  • procéder au désamiantage des écoles, des maisons, des hôpitaux, des universités, des établissements publics, des infrastructures et des installations de gestion des déchets partout au Canada 
  • créer un registre national des bâtiments publics qui contiennent de l’amiante
  • veiller à ce que le fédéral collabore avec les provinces et les territoires pour satisfaire aux exigences
Traitement équitable des fonctionnaires fédéraux

Lorsque les employeurs manifestent un mépris flagrant pour la loi, les fonctionnaires fédéraux doivent pouvoir compter sur l’application stricte du Code criminel canadien et de ladite « loi Westray ». Lorsqu’un travailleur décède des suites d’un incident ou d’une maladie professionnelle, les conséquences devraient être les mêmes, que son lieu de travail relève de la compétence fédérale, provinciale ou territoriale.

Le Jour de deuil national met en lumière l’importance d’assurer la sécurité au travail et offre l’espoir qu’un jour, plus personne au Canada ne sera exposé à l’amiante. D’ici là, continuons à nous souvenir et à lutter.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

National Day of Mourning: The fight for safe workplaces continues

Wed, 04/26/2017 - 09:58

The National Day of Mourning, held on April 28, was established to remember those who have lost their lives, or suffered injury or illness on the job. It also recognizes those who have worked tirelessly to prevent exposures, injuries and fatalities on the job and to celebrate their victories. 

Asbestos: Still work to do

Last year’s announcement that the federal government will ban asbestos is a victory for those who have lost someone they love, for those who know they are at risk of losing their own life, and for health and safety activists. 

This announcement is the culmination of decades of work by PSAC members and activists across the country.  Asbestos-related diseases steal the lives of over 2,000 Canadians every year and the federal Government’s announcement is a big step in the right direction.

However, what is being proposed does not go far enough. An asbestos ban must go further than a simple ban on imports and a list of federal government buildings containing asbestos. 

Asbestos strategy needed

A national comprehensive asbestos strategy must be established to:

  • address the legacy of all the asbestos that currently exists in Canadian schools, homes, hospitals, universities, public buildings, infrastructure and waste facilities 
  • establish a registry of buildings used by the Canadian public which contain asbestos
  • ensure the federal government collaborates with all provinces and territories in meeting these requirements
Fair treatment of federal workers

In cases where employers are flagrantly violating the law, federal sector workers deserve fairness in the application of the Criminal Code of Canada, enshrined by the so-called Westray law.  If a worker is killed, either from an incident or an occupational disease, the consequences should be the same whether the worker is under federal or provincial/territorial jurisdiction.

The annual observance of the National Day of Mourning is an important reminder to establish safe working conditions for all, including the hope that someday no Canadian is exposed to asbestos.  Until then, this is neither the end of our remembrance nor the end of our fight.

 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Tchétchénie : La purge anti-gays doit cesser

Tue, 04/25/2017 - 10:04

Un quotidien russe a mis au jour une situation intolérable en Tchétchénie : une vague de persécutions ciblant les homosexuels. Trois d’entre eux seraient décédés.

Au Canada, le fédéral a pris des mesures pour protéger l’orientation sexuelle ainsi que l’identité et l’expression de genre. Il doit en faire autant à l’échelle internationale. L’AFPC enjoint donc au fédéral de condamner le gouvernement tchétchène et de mettre en place des mesures de protection à l’intention des LGBT de ce pays qui chercheraient refuge au Canada.

Nous encourageons aussi nos membres à passer à l’action :

Il faut dénoncer ces crimes. L’orientation sexuelle ainsi que l’identité et l’expression de genre sont des droits fondamentaux qu’il faut protéger, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde. Il faut mettre fin à ces atteintes aux droits de la personne. Le gouvernement du Canada doit intervenir immédiatement.

En toute solidarité.

Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC

Topics: Publisher: 

Chechnya: Government persecution, torture and killing of gay men must stop

Tue, 04/25/2017 - 10:01

 The recent news from Chechnya is unacceptable and alarming.  

There are reports from the country that Chechen authorities have detained and tortured hundreds of gay men, three of whom have reportedly been killed.

The federal government has taken measures to ensure that sexual orientation and gender identity and expression are protected and respected in Canada.  It must also do so at the international level.  PSAC urges the Canadian government to condemn the Chechen government and put in place measures to provide immediate protection for LGBT refugees from Chechnya who are escaping the violence. 

We also encourage PSAC members to take action by:

We must all speak out against such horrendous crimes. Sexual orientation and gender identity and expression are fundamental human rights to be respected and upheld in Canada and around the world. These human rights abuses must not be tolerated and the Canadian government should take action immediately.

Sincerely,

Robyn Benson, PSAC National President

Topics: Publisher: 

Le Programme de bourses d’études de l’AFPC : présentez une demande

Tue, 04/25/2017 - 00:31

Vous trouverez la marche à suivre pour présenter votre demande dans le site Web de l’AFPC.

Quatorze bourses d’études sont destinées aux enfants de membres de l’AFPC; les trois autres sont remises à des membres de l’AFPC qui retournent aux études à temps plein à l’université, au collège ou dans un établissement d’enseignement supérieur reconnu.

Les demandes seront acceptées jusqu’au 23 juin 2017 et les bourses seront octroyées au début de l’année scolaire 2017-2018.

 

Publisher: 

PSAC 2017 scholarship program now open

Tue, 04/25/2017 - 00:30

The application process for the 2017 PSAC Scholarship Program is now open.

The program consists of 14 scholarships for dependent children of PSAC members and 3 scholarships for PSAC members who will be attending university, college or a recognized institute of higher learning on a full-time basis.

Applications are due June 23, 2017 and scholarships will be granted in the fall for the 2017-2018 academic year.

 

Publisher: 

Victoire! Les membres civils appariés de la GRC auront leur augmentation

Fri, 04/21/2017 - 15:50

Dans une lettre adressée à Scott Brison, président du Conseil du Trésor, la présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson, revendiquait le traitement équitable des membres civils de la GRC. Peu après, le Conseil du Trésor confirmait par écrit que les membres civils appariés auraient les mêmes augmentations de salaire que celles négociées pour le groupe de référence de l’administration publique centrale. Nous confirmerons à quelle date ces augmentations seront versées. Le Conseil du Trésor s’est aussi engagé à agir « de bonne foi » durant le processus d’intégration.

L’AFPC-SESG s’emploie à protéger les droits de tous les membres civils. Si le Conseil du Trésor a revu sa position, c’est que l’AFPC l’a talonné, ainsi que la GRC, pour savoir comment ils réconcilieraient les dispositions des conventions collectives dans la fonction publique et les conditions de travail actuelles des membres civils appariés. Madame Benson a aussi demandé à Scott Brison de lui accorder un entretien pour discuter, entre autres, de cette question.

Le Secrétariat du Conseil du Trésor a répondu qu’il n’a pas l’intention de modifier unilatéralement les conditions d’emploi actuelles des membres civils, même si elles ne concordent pas avec celles des groupes de référence de l’administration publique centrale. Il s’est engagé à négocier avec les représentants autorisés des membres dans ce domaine. L’AFPC-SESG va tout faire pour que les membres civils ne perdent pas les acquis qui les avantagent.

L’AFPC-SESG est fière de pouvoir transmettre cette information aux membres civils de la GRC. Elle sera là pour vous aider pendant toute la durée de l’intégration et continuera à défendre vos intérêts auprès de l’employeur.

Nous sommes passés à l’action et nous avons réussi. Et nous continuerons à exiger que les membres civils qui devraient avoir une augmentation soient traités équitablement.

Pour plus d’information, visitez : syndicatafpc.ca/grc

Topics: 

Victory! PSAC gets pay increases for pay-matched RCMP Civilian members

Fri, 04/21/2017 - 15:47

Shortly after PSAC National President Robyn Benson sent a letter to Minister Scott Brison, President of Treasury Board, asking about fair treatment of RCMP civilian members, we received Treasury Board’s written commitment to provide pay-matched civilian members with the pay increases recently negotiated by their comparators in the core public administration. We’ll confirm with the employer as to when raises will be provided. Treasury Board has also committed to ensuring that the deeming process will be undertaken on a “good faith” basis.

PSAC/USGE is working to protect the rights of all civilian members. The Treasury Board’s commitment is a response to PSAC’s demands about how Treasury Board and the RCMP will reconcile the differences between core public service collective agreements (TC, PA, EB and SV) and current terms and conditions of work for pay-matched civilian members. Robyn Benson has also requested a meeting with Minister Brison to address these and other issues.

Treasury Board Secretariat has replied that it has no plans to unilaterally change terms and conditions of employment, where there are discrepancies between civilian members and their pay-matched, core public administration comparators. Treasury Board has committed to negotiating with the appropriate employee representatives.  PSAC/USGE intends to fight hard for grandparenting of existing civilian member terms and conditions of employment, where those provide superior entitlements.

PSAC/USGE is pleased to share this information with the civilian member community and will work to support you throughout the deeming process. PSAC/USGE will continue to engage the employer on issues that concern you.

We took action and succeeded. We will continue to fight to get fair treatment for civilian members who should get the raises.

To get more information, visit psacunion.ca/rcmp

Topics: 

Négos du groupe FB : Les prochaines étapes du processus de la CIP

Fri, 04/21/2017 - 12:53

En février dernier, notre équipe de négociation de l’AFPC/SDI pour le groupe FB a mis fin aux pourparlers avec l’ASFC et le Conseil du trésor après trois jours de médiation sans faire aucun progrès sur nos principales revendications et après d’autres demandes de concessions de la part de l’employeur.

Par conséquent, notre équipe a procédé à l’étape prévue par la Loi, soit de demander la formation d’une commission de l’intérêt public (CIP).

En réponse à la demande de CIP de l’AFPC auprès de la Commission des relations de travail et de l’emploi dans la fonction publique (CRTEFP), le Conseil du Trésor a indiqué qu’il était prématuré de recourir à une CIP alors que d’autres médiations étaient nécessaires.

Notre réponse a été claire : après deux ans de négociation, dont une séance d’une semaine et demie en décembre 2016 et trois jours de médiation en février 2017, des négociations qui s’enlisent, il était grand temps de passer à une autre étape. Qui plus est, l’employeur (le CT et l’ASFC) n’a aucunement démontré qu’il était prêt à discuter des enjeux soulevés par notre équipe en négociation dont, entre autres, la rémunération, la pension et la durée du travail. Nous en sommes arrivés à la conclusion que d’autres délais étaient inutiles.

Le 5 avril dernier, la CRTEFP a informé notre syndicat qu’elle acceptait notre demande et qu’une CIP était en cours de formation, soit la désignation des représentants et représentantes des deux parties. Nous attendons depuis la nomination de la présidence par la CRTEFP. Or, la Loi ne prévoit pas de délai précis pour la formation d’une CIP, ni pour l’établissement du calendrier des audiences. Cela demeure du ressort de la CRTEFP.

Entre-temps, les dirigeants du SDI consultent les présidentes et présidents des succursales d’un bout à l’autre du pays, de concert avec des représentants de l’équipe de négo, au sujet des prochaines démarches à entreprendre. Nous envisageons notamment la mise en œuvre d’activités de mobilisation pour inciter le CT et l’ASFC à remédier aux enjeux liés à la parité avec les autres agences chargées de l’exécution de la loi. Pour plus d’information, veuillez communiquer avec votre présidente ou président de succursale du SDI.

Topics: 

FB bargaining update: What comes next for the PIC

Fri, 04/21/2017 - 12:48

Our PSAC/CIU bargaining team for the FB group broke off talks in February after spending three days in mediation with the employer and making no progress on our key priorities. Also, CBSA continued to push concessions.

Consequently, our bargaining team proceeded to the next step in the process provided for under the law – filing for a Public Interest Commission (PIC).

Once the PSAC filed for a PIC with the Public Service Labour Relations and Employment Board (PSLREB), the Treasury Board responded by indicating that a PIC was premature and that more mediation was required.

Our response was clear: after over two years of talks – including a week and a half session in December and three full days of mediation in February – the parties were indeed at impasse and that it is time to move to the next stage in the process. What’s more, the Treasury Board and CBSA provided no indication that the employer is prepared to address the issues that our bargaining team raised with respect to compensation, pension and hours of work, among others matters. Our position was that there should be no further delay.

The PSLREB contacted the union on April 5, 2017 to notify us that the PIC is going forward, and that the next step in setting up a PIC is being set in motion - the appointment of the parties’ nominees. We are now awaiting news from the PSLREB concerning the next step in the process - the naming of the Chair of the PIC.  Unfortunately, there are no timelines prescribed in the legislation in terms of getting the PIC set up and for the selection of a date for the hearing. It is up to the PSLREB.

In the meantime, CIU leadership is consulting with Branch Presidents across the country, along with representatives from our bargaining team, to discuss next steps beyond filing for a PIC – including potential mobilization activities to get the Treasury Board and CBSA to finally address our issues concerning parity with other law enforcement agencies.  For more information, speak with your CIU Branch President.

Topics: 

Soutenir les droits des travailleuses et travailleurs du Bangladesh

Fri, 04/21/2017 - 11:09

Le 24 avril 2017 marque le quatrième anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza, au Bangladesh, qui a coûté la vie à 1 134 travailleuses et travailleurs du textile et en a blessé 2 500.

Pour commémorer ce triste anniversaire, les syndicats canadiens ont décidé de faire front commun pour promouvoir des actions visant à sensibiliser l’opinion publique à la lutte que mènent les travailleurs d’usine. Aujourd’hui, nous demandons aux détaillants canadiens qui exploitent des usines au Bangladesh de révéler qui sont leurs fournisseurs au pays. Nous leur demandons aussi de faire savoir comment ils appuient les droits des travailleuses et travailleurs et de dévoiler publiquement de quelle façon leurs fournisseurs corrigent les violations en milieu de travail mises au jour lors de l’inspection des usines.

Voici une lettre de Kalpona Akter, directrice du Centre de solidarité ouvrière du Bangladesh, dans laquelle elle demande à la population canadienne de se joindre à cette campagne. 

Bonjour, 

Je m'appelle Kalpona Akter. 

Je suis une militante des droits des travailleuses et travailleurs du Bangladesh et le but de ma lettre aujourd'hui est de demander aux Canadiens de m'aider.

La mobilisation des travailleurs me tient beaucoup à cœur parce que j'ai travaillé dans des usines de vêtements quand j'étais toute jeune. J'ai vécu dans des conditions dangereuses et injustes, comme celles des femmes encore aujourd'hui dans les usines de vêtements du Bangladesh.

Depuis l’effondrement du Rana Plaza en 2013, certaines entreprises ont pris des mesures pour rectifier la situation : elles déclarent où leurs usines sont situées, investissent dans l'amélioration de la sécurité des bâtiments et permettent aux inspecteurs et aux organisations de travailleurs de les visiter. Cependant, de nombreuses marques importent des vêtements confectionnés dans des usines dangereuses et délabrées.

Sports Experts, L'Équipeur et Canadian Tire sont des entreprises canadiennes qui nous laissent dans le noir.

Nous savons qu'elles importent des vêtements de 67 usines bangladaises différentes, mais elles gardent leurs usines loin des yeux du public.

Nous devons empêcher des décès dans l’industrie de la mode une fois pour toutes. Je suis convaincue qu'ensemble, nous pouvons forcer les entreprises comme Sports Experts à nous dire de quelles usines elles importent des vêtements afin que nous puissions vérifier si ces 67 usines ont exécuté les réparations recommandées après l'effondrement du Rana Plaza.

Ennoyez un courriel à la direction de Sports Experts et L’Équipeur aujourd’hui pour demander les noms et les adresses des usines qui leur fournissent.


Agissez maintenant. J'ai besoin de votre aide pour montrer aux entreprises que les Canadiens prennent la situation à cœur. 

Des centaines de travailleuses et travailleurs du vêtement au Bangladesh vous remercient de votre solidarité.

Kalpona Akter
La directrice générale, Centre de solidarité ouvrière du Bangladesh

  Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Half

Supporting workers' rights in Bangladesh

Fri, 04/21/2017 - 11:06

April 24, 2017, is the 4th anniversary of the Rana Plaza factory collapse in Bangladesh that killed 1,134 and injured 2,500 garment workers.

To commemorate this anniversary, Canadian unions have joined together to promote action to raise public awareness about the struggle of factory workers. Today, we are asking Canadian retail brands, that operate factories in Bangladesh, to disclose their suppliers in the country. We are also urging them to tell us how they are supporting workers’ rights and to publicly disclose how their suppliers are correcting the workplace violations uncovered by factory inspections.

Below is a letter from Kalpona Akter, the executive director of the Bangladesh Centre for Worker Solidarity. She is asking Canadians to join this campaign. 

 

Greetings,

I’m Kalpona Akter.

I’m a workers’ rights organizer in Bangladesh and I write to you today to ask Canadians for your help.

I am very passionate about organizing, because I worked in clothing factories as a young girl. I lived the unsafe and unfair conditions women still face in Bangladesh’s garment factories.

Since the Rana Plaza disaster in 2013, some companies have stepped up: they disclose their factory locations, invest in building safety upgrades, and allow inspectors and workers’ organizations to visit. But there are many clothing brands who import from factories with buildings that are unsafe and in disrepair.

Mark’s, Sport Chek and Canadian Tire are Canadian companies that operate in the dark.

We know that they import clothing from 67 different factories in Bangladesh, but they are keeping the factories hidden from public scrutiny.

We must stop fashion killings from ever happening again. I am confident that together we can force companies like Mark’s to tell us what factories they import clothing from, so that we can check to see if those 67 factories have made building repairs recommended after the Rana Plaza collapse.

Email Mark’s, Sport Chek and Canadian Tire today and ask them to tell us the names and addresses of the factories they use.

Take action now. I need your help showing the companies that Canadians care.

Hundreds of thousands of Bangladesh garment workers thank you for your solidarity.

Kalpona Akter,
Executive Director, Bangladesh Centre for Worker Solidarity

Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Left Half

Jour de la Terre : le gouvernement libéral doit faire mieux

Fri, 04/21/2017 - 10:21

22 avril – Jour de la Terre

Il y a un an, le gouvernement canadien se ralliait à 194 pays pour signer l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Ces pays s’engageaient ainsi à limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale bien au-dessous de 2 °C et à s’adapter aux défis que posent les changements climatiques.

Les libéraux ont fait des promesses : consulter les Premières Nations au sujet des pipelines et de l’extraction de ressources; et mettre fin aux avis d’ébullition de l’eau dans toutes les communautés des Premières Nations au pays d’ici 2021.

L’AFPC veut s’assurer que le gouvernement atteindra ces cibles, mais après 16 mois au pouvoir, il accuse beaucoup de retard.  

Les libéraux ne vont pas assez loin

Selon le Réseau pour une économie verte, les mesures prévues dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques sont insuffisantes si l’on veut atteindre les cibles et plafonner le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici 2030.

Une étude récente dEnvironnement et Changement climatique Canada arrive à la même conclusion.

Pipelines et extraction des ressources : une consultation s’impose

Lors des  dernières élections, les libéraux ont pris des engagements considérables envers les peuples autochtones.

Entre autres, ils ont promis de mettre en œuvre les 94 recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, en commençant par la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. La Commission avait recommandé que le gouvernement consulte les Premières Nations pour obtenir leur consentement avant la construction de pipelines ou l’extraction de ressources. Plutôt que de se conformer, le gouvernement a émis des permis et accordé l’accès aux territoires traditionnels.

Le gouvernement libéral doit tenir parole afin que les communautés autochtones puissent stopper les projets d’extraction qui causeront un tort irréparable aux communautés et à la planète.

Tout le monde a droit à l’eau potable

Le gouvernement avait promis que toutes les communautés autochtones auraient accès à l’eau potable. Malheureusement, il se traîne les pieds dans ce dossier. L’eau est un droit fondamental que la plupart des Canadiennes et Canadiens tiennent pour acquis.

Dans leur budget de 2016, les libéraux s’étaient engagés à investir 1,8 milliard de dollars en cinq ans dans des projets d’amélioration des infrastructures hydrauliques et 141,7 millions pour l’amélioration de la qualité de l’eau. Le budget de 2017 prévoit 3,4 milliards en fonds d’infrastructure, mais on ne sait pas si de nouvelles sommes seront investies dans l’eau potable. Pendant ce temps, une centaine d’avis d’ébullition de l’eau sont en vigueur. On estime qu’il faudra investir au moins 5 milliards de dollars en dix ans pour remédier à ce problème qui perdure.   

L’AFPC collabore avec la communauté de Grassy Narrows à sa campagne visant à régler le problème de l’eau potable dans les communautés des Premières Nations. L’accès à l’eau potable, tant pour boire que pour se laver, est une nécessité absolue. Il est aberrant que ce droit fondamental soit refusé à tant de communautés autochtones.

Il faut s’occuper dès maintenant du problème qui sévit à Grassy Narrows et dans d’autres collectivités.

Le Jour de la Terre, l’AFPC demande au gouvernement fédéral de prendre des mesures vigoureuses pour protéger l’environnement, tout en tenant compte des droits des peuples autochtones.

 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Earth Day: Liberal government must do more

Fri, 04/21/2017 - 10:18

April 22 is Earth Day.

One year ago, the Canadian government, along with 194 other countries, signed the Paris climate change agreement. By signing, Canada and other countries agreed to limit global warming to well below 2 degrees Celsius and to adapt to climate change impacts.

The Liberals have also promised to consult First Nations on pipelines and resource extraction and to end boil water advisories in First Nation communities across the country by 2021.

PSAC is working to ensure the government meets these targets, but after 16 months in power they are far behind where they should be.

Liberal’s climate changes measures are not enough

According to the Green Economy Network, the measures in the government’s Pan-Canadian Framework on Clean Growth and Climate Change are insufficient to meet its targets and limit global warming to 2 degrees by 2030.

A recent Environment Canada study comes to a similar conclusion.

Government must consult on pipelines and resource extraction

In the last election, the Liberals ran on a platform that was heavy with commitment to Indigenous Peoples.

The government pledged to implement all 94 Truth and Reconciliation Commission recommendations, beginning with the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. One of the recommendations requires the government to consult with First Nations to receive consent before any pipelines are built or any resource extraction takes place. Instead of complying, the government has issued mining permits and granted pipeline access through traditional territories.

The Liberal government must keep its promises to ensure that Indigenous communities can say no to resource extraction projects that will do irreparable harm to their communities and to the earth.

Clean water is a right

This government is moving far too slowly on its promise to ensure that all Indigenous communities benefit from access to clean water. Water is a human right, and something that is taken for granted by most Canadians. 

In the 2016 budget, the liberals promised $1.8 billion over five years for water infrastructure and $141.7 million for water quality monitoring. The 2017 budget allocated $3.4 billion in infrastructure spending, but it is unclear if there was any new money for water. At the same time, there are still over 100 boil water advisories in place and it is estimated that at least $5 billion over ten years is required to fix this long standing problem.   

PSAC has been working with the community of Grassy Narrows on its campaign to demand safe drinking water in all First Nations communities. Access to safe and clean tap water for drinking and bathing is an absolute necessity. It is appalling that so many First Nations communities are not guaranteed this basic human right.

Situations like those in Grassy Narrows and other communities must be resolved now.

On Earth Day, PSAC calls on the federal government to take strong action to protect our environment while respecting and recognizing the rights of Canada’s Indigenous peoples.

 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Phénix: L'AFPC réclame une indemnisation pour préjudice aux employés touchés

Thu, 04/20/2017 - 12:30

L’AFPC ne ménage aucun effort pour régler les problèmes associés à Phénix afin que ses membres fonctionnaires fédéraux soient payés à temps et correctement. Nous demandons au gouvernement qu’il trouve des solutions aux difficultés que nos membres continuent à subir.

L’AFPC rencontre régulièrement des porte-parole de l’employeur pour leur faire part des préoccupations des membres et collabore avec eux pour trouver des solutions concrètes.

Récemment, l’AFPC a réclamé ce qui suit pour les fonctionnaires touchés par Phénix :

  1. dommages-intérêts pour préjudice moral
  2. remboursement des intérêts accrus en raison des retards de la paye
  3. remboursement des honoraires d’un professionnel pour régler les problèmes importants liés à l’impôt.

Nous avons aussi demandé au greffier du Conseil privé d’intervenir auprès de Services publics et Approvisionnement Canada et de tous les ministères et organismes afin qu’ils fassent tout en leur pouvoir pour arranger Phénix rapidement. Nous l’avons également enjoint de s’assurer que le gouvernement accorde les fonds nécessaires pour y arriver.

N’hésitez pas à consulter notre site Web pour obtenir d’autres renseignements sur Phénix.

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Phoenix: PSAC demands compensation for hardship to affected employees

Thu, 04/20/2017 - 12:27

PSAC is doing everything in its power to ensure that the pay system is fixed so that our members in the federal public service get paid correctly and on-time. We are also demanding the government address the difficulties our members are facing because of Phoenix.

PSAC meets regularly with the employer to advance the concerns of our members and to find concrete solutions.

Most recently, PSAC has demanded that employees affected by Phoenix be:

  1. Compensated for pain and suffering,
  2. Compensated for lost interest due to delay in receiving pay, and
  3. Reimbursed for the cost of using the services of a tax professional to help with significant tax problems.

We’ve also demanded that the Clerk of the Privy Council take a leadership role to ensure that Public Service and Procurement Canada, and all departments and agencies do, everything in their power to fix Phoenix quickly and ensure that the government provides funds to help them do so.

For more information and assistance check out PSAC’s Phoenix Toolkit 

Topics: Publisher: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Négociations concernant le Régime de soins dentaires

Wed, 04/19/2017 - 15:12

Après un vaste sondage mené auprès des membres de l’AFPC visés par le Régime de soins dentaires de la fonction publique, nous avons entamé des négociations avec l’employeur en vue d’améliorer notre Régime. Nous avons présenté nos revendications initiales et serons de retour à la table en mai.

Nous nous attendons à ce que le Régime soit bonifié pour tenir compte de vos besoins futurs. 

Il s’agit d’un processus distinct du processus de négociation de notre convention collective. En cas d’impasse, nous pouvons recourir à l’arbitrage exécutoire.

Nous avons proposé les améliorations suivantes.

Hausse de la limite et remboursement

Revendication

Couverture actuelle

Soins préventifs : distincts des soins majeurs; aucune limite, coassurance à 100 %

90 % des frais engagés, jusqu’à concurrence de 1 700 $

Coassurance : 90 % pour les soins de restauration majeurs et de prosthodontie (p. ex. ponts, incrustations, obturations, couronnes, périodontie et dentiers)

50 %

Soins de restauration majeurs et prosthodontiques : limite distincte de soins préventifs  avec une limite annuelle de 3 000 $ par personne

Limite de remboursement de 1 700 $, y compris les soins préventifs

Soins orthodontiques : maximum viager de 5 000 $ par personne

3 000 $

Tableau d’honoraires le plus récent

Tableau d’honoraires de l’année précédente

Éliminer les franchises de 25 $ pour une protection individuelle et de 50 $ pour une protection familiale

 

 

Amélioration de la couverture

Revendication

Couverture actuelle

Remboursement des frais de nettoyage, de polissage et d’application de fluorure aux 6 mois pour les adultes

Adultes : 9 mois

Enfants : 6 mois

Faire passer le nombre d’unités de détartrage à 12

 

6 unités; jusqu’à 12 unités dans certaines circonstances

 

Assurer les implants

Pas de couverture

Modifier la définition d’« enfant admissible » pour y inclure un étudiant à temps partiel, interne ou apprenti qui vit chez le membre.

 

Se limite aux étudiants à temps plein

Remboursement complet en cas d’accident du travail

 

 

Remboursement des plaques occlusales et des protecteurs buccaux jusqu’à concurrence de 500 $ tous les trois ans.

Aucune couverture, mis à part les appareils de contrôle des mauvaises habitudes.

Période d’attente de 3 ans pour la réparation des couronnes et des ponts

Période de 5 ans

Couronnes et placage non esthétiques

Il y a certaines exclusions

Enfants : éliminer la période d’attente pour la réparation d’une obturation

 

Obturation de dents recouvertes d’une couronne

 

Il y a certaines exclusions

Un seul blanchiment des dents, jusqu’à concurrence de 500 $

 

 

Couverture pour une absence congénitale de dents afin de corriger une malformation congénitale ou de croissance, sans restriction d’âge. 

Le traitement est seulement offert aux personnes de moins de 19 ans.

 

Autres questions

Revendication

Couverture actuelle

Examiner les autorisations que doit fournir le membre et qui doit signer pour les demandes de règlement

 

Améliorer la capacité de transmettre les demandes par voie électronique

 

Afficher le guide du régime en ligne

 

 

 

Topics: 

Dental Care Plan Negotiations

Wed, 04/19/2017 - 15:03

After an extensive survey of all members covered by the PSAC Public Service Dental Plan, we are going to the table to negotiate improvements to our Dental Plan. We have tabled our initial proposals and will be back at the table in May. 

We expect for the Plan to be improved and updated to reflect your needs going forward. 

This is a separate negotiations process from the one that we are using for our collective agreement.  If we are unable to get to an agreement, we have access to binding arbitration. 

We have tabled the following improvements:

Improvements to Maximums and Reimbursement

Proposal

Current Provision

Basic services maximum to be separate from Major restorative. Basic services to have no set maximum and co-insurance at 100% paid

Co-insurance paid at 90%; covered up to $1,700

Increase co-insurance of major restorative and prosthodontic services such as bridges, inlays, onlays, crowns, periodontist services and dentures to 90% paid

Co-insurance paid at 50%

Create a separate maximum and increase the annual reimbursement per person for major restorative and major prosthodontic services to $3,000

Combined Maximum of $1,700 – preventative services count against the maximum

Increase the lifetime maximum per person for orthodontic services to a maximum of $5,000

Current maximum of $3,000

Change the dental fee guide to the current year

Fee guide lags by one year

Eliminate the annual deductible of $25 per single or $50 per family

 

 

Improvements in Coverage

Proposal

Current Provision

Allow the reimbursement of the cost for adults of dental cleaning and polishing and the application of fluoride every six months

Currently 9 months;

6 months is available to children

Increase the number of scaling units (to 12)

 

Coverage of 6 units which can be expanded to 12 under certain circumstances

Include coverage for implants

No coverage

Change the definition of eligible child to include children residing with the plan member part-time students, interns, or apprentices.

Only full-time students are covered

Full coverage without limitation for any accident suffered as a result of duties at work

 

 

Bite plates and mouth guard coverage to a set maximum of $500 every 3 years

No coverage beyond night guards for tooth grinding

Reduce the time period for replacements for crowns and bridges to 3 years

Replacements are not covered for 5 years

Crowns and veneers for any non-cosmetic reason

 

Can be excluded in certain circumstances

Allow re-imbursement of cost for a cavity that requires to repair before the 1-year period has expired in children

 

Ensure that fillings on crowned teeth are eligible

 

They are ineligible in some cases

One-time limit for teeth whitening of $500

 

 

Provide coverage for congenitally missing teeth at any age to correct congenital or developmental defects. 

This is only covered for people aged under 19

 

Other Issues

Proposal

Current Provision

Review authorizations by the member and who can sign for claims

 

Improve the ability to make claims electronically

 

Ensure the plan document is online

 

 

Topics: 

Pages