PSAC National News

Subscribe to PSAC National News feed
Updated: 1 hour 5 min ago

Les syndicats du Canada incitent le gouvernement fédéral à aider à rétablir la paix au Venezuela

Thu, 01/31/2019 - 10:09

Le Congrès du travail du Canada, qui représente plus de 3 millions de travailleuses et de travailleurs canadiens, incite le gouvernement du Canada à favoriser le dialogue en vue d’un règlement pacifique de la crise qui sévit au Venezuela.

Le Canada compte parmi les pays, qui comprennent aussi les États-Unis et le Brésil, ayant appuyé Juan Guaidó, chef de l’opposition et président de l’assemblée nationale du Venezuela qui s’est déclaré président intérimaire de ce pays la semaine dernière. Le Canada a dénoncé la présidence de Nicolás Maduro et qualifié de frauduleuses et d’illégitimes les élections vénézuéliennes de l’année dernière.

Le CTC est effaré par la flambée d’ingérence internationale dans le processus démocratique d’un pays souverain, y compris l’éventualité d’une intervention militaire. Le CTC rejette avec véhémence toute solution militarisée à la crise : la population d’Amérique latine n’a pas oublié l’histoire brutale des régimes militaires de la région.

« Les Vénézuéliens doivent régler leurs différends grâce à un dialogue constructif et à des processus démocratiques sans recourir à la violence », déclare Hassan Yussuff, président du CTC.

L’intervention internationale intensifie les dissensions politiques et enflamme les tensions intérieures. Il y aurait eu des actes de violence, des blessés et des morts pendant les protestations et les manifestations. Le CTC incite le gouvernement du Canada à s’abstenir de chercher à renverser le régime et de s’immiscer dans les affaires souveraines du Venezuela. Il convient mieux au rôle du Canada sur la scène mondiale de faire la promotion de la stabilité par un dialogue constructif avec la communauté internationale.

Le CTC est solidaire du peuple vénézuélien et appuie son droit à l’autodétermination pacifique

Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Canada’s unions urge federal government to help restore peace in Venezuela

Thu, 01/31/2019 - 10:09

The Canadian Labour Congress, representing over 3 million Canadian workers, calls on the Government of Canada to promote dialogue to foster a peaceful solution to the Venezuelan crisis.

Canada is among several countries, including the U.S. and Brazil, that endorsed Juan Guaidó, Venezuelan opposition leader and President of the National Assembly, who declared himself interim President of Venezuela last week. Canada further denounced Nicolás Maduro as President and called last year’s elections in Venezuela fraudulent and illegitimate. 

The CLC is alarmed at the escalation of international interference in the democratic process of a sovereign nation, including the possibility of military intervention. The CLC vehemently rejects a militarized solution to this crisis; the people of Latin America have not forgotten the brutal history of military rule in the region.

“Venezuelans need to resolve their differences through constructive dialogue and democratic processes without resorting to violence,” said CLC President Hassan Yussuff.

International intervention is intensifying political divisions and inflaming tensions in the country. There are reports of violence and casualties, including deaths, during protests and demonstrations. The CLC calls on the Government of Canada to abstain from seeking regime change and intervening in the sovereign affairs of Venezuela. Canada’s role on the world stage is better suited to promote stability through constructive dialogue with the international community. 

The CLC stands in solidarity with the Venezuelan people and supports their right to peaceful self-determination.

Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Des syndicats s’opposent à la privatisation des centrales de chauffage et de refroidissement dans la région de la capitale nationale

Tue, 01/29/2019 - 11:57

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) et d’autres syndicats accueillent aujourd’hui de pied ferme les députées et les députés qui retournent au travail. En effet ces syndicats s'opposent au projet du gouvernement libéral de privatiser cinq centrales de chauffage et de refroidissement dans la région de la capitale nationale. Ces centrales desservent actuellement une centaine d’immeubles, dont ceux de la Cité parlementaire, au moyen d’un réseau de tunnels souterrains de 14 kilomètres.

Depuis le lancement de cette campagne visant à contrer la privatisation des centrales en octobre 2018, des centaines de personnes travaillant et résidant dans la RCN ont pris la peine d’écrire à leurs députés pour leur demander de faire annuler le projet. Par ailleurs, l’attitude du gouvernement vis-à-vis le stratagème de privatisation a suscité méfiance et suspicion.

  • Le gouvernement n’a pas publié d’analyse de rentabilisation concernant le projet de plusieurs milliards de dollars alors qu’il a promis de le faire il y a plusieurs mois.
  • Il a omis d’expliquer comment on peut faire confiance à des entreprises qui cherchent à maximiser les profits privés, dont certaines ont des antécédents de corruption, pour assurer l’exploitation sécuritaire des centrales.
  • Il a affirmé de façon trompeuse qu’il manquerait de main-d’œuvre qualifiée, en l’occurrence des fonctionnaires, pour assurer la relève dans les centrales (l’AFPC l’a déjà fait remarquer : les fonctionnaires qui travaillent actuellement dans les centrales gagnent beaucoup moins que leurs homologues du secteur privé; cela expliquerait pourquoi le gouvernement a de la difficulté à trouver une main-d’œuvre qualifiée).

« Je travaille au centre-ville d’Ottawa et je suis inquiet, car je me demande quel impact ce choix insensé aura sur ma sécurité. Le fait de confier l’entretien et l’exploitation de ces centrales à un consortium privé à but lucratif est une mauvaise idée. », a déclaré Alex Silas, un membre de l’AFPC qui travaille sur la rue Sparks.

Les syndicats demandent une fois de plus au gouvernement Trudeau de stopper immédiatement le processus et d’élaborer avec les travailleurs des centrales un nouveau plan qui permettra d’améliorer la performance environnementale du gouvernement, de réduire ses coûts en énergie et d’accroître la fiabilité et la sécurité des opérations. Après cela, ils demandent au gouvernement de lancer une nouvelle demande de propositions seulement pour la conception et la construction de nouvelles centrales afin de maintenir dans le domaine public l’entretien et l’exploitation des installations pour assurer leur efficacité économique et une bonne reddition des comptes.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Unions turn up the heat against cooling and heating plant privatization in the National Capital region

Tue, 01/29/2019 - 11:55

The Public Service Alliance of Canada (PSAC) and other unions are today welcoming MPs back to work by turning up the heat against the Liberal government’s plan to privatize five heating and cooling plant operations in the National Capital Region. These plants presently provide service to about 100 buildings, including the Parliamentary Precinct, through a network of 14 kilometers of underground tunnels.

Since this campaign to stop the plants’ privatization was launched in October 2018, hundreds working and living in the NCR have taken the time to write their MPs asking for the process to be cancelled. Moreover, the government has elicited greater suspicion about the privatization scheme by:

  • not releasing a business case for the multibillion dollar project even though it promised to do so many months ago;

  • failing to address how companies seeking to maximize private profit, including ones with reputations for corruption, can be trusted to ensure the safe operation of the plants; and

  • making the misleading claim that it cannot attract qualified public sector workers to operate the plants in the future. (As PSAC has pointed out, current public sector workers at the plants earn considerably less than workers doing similar work in private industry; this is why the government finds it hard to find qualified workers.)

“I work in downtown Ottawa and I’m worried what this reckless privatization scheme will mean for my safety,”, said Alex Silas, a member of PSAC who works on Sparks Street. “Trusting the maintenance and operation of these plants to a profit-driven, private consortium is a bad idea.”

Unions once again call on the Trudeau government to immediately to stop the privatization process and meet with public service workers presently operating the plants to jointly develop a new plan for improving environmental performance, reducing energy costs, and enhancing overall safety. Only following this should the government issue a Request for Proposals to design and build new facilities, while keeping ongoing maintenance and operation in more cost-effective and accountable public hands.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Pages