PSAC National News

Subscribe to flux PSAC National News
Mis à jour : il y a 2 heures 37 min

AFPC-SEN : retour à la table pour améliorer les conditions de travail

ven, 02/15/2019 - 15:23

La semaine prochaine, à Rankin Inlet, l’équipe de négociation du Syndicat des employé-e-s du Nunavut (SEN) poursuivra les pourparlers avec le gouvernement du territoire. Lors de la première séance, qui a eu lieu du 15 au 18 janvier, les parties se sont engagées à négocier de bonne foi le nouveau contrat de travail, ce qui augure bien du succès des prochaines discussions.

L’AFPC-SEN a hâte de continuer à représenter ses membres en transmettant à l’employeur leurs préoccupations et leurs suggestions pour l’amélioration de leurs conditions de travail.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

PSAC-NEU talks resume: union focused on improving working conditions

ven, 02/15/2019 - 15:21

The PSAC-Nunavut Employees Union (NEU) bargaining team will resume talks with the Government of Nunavut (GN) the week of February 18 in Rankin Inlet. This session follows an encouraging kick-off to bargaining on January 15-18, where both parties committed to bargaining in good faith to reach a new contract. 

PSAC-NEU is looking forward to continuing presenting its members’ workplace concerns and ideas for improvements to the employer.  

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Menacés sans scrupule de mise à pied, les employés d’Aéroports de Montréal offrent un compromis

mer, 02/13/2019 - 12:51

Les travailleuses et travailleurs d’Aéroports de Montréal (ADM) ont proposé hier des moyens d’économiser afin d’éviter la mise à pied de 93 personnes syndiquées, que la direction, assoiffée de profits, souhaite sans vergogne remplacer par des sous-traitants à statut précaire. Les employés touchés sont des membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada qui offrent une vaste gamme de services (travail de bureau, soutien administratif, services d’accueil et d’information, etc.).

Même si les recettes d’ADM n’ont jamais été aussi élevées, le PDG, Philippe Rainville, menace de mettre à pied ces employés s’ils n’acceptent pas de réduire leurs salaires de 31 %. Cette proposition est tout à fait insensée et d’autant plus révoltante quand on connaît le succès financier d’ADM et qu’on sait que le salaire annuel de M. Rainville s’élève à plus de 400 000 $, sans compter sa part du million de dollars versés en primes aux dirigeants.

« Nous espérons que la direction d’Aéroports de Montréal prendra la bonne décision et acceptera les propositions de son personnel, déclare Chris Aylward, président national de l’AFPC. Ces travailleuses et travailleurs ont aidé ADM à engendrer des recettes records, mais ce n’est pas assez pour le riche PDG, qui s’en prend maintenant au salaire de son personnel, à leurs familles et au bien-être des voyageurs. C’est de la cupidité, pure et simple. »

« Recourir à la sous-traitance en confiant le travail au plus bas soumissionnaire nuira considérablement à la qualité du service offert aux voyageurs qui fréquentent l’aéroport de Montréal, ajoute Yvon Barrière, vice-président exécutif régional de l’AFPC-Québec. Nos membres ont une vaste expérience du secteur aéroportuaire et ont vraiment à cœur d’offrir des services de qualité aux voyageurs. La direction se doit de les écouter. »

L’an dernier, ADM s’est classé au 6e rang des Skytrax World Airport Awards dans la catégorie du meilleur service offert par le personnel aéroportuaire en Amérique du Nord. M. Rainville, PDG d’ADM, avait alors souligné que le prix reconnaissait « la qualité du service et de l’accueil offerts par tous les employés qui sont en contact direct avec les voyageurs ».

L’AFPC est déterminée à protéger les bons emplois bien rémunérés et à protéger le public de la cupidité des entreprises.

Topics: Geography: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Despite shameless layoff threats, Montréal Airport workers present compromise

mer, 02/13/2019 - 12:42

Yesterday, workers at the Aéroports de Montréal (ADM) presented their cost-saving proposals to management as part of an effort to stave off the unnecessary and greed-driven layoffs of 93 unionized employees — to be replaced with precarious contractors. The workers under threat, members of the Public Service Alliance of Canada, currently perform a wide range of services, including security, administrative support, reception and information assistance.

Airport CEO Philippe Rainville is threatening layoffs during a period of record airport revenues unless the workers accept a pay cut of up to 31 percent. This pay cut is an absurd proposal under any circumstance, but is even more galling given the airport’s financial success, Mr. Rainville’s annual compensation of over $400,000, and the million dollars in executive bonuses also shared by Rainville.

“We hope the airport’s management does the right thing and accepts these cost-reducing proposals,” said Chris Aylward, PSAC’s National President. “This is corporate greed, plain and simple. These workers have generated record revenues for ADM, but its wealthy CEO wants even more, at the expense of these workers, their families, and the wellbeing of travelers.”

“Indeed, contracting out work to the lowest bidder will lead to a major reduction in service quality for travelers at the Montreal airport,” added Yvon Barrière, Quebec Regional Executive Vice-President of the Public Service Alliance of Canada. “Our members have extensive experience with airport operations and they care deeply about the quality of service travelers receive. Management must listen to them.”

Last year, ADM staff received the World Airport Awards for 6th Best Airport Staff in North America. At the time, ADM Chief Executive Officer Philippe Rainville noted that the award “recognizes the quality of service and reception offered by all employees who work directly with travelers.”

PSAC is committed to protecting decent paying jobs and protecting the public against corporate greed.

Topics: Geography: Embedded Image:  Image Placement:  Top Right Half

Vote du groupe FB sur la question des années de service admissibles Tout ce que vous devez savoir

lun, 02/11/2019 - 15:47

L’équipe de négociation du groupe FB a décidé, avec l’appui de l’AFPC-SDI, de prendre une mesure sans précédent : inviter les membres à voter sur la question des années de service admissibles. Pour connaître les raisons qui ont poussé l’équipe de négo à recourir au vote, cliquez ici. L’équipe de négociation et l’AFPC-SDI ne prendront pas de position officielle à ce sujet tant que les résultats du scrutin ne seront pas connus.

Si vous êtes un membre de l’unité de négo FB, veuillez, lire attentivement ce qui suit.

Le vote en ligne aura lieu du 18 février à partir de 8 h 30 au 1er mars à 12 h ou midi (HE). Une simple majorité des membres qui votent suffira à trancher la question et les résultats du scrutin détermineront notre position sur cet enjeu. Le vote est secret et absolument confidentiel.
 

Sur quoi portera le vote des membres du groupe FB?

Les membres du groupe FB auront l’occasion de voter sur la question de savoir si le syndicat devrait, pendant la présente ronde de négociations, proposer de maintenir la définition des « années de service » telle quelle ou demander que les années de service antérieures dans les Forces canadiennes soient également incluses dans cette définition en ce qui concerne les points suivants :

a. Le choix des quarts de travail.
b. Le processus qui détermine qui, parmi les personnes salariées qui travaillent par quart, travaille un JFP.
c. Le choix des vacances pour tous les membres de l’unité de négociation.
d. L’admissibilité aux Programmes de départ volontaire prévus à l’Appendice sur le Réaménagement des effectifs, lorsqu’il y a trop de volontaires.

Les années de service dans les Forces canadiennes sont déjà comptées aux fins du calcul des crédits de congés annuels.

Formulation du bulletin de vote

Option 1 — J’accepte que le Syndicat propose de modifier la définition des années de service (ancienneté), partout où elle figure dans la convention collective, en y ajoutant le temps passé dans les Forces canadiennes, tel que défini à l’article 34.03 a) ii).

Option 2 — La définition des années de service doit rester telle quelle dans la convention collective.
 

Séances d’information en ligne (webinaires)

Il s’agit d’un vote sans précédent qui n’est pas régi par le Règlement 15 de l’AFPC. Par conséquent, les séances d’information en ligne (webinaires) offertes aux membres ne sont pas une condition préalable au vote. Néanmoins, l’AFPC-SDI encourage les membres à participer aux webinaires. Ils pourront ainsi y poser toutes leurs questions et faire part de leurs préoccupations avant le vote.

Voici les webinaires disponibles pour les membres du groupe FB. Veuillez cliquer sur la session à laquelle vous souhaitez participer pour vous y inscrire.

Français

Anglais

Mercredi 13 février à 15 h (HE)

Mercredi 13 février à 16 h (HE)

Vendredi 22 février à 13 h (HE)

Vendredi 22 février à 12 h/midi (HE)

Mercredi 27 février à 19 h (HE)

Mercredi 27 février à 18 h (HE)


Comment voter? Trousse d’information pour les votants

Pour voter, vous devrez avoir une trousse d’information pour les votants. Nous vous l’enverrons le 18 février à votre adresse électronique personnelle qui figure dans nos dossiers. Si nous ne détenons pas votre courriel personnel, nous vous enverrons la trousse par la poste le 13 février.

Si vous faites partie de l’unité de négociation FB, mais vous n’êtes pas membre du syndicat (c.-à-d. que vous n’avez pas signé votre carte de membre du syndicat), vous devrez d’abord signer une carte de membre du syndicat avant de voter. Pour ce faire, nous vous invitons à communiquer le plus rapidement possible avec votre section locale ou votre bureau régional de l’AFPC pour prendre les dispositions nécessaires.

Si en date du 18 février vous n’avez pas reçu votre trousse d’information par courriel ou par la poste, communiquez avec le bureau régional de l’AFPC le plus proche.

Vote : NIP pour le site Web et numéro de téléphone

Vous trouverez le NIP requis pour voter dans la trousse d’information pour le votant. Vous y trouverez également l’adresse du site Web et le numéro de téléphone pour le vote. Vous ne pourrez voter qu’une seule fois, soit par Internet, soit par téléphone.

Période de vote

Vous pouvez voter en tout temps du 18 février à partir de 8 h 30 au 1er mars à 12 h ou midi (HE).

Comment obtenir de l’aide au sujet du vote?

Pour toute question relative au vote, composez le numéro de la ligne d’aide de l’AFPC qui se trouve dans votre trousse d’information pour les votants. Si en date du 18 février vous n’avez pas reçu votre trousse d’information par courriel ou par la poste, communiquez avec le bureau régional de l’AFPC le plus proche.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

FB vote on years of service accrual: Everything you need to know to vote

lun, 02/11/2019 - 13:25

The FB bargaining team, with support of PSAC-CIU, recently decided to take the unprecedented step of calling a membership vote on the issue of years of service accrual. You can read the bargaining team’s reasons for calling the vote here. The FB bargaining team and PSAC-CIU will be taking no official position on the issue of years of service accrual until the vote is complete.

If you are a member of the FB bargaining unit, please read the following carefully.

The online vote will take place between 8:30 AM on February 18 and 12 PM/noon on March 1 (ET). A simple majority of those members who vote will decide the outcome and determine the position taken by the bargaining team on the years of service accrual issue in negotiations.  The vote is secret and strictly confidential.
 

What are FB members voting on?

FB members will have the opportunity to vote on whether the union should take the position in this round of bargaining to keep the definition of “years of service” as is, or to have previous time in the Canadian Forces also apply for the years of service definition for:

a. Line selection for shift workers.
b. Processes for determining who works on a DPH for shift workers.
c. Vacation selection for everyone in the bargaining unit.
d. Determining who can access voluntary programs under the Workforce

Adjustment Appendix in the event there are excess volunteers.

* Previous time in the Canadian Forces is already included in the calculation of vacation leave credits

Ballot wording

Option 1 — I support the Union taking the position in negotiations that the definition of years of service (seniority) should be changed to include time in the Canadian Forces as defined in Article 34.03 a) ii) for all areas of the collective agreement where years of service is applied.

Option 2 — I support leaving the definition of service as it is currently defined in the collective agreement.
 

Online information sessions (webinars)

This is an unprecedented vote and is not governed by PSAC’s Regulation 15. Therefore, online information sessions (webinars) being offered to members are not a prerequisite for voting. Nevertheless, PSAC-CIU encourages members to participate in the webinars to ensure all questions and concerns are addressed before voting.

The following webinars are available for FB members. To register, please click on the session you would like to participate in.

English

French

Wednesday February 13 at 4 PM  (ET)

Wednesday February 13 at 3 PM (ET)

Friday February 22 at 12 PM/noon (ET)

Friday February 22 at 1 PM (ET)

Wednesday February 27 at 6 PM (ET)

Wednesday February 27 at 7 PM (ET)


How to cast a vote Voter information package

In order to vote, you will need to receive a voter information package. This will be sent to the home email address we have on file for you on February 18. If we do not have a home email address for you, we will send you the package via regular mail on February 13.

If you are in the FB bargaining unit but are not a union member (i.e., you have not signed your union membership card), you will first have to sign a union membership card if you choose to participate in the vote. In such a situation, please contact your local or your PSAC regional office to make arrangements as soon as possible.

If you have not received your package by email or regular mail by February 18, please contact the closest PSAC regional office to you.  

PIN and website/phone number to vote

The voter information package will include the PIN required to vote. It will also include the website address and phone number to cast a vote. You will only be able to vote once, either on the web or by phone.

Voting period

You may vote any time between 8:30 AM on February 18 and 12 PM/noon on March 1 (ET).

Where to get help with the vote

Your voter information package will include a PSAC helpline number for all questions related to the vote. If you have not received your package by email or regular mail by February 18, please contact the closest PSAC regional office to you.  

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Reprise des négos la semaine prochaine : l’AFPC exige de Trudeau un nouveau mandat pour le Conseil du Trésor

ven, 02/08/2019 - 12:56

L’AFPC retournera à table de négociation du 12 au 14 février pour représenter les 90 000 fonctionnaires fédéraux visés par les négociations avec le Conseil du Trésor. La grande priorité : obtenir des salaires justes et bonifier les dispositions sur la conciliation travail-vie personnelle, la charge de travail, les congés et le recours à des travailleurs temporaires.

Les membres de l’AFPC attendent toujours une réponse adéquate aux revendications contractuelles du syndicat après de longs mois de pourparlers frustrants avec le gouvernement. Rappelons qu’en décembre dernier, le gouvernement a insulté les fonctionnaires fédéraux en leur proposant un gel salarial de deux ans.

« Trudeau avait promis d’établir des relations fondées sur le respect avec les fonctionnaires. Eh bien, nous allons mobiliser nos membres pour qu’ils l’obligent à tenir sa promesse », a déclaré le président national de l’AFPC, Chris Aylward. « Son gouvernement a trahi nos membres, et la population canadienne qui a droit à des services publics de qualité. »

« Le premier ministre doit donner un nouveau mandat à Jane Philpott, la nouvelle présidente du Conseil du Trésor, un mandat qui débouchera sur une entente juste. Depuis le lancement de Phénix, il y a presque trois ans, nos membres attendent d’être payés correctement – ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. »

Les séances de la semaine prochaine concernent ces quatre unités de négociation rattachées au Conseil du Trésor : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services des opérations (SV) et Enseignement et bibliothéconomie (EB).

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Treasury Board bargaining resumes next week — PSAC demands new mandate from Trudeau

ven, 02/08/2019 - 12:53

PSAC will be resuming face-to-face bargaining sessions from February 12 to14 on behalf of the 90,000 federal public service workers covered by Treasury Board bargaining. The union’s top priority is to obtain a fair wage settlement, and improvements in areas such as work-life balance, workload, leave provisions, and the use of temporary workers.

After many months of frustrating talks with the government, PSAC members are still waiting for a proper response to the union’s bargaining proposals. In December, the government insulted federal public service workers by coming to the table with a proposal for a two-year wage freeze.

“We will mobilize members to pressure Prime Minister Trudeau to live up to his promise of a new relationship with public service workers – one of respect,” said PSAC National President, Chris Aylward. “His Government is betraying our members and Canadians who depend on high quality public service.”

“New Treasury Board President, Jane Philpott must get a new mandate from the Prime Minister – one that will allow a fair deal. Our members have been waiting three years to get paid correctly under Phoenix – they shouldn’t also have to wait for the decent working conditions they deserve.”

Next week’s sessions will cover four bargaining units under Treasury Board: Program & Administrative Services (PA), Technical Services (TC), Operations Services (SV), and Education & Library Science (EB).

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

L’impôt unique au Québec est possible tout en sauvant 5 500 emplois

jeu, 02/07/2019 - 13:41

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) et le Syndicat des employé-e-s de l’Impôt (SEI) tiennent à réagir à la suite d’un vote qui fut tenu hier à Ottawa concernant la proposition de mettre en place une déclaration d’impôt unique au Québec et administrée par le gouvernement du Québec. Le débat qui s’est tenu à la Chambre des communes mardi le 5 février faisait suite à une motion conservatrice déposée pour l’occasion.

« Soyons clairs, nous ne sommes pas contre une déclaration d’impôt unique au Québec. Toutefois, si nous souhaitons vraiment aider les gens et leur simplifier la vie tout en leur faisant économiser près de 400 millions de dollars, il va de soi que la déclaration d’impôt unique devrait être administrée par le gouvernement fédéral, pas par Québec », affirme Marc Brière, président du SEI.

Le rapport de la commission Robillard, publié en 2015, faisait état d’économies considérables pour le Québec si l’administration des impôts au Québec était confiée uniquement au gouvernement fédéral.

À la Chambre des communes, les conservateurs ont promis la déclaration d’impôt unique administrée par Québec s’ils sont portés au pouvoir. Selon eux, ce changement majeur dans l’administration de la fiscalité canadienne se ferait sans perte d’emplois pour les 5 500 employées et employés de l’Agence du revenu du Canada (ARC) travaillant au Québec.

« Nous rejetons cette analyse des conservateurs. La fin de la perception des impôts par l’ARC au Québec mettra en danger les emplois de tout le personnel de l’ARC au Québec, notamment les gens travaillant au Centre des données fiscales de Jonquière, qui fermerait certainement ses portes. De plus, les employées et employés touchés ne pourront, par un simple claquement de doigts, partir à la chasse aux paradis fiscaux », souligne Magali Picard, vice-présidente exécutive nationale de l’AFPC.

Soulignons que le Québec est la seule province au Canada à percevoir ses impôts dans son champ de compétence fiscale auprès des particuliers. L’AFPC et le SEI n’ont rien contre ce choix politique de la population québécoise. Ils souhaitent plutôt que le gouvernement fédéral et celui du Québec se parlent afin de trouver une solution pour simplifier la vie des contribuables et des entreprises œuvrant au Québec au lieu de sabrer des milliers d’emplois tant à l’ARC qu’à l’Agence du revenu du Québec.

L’AFPC et le SEI se réjouissent du résultat du vote survenu hier sur la motion conservatrice qui a été majoritairement rejetée par les députées et députés de la Chambre des communes.

Single tax return could work in Quebec and save 5,500 jobs

jeu, 02/07/2019 - 13:39

The Public Service Alliance of Canada (PSAC) and the Union of Taxation Employees (UTE) are speaking out on the vote held in Ottawa yesterday concerning the proposal to implement a single tax return in Quebec that would be administered by the Government of Quebec. The debate in the House of Commons on Tuesday February 5 followed the introduction of a motion by the Conservatives on the issue.

“Make no mistake, we have no problem with a single tax return in Quebec. But if we really want to help people and make their lives easier while saving them almost 400 million dollars, there’s no question the single tax return should be administered by the federal government, not by Quebec,” said UTE President Marc Brière.

The Robillard Commission Report, released in 2015, noted that Quebec would realize considerable savings if the federal government had sole responsibility for tax administration in Quebec.

In the House, the Conservatives promised a single tax return administered by Quebec should they form the next government. They claim that this major shift in the administration of Canadian taxation would be accomplished with no job loss for the 5,500 employees of the Canada Revenue Agency (CRA) who work in Quebec.

“We reject the Conservatives’ analysis. If CRA stops collecting taxes in Quebec, it will jeopardize the jobs of all CRA staff in Quebec, including the employees at the Jonquière Tax Centre, which would without a doubt close its doors. Furthermore, it would take more than a snap of their fingers for the employees concerned to go after tax havens,” said Magali Picard, PSAC’s National Executive Vice-President.

Quebec is the only province in Canada to collect income tax on individuals. PSAC and UTE have nothing against this political choice on Quebec’s part. They just want the federal and Quebec governments to work together on a solution to make life simpler for taxpayers and businesses that operate in Quebec, instead of axing thousands of jobs at CRA and Revenu Québec.

PSAC and UTE are delighted with the result of yesterday’s vote on the Conservative motion, which was defeated by a majority vote of House MPs.

Journée d’action sur Phénix : 3e anniversaire du fiasco, l’AFPC se mobilise pour réclamer l’indemnisation et plus de progrès

mar, 02/05/2019 - 15:44

Cela fait trois ans que le système de paye Phénix a été lancé, et pourtant de milliers de membres de l’AFPC sont toujours aux prises avec des problèmes de paye : ils sont trop payés, sous-payés, voire privés de salaire.

À l’occasion du troisième anniversaire de Phénix, les membres de l’AFPC se rassembleront pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il prenne urgemment des mesures. Le 28 février, l’AFPC manifestera dans la région de la capitale nationale en vue de démarrer d’une série d’actions d’envergure à travers le pays. Voici ses revendications : des mesures plus concrètes pour réduire l’arriéré, un échéancier précis pour mettre fin au cauchemar Phénix et l’indemnisation de centaines de milliers de fonctionnaires touchés.

RSVP à la journée nationale d'action dans la région de la capitale nationale Des progrès, oui mais...

La mobilisation syndicale ayant suivi la journée d’action de l’an dernier nous a permis de remporter plusieurs victoires dans ce dossier. Ensemble, nous avons forcé le gouvernement à :

Malgré ces victoires, au début de l’année 2019, le Centre des services de paye de la fonction publique avait encore un arriéré de plus de 280 000 mouvements. Trois ans après le lancement de Phénix, près des deux tiers des données RH sont encore saisies en retard. Cette situation entraîne des problèmes de paye à tous les niveaux. La mise en œuvre de nos conventions collectives et la paye rétroactive que nous devons à nos membres accusent également un retard à cause de Phénix.

Vu que le cauchemar Phénix est loin d’être terminé, nous exigeons du gouvernement qu’il :
  • Indemnise tous les fonctionnaires pour le calvaire qu’ils ont enduré sur le plan financier et émotionnel à cause de Phénix.
  • Augmente le personnel et fournisse la formation nécessaire pour :
    • aider les membres du Centre de contact avec la clientèle et du Centre des services de paye de la fonction publique;
    • réduire le nombre de requêtes liées à Phénix en veillant à ce que les données RH soient saisies à temps;
    • éliminer l’arriéré dans le traitement des mouvements, y compris la mise en œuvre des conventions collectives et le versement de la paye avec effet rétroactif.
  • Établisse un calendrier précis, dont il sera tenu responsable du non-respect des échéanciers, pour stabiliser le système Phénix, éliminer l’arriéré et passer à un nouveau système de paye.
Pour comble d’insulte, l’offre en négociation

Pour doubler ses torts d’un affront, le gouvernement a récemment proposé lors des négociations, un gel des salaires de deux ans suivi d’une maigre augmentation de 0,75 % par année pour plus de 90 000 membres visés par les négociations avec le Conseil du Trésor.

Nos membres méritent bien plus que ce manque de respect continu, car ils se présentent au travail tous les jours pour fournir les services essentiels à la population canadienne, alors même qu’ils ne sont pas payés comme il se doit.

Le 28 février, joignez-vous à nous pour remporter d’autres victoires et demander au gouvernement de se présenter à la table de négociation avec une offre équitable.

De futurs événements Phoenix auront lieu dans diverses régions du pays. Inscrivez-vous pour recevoir un avis si un événement est organisé dans votre région ou si vous souhaitez participer à son organisation. Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Phoenix Day of Action: On 3rd anniversary, PSAC to mobilize for damages and more progress

mar, 02/05/2019 - 15:39

Three years after the launch of the Phoenix Pay System, thousands of PSAC members continue to be plagued by pay problems: they are underpaid, overpaid or not paid at all.

On this third anniversary of Phoenix, PSAC members will come together to further increase pressure on the government for urgent action. On February 28, PSAC will hold a rally in the National Capital Region to kick off a series of escalated actions around the country in demand of: more concrete action to reduce Phoenix cases; a real timeline to end these pay nightmares; and damages to compensate the hundreds of thousands of public service workers who have been impacted.

RSVP for the Day of Action in the National Capital Region Some progress, but not enough

The union’s mobilization since last year’s Day of Action has allowed us to win several Phoenix victories. Together, we forced the government to:

Despite these wins, at the start of 2019, the Public Service Pay Centre was still facing a backlog of over 280,000 cases. And after three years of Phoenix, about two-thirds of HR data is still being inputted late, causing pay problems across the board. Phoenix continues to also delay the implementation of our collective agreements and the retroactive pay our members are owed.

In the face of so many Phoenix problems that remain, we demand the government:
  • Provide damages to all public service workers for the great financial and emotional hardship they have endured because of Phoenix.
  • Provide the additional staffing and training needed to:
    • assist members at the Client Contact Centre and the Public Service Pay Centre;
    • reduce Phoenix cases by ensuring HR data is entered on time;
    • and eliminate the backlog of Phoenix cases, including implementing collective agreements and delivering retroactive pay.
  • Provide a clear and accountable timeline to stabilize Phoenix, eliminate the backlog, and transition to a new pay system.
Bargaining offer adds insult to injury

To add insult to injury, in recent bargaining the government proposed a two-year wage freeze followed by a meagre 0.75% per year increase for over 90,000 members covered by Treasury Board negotiations.

After coming to work day after day – delivering the critical services Canadians rely on - without being paid properly, our members deserve so much more than this continued disrespect.

Join us on February 28 to build on recent Phoenix victories and ensure that the Government comes to the bargaining table with a fair offer.  

Future Phoenix events will be held in various regions across the country. Sign up to get a notification if one is organized in your region or if you would like to take part in organizing one. Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Parcs Canada : L’employeur n’était pas disposé à négocier sérieusement

lun, 02/04/2019 - 16:27

Ce furent quelques journées frustrantes à la table de négociation pour les travailleurs de Parcs Canada. Notre équipe de négociation a rencontré les représentants de Parcs Canada les 30 et 31 janvier pour échanger des propositions et entamer les négociations. L’équipe a été confrontée à un employeur qui avait peu à échanger et n’était pas préparé à des discussions constructives.

Un début de négociations plutôt décevant

Notre équipe de négociation a présenté une trousse complète qui reflète les enjeux importants auxquels sont confrontés nos membres. Elle était prête à discuter de la définition élargie de la famille, des protections en milieu de travail, des congés pour les victimes de violence familiale, de la conciliation travail-vie personnelle et de l’adhésion au Conseil national mixte.  

Consulter une copie des revendications contractuelles de l’AFPC

La majorité de la trousse était composée de pages quasiment vierges : les écrits s’étendaient sur une ou deux lignes seulement. Notre équipe de négociation a passé la plus grande partie de la première journée à exercer des pressions sur celle de Parcs Canada pour qu’elle présente un libellé de dispositions qui leur permettrait de tenir une discussion constructive. Le deuxième jour, l’employeur a ajouté quelques pages supplémentaires renfermant quelques dispositions, sans plus.

Consulter une copie des revendications contractuelles de Parcs Canada Une habitude plutôt frustrante

Notre équipe de négociation a été confrontée à une attitude qui prend les allures d’une tendance frustrante : les représentants du gouvernement se présentent à la table de négociation sans la moindre intention de négocier avec les fonctionnaires. Le mois dernier, l’équipe de négociation AFPC-SEI a déclaré une impasse dans les négociations avec l’Agence du revenu du Canada après des mois de rencontres qui n’ont abouti à rien et L’AFPC a exigé du Conseil du Trésor de se présenter à la table avec un nouveau mandat, après des mois de retards et des offres insultantes.

Prochaines dates de négociation

Notre équipe de négociation a réussi à obtenir les dates des prochaines séances de négociation avec l’employeur. Les parties se rencontreront à nouveau du :

  • 12 au 14 mars
  • 30 avril au 2 mai
  • 28 au 30 mai

Nous nous attendons à ce que l’employeur se présente à la table en étant mieux préparé et prêt à négocier avec les membres de Parcs Canada.

Topics:  Attachments:  afpc_revendications_contratuelles_parcs_-_f.pdf parcs_canada_-_propositions_de_lagence_-_f.pdf

Parks Canada: Employer unprepared for meaningful negotiations

lun, 02/04/2019 - 16:21

It was a frustrating few days at the bargaining table for Parks Canada workers. Our bargaining team met with Parks Canada representatives January 30 and 31 to exchange proposals and begin negotiations. The team was faced with an employer who had little to exchange and was unprepared to have meaningful discussions.

A disappointing start to negotiations

Our Parks bargaining team presented a full package that reflects the important issues facing our members. Our team came prepared to discuss expanding the definition of family, protections in the workplace, domestic violence leave, work life balance and joining the National Joint Council.

Review a copy of PSAC’s Parks Canada Bargaining Demands

The employer’s package was void of any language to review. Much of the package included nearly blank pages containing only one or two lines. Our bargaining team spent much of the first day pressuring Parks Canada to bring some language to the table so they could have a meaningful discussion. The employer returned on the second day with a few additional pages that contained some language, but not much.

Review a copy of Parks Canada Employer Bargaining Demands A frustrating trend

The Parks bargaining team’s experience seems to be part of a frustrating trend of government representatives showing up to the bargaining table unwilling to bargain in good faith with public service workers. Last month, the PSAC/UTE bargaining team declared an impasse in negotiations with the Canada Revenue Agency after months of unproductive bargaining meetings, and PSAC has asked Treasury Board to come to the table with a new mandate in after months of delays and offensive counter-proposals.

Future bargaining dates

Our Parks bargaining team was successful in securing upcoming bargaining dates with the employer. The teams will meet again on the following days:

  • March 12 – 14
  • April 30 – May 2
  • May 28 – 30

We expect the employer to return to the table better prepared and ready to negotiate fairly with Parks Canada members.

Topics:  Attachments:  psac_parks_bargaining_demands_-_e.pdf parks_canada_-_employer_proposal_-_e.pdf

Négos avec l’ARC : l’AFPC-SEI attend la réponse de la CRTEFP après avoir déclaré l’impasse

lun, 02/04/2019 - 15:07

L’équipe de l’AFPC-SEI a déclaré l’impasse à la fin de la dernière séance de négociation avec l’ARC et demandé à la Commission des relations de travail et de l’emploi dans la fonction publique d’établir une commission de l’intérêt public.

Rappelons que les négociations avec l’ARC ont débuté en juin 2018. Le syndicat n’a pas manqué, chaque fois, de répéter les priorités exprimées depuis le début de cette ronde, soit :

  • des protections contre le recours excessif aux contrats, une augmentation du nombre de postes permanents et une meilleure sécurité d’emploi; 
  • des protections contre l’expansion du travail par poste et de nouveaux droits pour les travailleuses et travailleurs de soir; 
  • une meilleure conciliation travail-vie personnelle, grâce à de meilleurs congés; 
  • de meilleures conditions de travail pour le personnel des centres d’appels, y compris de meilleures protections et le droit de participer à l’établissement des horaires; 
  • les mêmes droits syndicaux au travail que ceux consentis à d’autres fonctionnaires fédéraux.  

L’équipe syndicale a réitéré ces priorités lorsqu’elle a rencontré l’employeur en janvier.

En décembre dernier, l’AFPC-SEI avait également déposé des revendications salariales qui garantiraient des augmentations équitables adaptées à la hausse du coût de la vie. L’employeur avait alors répondu qu’il ne ferait pas d’offre salariale en janvier.

Le syndicat a néanmoins convenu de reprendre les pourparlers afin de s’attaquer aux autres priorités de nature non pécuniaire. Depuis la signature de la dernière convention collective avec l’ARC en 2015, d’autres employeurs fédéraux ont consenti à des améliorations dans pratiquement tous les principaux domaines qui nous intéressent. Mais après sept mois de négociations, tout semble indiquer que l’ARC n’est aucunement disposée à en discuter avec nous.

Par exemple, l’ARC refuse d’aborder la question des employés nommés pour une durée déterminée qui travaillent à l’Agence depuis de nombreuses années mais sans jamais obtenir leur permanence. Durant toutes les négociations, l’ARC a par ailleurs insisté pour que le syndicat cède des droits enchâssés dans la convention collective depuis des décennies.

L’objectif de l’équipe syndicale est d’améliorer la convention collective, pas de l’affaiblir.

L’ARC n’ayant manifesté aucune flexibilité, l’AFPC-SEI a déclaré l’impasse. Après sept mois de piétinement, le syndicat a décidé de se tourner vers la commission des relations de travail et attend maintenant de ses nouvelles.

N’hésitez pas à consulter les sites internet du SEI (ute-sei.org/fr) et de l’AFPC (syndicatafpc.ca) pour voir ce que l'AFPC-SEI a proposé, vous renseigner ou vous abonner aux mises à jour régulières. Si vous avez des questions, communiquez avec la présidence de votre section locale du SEI.

Le syndicat fera le point dès qu’il y aura du nouveau.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

CRA Bargaining: PSAC-UTE awaiting response from Labour Board following impasse declaration

lun, 02/04/2019 - 15:04

At the end of the last bargaining session with the Canada Revenue Agency (CRA) the PSAC/UTE bargaining team declared impasse and filed for the creation of a Public Interest Commission with the Public Service Labour Relations Board.

Bargaining commenced with the Agency in June of last year. At the outset of negotiations, and in every session since, the union made clear to the CRA the key priorities for this round of negotiations:

  • Protections against excessive term employment, along with more permanent jobs and income security. 
  • Protections against the expansion of shift work, as well as new rights for employees scheduled to work evenings. 
  • Increased work-life balance, with an emphasis on improved access to leave. 
  • Improved conditions for call centre workers, including scheduling rights and better protections. 
  • Union rights in the workplace, consistent with what other federal employers have agreed to.  

The bargaining team reiterated these priorities again during the January 2019 bargaining session.

PSAC-UTE also tabled a wage proposal in early December that would ensure fair increases that keep up with the cost of living. However, the CRA stated that it would not table a wage position at the January bargaining session.

The union agreed to meet with the CRA all the same in attempt to resolve the other key non-wage priorities listed above. Despite the fact that other federal employers have agreed to improvements in almost all of these key areas since the last contract with CRA was settled in 2015, the CRA provided zero indication that it would address these issues over the last seven months of negotiations.

For example, even though there are term employees who have worked for many years at the CRA without ever being made permanent, the CRA has said that it will not discuss the matter. Meanwhile, throughout all bargaining sessions, the CRA has continued to insist that the union give up worker rights that have existed in the collective agreement for decades.

The bargaining team is looking for improvements in this round of negotiations, not steps backwards.

Given this lack of flexibility on the part of the CRA, PSAC/UTE filed for impasse with the Labour Board. Bargaining began seven months ago and the union believes it’s time to proceed to the next step in the process. PSAC-UTE awaits news from the Labour Board.

Be sure to go to ute-sei.org and psacunion.ca to see what PSAC-UTE has proposed, for more information, and to subscribe to regular updates. Also, should you have any questions, please contact your UTE Local President.

Updates will be provided as things evolve.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

L'AFPC honore le Mois de l'histoire des Noirs

jeu, 01/31/2019 - 23:51

En ce Mois de l’histoire des Noirs, célébrons les multiples contributions des femmes et des hommes noirs, qu’ils soient de descendance caribéenne ou africaine, à l’histoire et à l’essor de notre pays. Soulignons aussi leur apport inestimable au mouvement syndical canadien.

Encore aujourd’hui, les Canadiennes et Canadiens noirs sont aux prises avec des obstacles qui les empêchent de s’intégrer pleinement sur le marché du travail : chômage, écarts salariaux, peu de possibilités d’avancement. Quant aux syndicalistes noirs, ils continuent de manifester leur leadership au sein du mouvement syndical canadien en luttant pour le changement, en recrutant des membres et en négociant des conventions collectives qui favorisent la fin du racisme et l’égalité en milieu de travail.

Le racisme anti-Noirs est systémique au sein des corps policiers et de l’appareil judiciaire canadiens, comme en témoignent les statistiques suivantes :

L’AFPC a participé à la consultation menée par le gouvernement fédéral sur la stratégie nationale de lutte contre le racisme. Il y a encore beaucoup de pain sur la planche, et nous espérons que le gouvernement poursuivra le dialogue avec des intervenants clés, dont l’AFPC, dans sa lutte contre le racisme anti-Noirs.

À la fin février 2018, des experts de l’histoire des Noirs ont comparu devant le Comité sénatorial des droits de la personne. Ils ont demandé au gouvernement d’admettre publiquement les faits : le Canada a participé à la traite des esclaves en Nouvelle-Écosse. Ils veulent aussi que le gouvernement présente ses excuses aux descendants des Noirs qui ont été esclaves et devienne un chef de file quant à l’élimination du racisme. L’AFPC exhorte le gouvernement fédéral à accéder aux demandes de ces experts et de faire un pas vers la réconciliation avec les Noirs canadiens.

L’AFPC vous encourage à célébrer le Mois de l’histoire des Noirs et du patrimoine africain. Allez à la découverte de la contribution des personnes noires à l’histoire du pays. Organisez des événements pour leur rendre hommage ou participez à des activités organisées dans votre communauté.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

PSAC honours Black History Month

jeu, 01/31/2019 - 23:38

Black History Month is a time where we can reflect, honour and celebrate the many contributions made by Black Canadians and all people of Caribbean and African heritage in the progress and development of Canada, as well as their impact on its history and our labour movement.

Whether it is in unemployment rates, wage gaps or opportunities for advancement in the workplace; Black Canadians continue to face barriers in employment. Black trade unionists in Canada have continued to demonstrate their leadership and activism in the Canadian labour movement by fighting for social change through union organizing and ensuring language in collective agreements reflect the fight to end racism and promote equality in the workplace.

Systemic anti-Black racism is significantly present in Canadian policing and courts:

While the government of Canada’s consultations for a national anti-racism strategy have been underway, there is still much work left to be done. PSAC has provided its initial input on the strategy and hopes the government will continue to engage with key organizations like PSAC to ensure that anti-Black racism in Canada is addressed.

In late February 2018, in a presentation to the Senate Committee on Human Rights, witnesses testified to the importance for the government to publicly recognize Canada’s participation in the Atlantic slave trade based in Nova Scotia. They urged our government to issue a public apology to the descendants of those enslaved and to become an international leader in eliminating racism. PSAC encourages the government of Canada to hear those voices and issue an apology that would move toward reconciliation with Black Canadians.

PSAC encourages its members to commemorate Black History / African Heritage Month by learning, organizing or participating in events that raise awareness about the contributions of Black Canadians and those of Caribbean and African heritage to history, and particularly of Black workers to the Canadian labour movement.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

L’AFPC demande à Trudeau de donner un nouveau mandat de négocier au Conseil du Trésor

jeu, 01/31/2019 - 17:27

Cette semaine, la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral (CRTESPF) a refusé de mettre sur pied une Commission de l’intérêt public. C’est une décision regrettable, car elle aurait sans doute permis à l’AFPC et au gouvernement de se rapprocher d’une entente pour les 90 000 travailleuses et travailleurs visés par les négociations avec le Conseil du Trésor.

L’AFPC contre-attaquera en intensifiant la pression sur le Conseil du Trésor pour qu’il retourne à la table de négociation avec une offre adéquate et complète pour ses membres. Rappelons qu’en décembre dernier, le gouvernement a insulté les fonctionnaires fédéraux en leur proposant un gel salarial de deux ans.

L’AFPC a réussi à obtenir une reprise des négociations en février. La grande priorité : obtenir des salaires justes et bonifier les dispositions sur la conciliation travail-vie personnelle, la charge de travail, les congés et le recours à des travailleurs temporaires.

« Trudeau avait promis d’établir des relations fondées sur le respect avec les fonctionnaires. Eh bien, nous allons mobiliser nos membres pour qu’ils l’obligent à tenir sa promesse », a déclaré le président national de l’AFPC, Chris Aylward. « Son gouvernement a trahi nos membres et la population canadienne qui a droit à des services publics de qualité. »

« Le premier ministre doit donner un nouveau mandat à Jane Philpott, la nouvelle présidente du Conseil du Trésor, un mandat qui débouchera sur une entente juste. Depuis le lancement de Phénix, il y a presque trois ans, nos membres attendent d’être payés correctement – ils ne devraient pas avoir à attendre avant d’obtenir les conditions de travail qu’ils méritent. »

Les prochaines séances de négociation porteront sur les revendications propres à chaque groupe : Services des programmes et de l’administration (PA), Services techniques (TC), Services de l’exploitation (SV), Enseignement et bibliothéconomie (EB). Elles seront suivies par des discussions sur les enjeux communs aux quatre groupes.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Treasury Board bargaining to resume – PSAC demands new mandate from Trudeau

jeu, 01/31/2019 - 17:22

This week, the Federal Public Sector Labour Relations and Employment Board (FPSLREB) refused to establish a Public Interest Commission, which could have brought PSAC and the government closer to reaching an agreement on behalf of 90,000 workers covered by Treasury Board bargaining.

In response, PSAC will be ramping up pressure on Treasury Board so that it returns to the bargaining table with a proper and full response to the members’ bargaining proposals. In December, the government insulted federal public service workers by coming to the table with a proposal for a two-year wage freeze.

PSAC has secured new face-to-face bargaining sessions in February. Our top priority is to obtain a fair wage settlement, and improvements in areas such as work-life balance, workload, leave provisions, and the use of temporary workers.

“We will mobilize members to pressure Prime Minister Trudeau to live up to his promise of a new relationship with public service workers – one of respect,” said PSAC National President, Chris Aylward. “His Government is betraying our members and Canadians who depend on high quality public service.”

“New Treasury Board President, Jane Philpott must get a new mandate from the Prime Minister – one that will allow a fair deal. Our members have been waiting three years to get paid correctly under Phoenix – they shouldn’t also have to wait for the decent working conditions they deserve.”

Upcoming negotiation sessions will cover table-specific proposals for the four bargaining groups: Program & Administrative Services (PA), Technical Services (TC), Operations Services (SV), and Education & Library Science (EB); followed by discussions concerning  issues common to all teams.

Topics: Embedded Image:  Image Placement:  Top Banner

Pages