Jour du souvenir le 11 novembre 2022

Symbolisme du coquelicot

Tout a commencé par un poème écrit par un chirurgien de brigade de la Première Guerre mondiale, le lieutenant-colonel John McCrae, qui a été touché par la vue des fleurs rouges qui poussaient dans un champ de bataille ravagé, après la deuxième bataille d’Ypres. Au cours de cette bataille, quelque 87 000 soldats alliés ont été tués, blessés ou portés disparus, dont le lieutenant Alexis Helmer, un ami de McCrae.

Frappé par la vue de ces fleurs rouge vif sur un sol dévasté, McCrae a écrit un poème, In Flanders Field (Au Champ d’honneur) dans lequel il a fait référence à la voix des soldats tombés au combat et enterrés sous ces coquelicots rustiques.

De l’autre côté de l’Atlantique, une femme nommée Moina Michael a lu In Flanders Field dans les pages du Ladies’ Home Journal en novembre de cette année-là, deux jours seulement avant l’armistice. Inspirée par les vers de McCrae, Moina Michael a écrit son propre poème en réponse, qu’elle a intitulé We Shall Keep Faith.

En signe de cette même croyance et en souvenir des sacrifices du Champ-de-Flandre, Moina Michael s’est engagée à toujours porter un coquelicot rouge en signe de souvenir; elle a trouvé dans un grand magasin un premier lot de fleurs en tissu pour elle et ses collègues. Après la fin de la guerre, elle a eu l’idée de fabriquer et de vendre des coquelicots en soie rouge afin de récolter des fonds pour soutenir les anciens combattants qui rentraient au pays.

De l’autre côté de l’Atlantique, une Française du nom d’Anna Guérin a défendu dès le début le pouvoir symbolique du coquelicot rouge. Invitée au congrès de la Légion américaine pour parler de son idée de Journée interalliée du coquelicot, Mme Guérin a contribué à convaincre les membres de la Légion d’adopter le coquelicot comme symbole, et de se joindre à elle en célébrant la Journée nationale du coquelicot aux États-Unis au mois de mai suivant.

De retour en France, elle a organisé la fabrication et la vente de coquelicots artificiels par des femmes, des enfants et des anciens combattants français afin de financer la restauration de la France ravagée par la guerre.

En l’espace d’un an, elle a mené sa campagne en Angleterre, où, en novembre 1921, la toute nouvelle (Royal) British Legion a organisé son tout premier Poppy Appeal (appel aux coquelicots), qui a permis de vendre des millions de fleurs en soie et de récolter plus de 106 000 livres sterling destinées à trouver des emplois et des logements pour les anciens combattants de la Grande Guerre.

L’année suivante, le major George Howson a créé la Poppy Factory à Richmond, en Angleterre, où des militaires handicapés étaient employés pour fabriquer les fleurs en tissu et en papier.

D’autres nations ont rapidement suivi en adoptant le coquelicot comme symbole officiel du souvenir. Aujourd’hui, près d’un siècle après la fin de la Première Guerre mondiale, des millions de personnes au Royaume-Uni, au Canada, aux États-Unis, en France, en Belgique, en Australie et en Nouvelle-Zélande arborent les fleurs rouges tous les 11 novembre (connu sous le nom de jour du Souvenir ou jour de l’Armistice) pour célébrer l’anniversaire de l’armistice de 1918. Selon M. McNab, la Poppy Factory (aujourd’hui située à Richmond, en Angleterre, et à Édimbourg, en Écosse) est toujours le centre de production de coquelicots, produisant chaque année jusqu’à 45 millions de coquelicots fabriqués dans divers matériaux.

https://www.history.com/news/world-war-i-poppy-remembrance-symbol-veterans-day site anglais

http://www.greatwar.co.uk/poems/moina-michael-we-shall-keep-faith.htm        site anglais

SEAC – Comité des droits de la personne

Novembre 2022