Lettre du gestionnaire de cas au sous-ministre Ledwell

Nous dénonçons depuis des mois les effets du nouveau contrat du Programme de réadaptation au ministère, aux médias et aux hommes et femmes politiques. Nous poursuivrons cette démarche. Mais nous avons maintenant besoin de votre plein appui actif en votre qualité de gestionnaires de cas.

Vous trouverez ci-jointe une lettre que nous vous demandons de signer. Nous demandons à tous les gestionnaires de cas de signer cette lettre pour montrer qu’elles et ils appuient leur emploi, leurs collègues de travail et les vétérans et familles qu’elles et ils ont l’honneur de soutenir et de servir. Cela transmettra un puissant message collectif non seulement au sous-ministre mais aussi au public et aux hommes et femmes politiques.

Nous recueillerons les lettres signées que nous recevrons et nous les enverrons au sous-ministre.

Nous espérons que vous vous joindrez à nous. Ensemble, nous réussirons à apporter les changements nécessaires aux vétérans et aux gestionnaires de cas.

Nom
Adresse

Paul Ledwell
Sous-ministre
Anciens combattants Canada

Monsieur le sous-ministre,

Je suis un gestionnaire de cas et je vous écris pour exprimer la très vive inquiétude que je partage avec mes collègues au sujet du nouveau contrat du Programme de réadaptation. Ce contrat pose des problèmes depuis le début. Nous n’avons pas reçu suffisamment de formation et très peu d’information nous a été donnée en réponse à nos nombreuses demandes.

Nous croyons que ce contrat doit être interrompu jusqu’à ce que tous les problèmes que nous avons signalés aient été réglés. S’ils ne peuvent pas être réglés, le contrat devrait être résilié.

Nous écrivons cette lettre au nom des vétérans que nous avons l’honneur de servir. Bon nombre d’entre eux sont déprimés et ont été frustrés et mis en colère par le nouvel entrepreneur et les fournisseurs de services qui ne comprennent pas les vétérans et leurs besoins précis.

Il y a des retards considérables dans l’accès des vétérans aux services et aux évaluations professionnelles et, ce qui est le plus inquiétant, l’achèvement des évaluations. Les vétérans qui avaient déjà des relations avec les services d’assistance professionnelle avant le changement ont vu retarder le traitement des rapports à l’appui de leurs besoins. On demande aux vétérans de subir des entrevues et des évaluations dont certaines durent environ 3 heures. Certains abandonnent leurs plans de réadaptation parce qu’ils ne peuvent tout simplement plus supporter ces épreuves.

Nous ne croyons pas que le nouvel entrepreneur a la formation, les compétences ou la sensibilisation aux cultures nécessaires pour mettre en œuvre ce contrat de manière professionnelle, dans des délais opportuns et avec bienveillance. De plus, il y a une insuffisance de services et de fournisseurs de services dans plusieurs régions, et de nombreux fournisseurs hésitent à s’inscrire auprès du nouvel entrepreneur. Pour ces raisons, entre autres sur lesquelles nous avons déjà attiré votre attention, nous vous incitons à interrompre la mise en œuvre du contrat et à remettre la gestion des cas de réadaptation entre les mains de vos gestionnaires de cas.

Agréez, Monsieur le sous-ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.